AUGUST BURNS RED
Plus d'infos sur AUGUST BURNS RED
Metalcore
Chroniques

Death Below
Enora
Journaliste

AUGUST BURNS RED

« "Death Below" est un très bon album de Metalcore qui prouve que le genre a encore beaucoup de marge pour se renouveler et que cela ne tient qu'aux envies des groupes et à leur processus créatif. »

12 titres
Metalcore
Durée: 54 mn
Sortie le 24/03/2023
856 vues

Depuis 2003, August Burns Red est un groupe avec lequel la scène Metalcore américaine et mondiale doit compter. Depuis "Thrill Seeker" (2005), le groupe a fait du chemin et nous dévoile son dixième album intitulé "Death Below" !

Soyons honnêtes, 'Premonition' est une entrée en matière brillante qui associe une étrange ligne de guitare qui semble se lamenter à la voix sauvage de Jake Luhrs, entre parole et chant, le tout soutenu par une rythmique qui nous plongerait presque dans une sorte d'état second. La sobriété de l'ensemble fait tout son charme alors qu'on s'apprête à plonger dans 'The Cleansing'. Plus classique, ce morceau nous permet de renouer avec le Metalcore puissant d'August Burns Red. Sans transition, voici 'Ancestry' sur laquelle on découvre la voix de Jesse Leach de Killswitch Engage ; mais dans un premier temps, c'est surtout le duo rythmique constitué de Matt Greiner à la batterie et de Dustin Davidson à la basse, que le mixage permet pleinement d'apprécier, qu'on fait attention !

Et on continue avec un autre featuring, cette fois avec l'incroyable guitariste Jason Richardson (Born of Osiris, Chelsea Grin) dont on reconnait bien la patte sur 'Tightrope', un morceau efficace à souhait ! Après ces envolées musicales, voici la puissante 'Fool’s Gold in the Bear Trap', tellurique par sa rythmique et aérienne par la performance vocale que nous propose le frontman et qui se poursuit très bien avec 'Backfire'. Il est plaisant de voir qu'August Burns Red a conçu cet album comme un ensemble au point de lier tous les morceaux entre eux. "Death Below" est donc une fresque musicale de belle taille qui nous promène au gré des inventions des musiciens.

'Revival' est un morceau moins raffiné et complexe que les précédents mais cela donne une bonne idée de l'énergie que le groupe peut déployer en live. La ligne mélodique est simple et permet au scream de Jake Luhrs de s'affirmer au-dessus des guitares de John Benjamin Brubaker et Brent Rambler. En une minute vingt-trois, 'Sevink' nous rappelle qu'August Burns Red est capable d'aller bien au-delà de ce qu'on peut attendre de la plupart des groupes de Metalcore actuels. Cet interlude vient également renforcer le plaisir qu'on a à découvrir "Death Below" comme une oeuvre complètement aboutie et mature !

En comparaison de l'intelligence de 'Sevink', 'Dark Divide' peut sembler un peu primitif et brut, ce qui fait qu'on peut moins l'apprécier alors qu'il s'agit d'un bon morceau, en particulier en ce qui concerne la ligne de guitare lead et la ligne de basse. 'Deadbolt' est une composition qui s'articule autour de l'opposition entre couplets screamés et refrains chantés, ce qui permet de profiter de la palette vocale du chanteur tout en s'ouvrant à un peu plus de douceur. La fin de l'album est aussi placée sous le signe des collaborations puisque JT Cavey (Erra, ex-Texas in July) associe sa guitare au groupe pour la très bien nommée 'The Abyss', puis Spencer Chamberlain (Underoath) vient poser sa voix sur 'Reckoning'.

"Death Below" est un très bon album de Metalcore qui prouve que le genre a encore beaucoup de marge pour se renouveler et que cela ne tient qu'aux envies des groupes et à leur processus créatif. August Burns Red a mené à bien le projet de nous offrir une oeuvre complète qui bénéficie même des talents de deux chanteurs et de deux guitaristes invités.