Okkult II
Enora
Journaliste

ATROCITY

«« Okkult II », un album intéressant qui se fonde sur une alternance de chansons puissantes articulées autour d'une rythmique forte et de morceaux plus majestueux s'appuyant sur des choeurs»

11 titres
Technical Death Metal (early), Folk Metal, Gothic/Industrial/Symphonic Metal (later)
Durée: 45 mn
Sortie le 06/07/2018
3438 vues

Atrocity est un groupe majeur de la scène allemande depuis 1988, et avec déjà neuf albums à leur actif, on commence à bien connaître les ressorts de ce succès. Voyons si « Okkult II » se démarque dans cette discographie déjà chargée !

« Masters Of Darkness » est plutôt une bonne ouverture pour cet album puisqu'après un riff de guitare meurtrier et agressif, mais qui demeure simple, le groupe joue l'originalité avec des choeurs féminins presque gothiques. Finalement, le scream d'Alexander Krull fait son apparition, parfois accompagné de choeurs qui confèrent un côté Thrash au morceau, ce qui est renforcé par le côté martial des riffs et de la batterie de Joris Nijenhuis. Bien loin d'être monolithique, ce premier titre laisse présager de beaux mélanges d'influences pour cet album ! On continue dans une lignée relativement similaire mais peut être un poil plus mélodique avec « Shadowtaker », dont la puissance vient également du contraste entre la rythmique effrénée et les riffs haut-perchés des guitares. La chanson a quelque chose d'hypnotique, comme un serpent qui s'enroulerait pour lui-même jusqu'à se mordre la queue, et on se laisse aller à taper du pied en rythme. On continue de gagner en vitesse avec « Bloodshed And Triumph » qui donnerait presque plus dans le Black Metal cette fois. On retrouve les choeurs féminins qui semblent répondre au scream puis l'accompagner. Les portes de l'Enfer s'ouvrent sous les imprécations du frontman et le blast de la batterie !

Le scream d'Alexander se fait plus guttural, grave et caverneux sur « Spell Of Blood », ce qui lui sied mieux, en tous cas de mon point de vue, que les hurlements Thrash dont il nous a gratifiés sur « Masters Of Darkness », entre autres ; et pourtant, l'ambiance Thrash demeure avec une lourdeur qui peut évoquer des formations comme Ektomorf, mais de façon plus mélodieuse. Le déferlement de violence est total avec l'explosive « Menschenschlachthaus » que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter ! Atrocity nous envoie tout bonnement un coup en pleine face avec un morceau chauffé à blanc et typiquement fait pour réveiller une fosse en concert ! Le groupe profite ensuite de « Gates To Oblivion » pour renouer avec une noirceur plus apaisée et invite même Marc Grewe, chanteur d'Insidious Disease et de Despair, et ancien bassiste puis chanteur de Morgoth à collaborer avec eux. On prend le temps de respirer et de se laisser pénétrer par l'angoisse et la majesté de cette chanson. Cette alternance de chansons puissantes articulées autour d'une rythmique forte et de morceaux plus majestueux s'appuyant sur des choeurs, constitue visiblement le coeur de cet album et « Infernal Sabbath » en est la synthèse parfaite.

Avec « All Men Must Die », le groupe associe rapidité et mélodie à travers un rituel inquiétant et mystérieux, vouant l'espèce humaine à la disparition. L'occasion est parfaite pour souligner le travail de Thorsten Bauer et Pete Streit aux guitares, passant d'un riff lourd à une envolée mélodique avec une facilité déconcertante mais très appréciable. « Phantom Ghost » succède à « Spell Of Blood » dans la gamme des morceaux à dominante Thrash de l'album, toujours avec ce même souci de proposer des riffs qui aussi mélodiques que rythmiques. Après Marc Grewe, c'est au tour de LG Petrov, chanteur de Firespawn et d'Entombed A.D., de se joindre à Atrocity pour « Devil's Covenant », un morceau moins marquant que les précédents mais que je vous laisse découvrir. L'électrisante « The Golden Dawn » marque la fin d' « Okkult II » dans une vague de force brute.

« Okkult II » est un album intéressant puisqu'il mêle une multitude de genres et d'influences musicales, permettant néanmoins à Atrocity de continuer à affirmer une identité forte grâce à des idées originales de composition.


ATROCITY
Plus d'infos sur ATROCITY
Technical Death Metal (early), Folk Metal, Gothic/Industrial/Symphonic Metal (later)