Athanor Eurasia
Enora
Journaliste

MOON FAR AWAY

«« Athanor Eurasia », un album qui risque de ne pas convaincre en dehors des amateurs du genre, ce qui est dommage tant la performance des musiciens est honnête, habitée et humble»

10 titres
Neo-Folk
Durée: 52 mn
Sortie le 28/06/2019
1723 vues

Autant le dire franchement, trouver des informations qui ne sont pas en russe à propos du groupe Moon Far Away relève de l'exploit, mais on peut quand même vous dire que le groupe a été formé en 1994 et compte déjà neuf albums de Neo-Folk à son actif, à commencer par « The Slovisha's Songs » paru en 1995. « Athanos Eurasia » est donc leur dixième opus, et il est temps de se laisser emporter !

Alors qu'on peine à distinguer les sons en arrière-plan, quelques notes de guitare s'égrènent sur ‘The Song Of The Five Lakes Watermill' qui ouvre cet album, prenant peu à peu forme et vie avec une lenteur qui est tout à l'honneur du groupe. Conservant une ligne musicale extrêmement dépouillée mais qui s'est malgré tout enrichie d'une flûte à la mélodie très délicate, ‘The Blank Flag Of The Europe' est le premier contact qu'on a avec les voix masculine et féminine de Moon Far Away. Plus lancinant et hypnotique, ‘Drop Out, The Dew' renoue avec les racines purement Folk du groupe qui met ici en avant toute la richesse musicale de la culture russe, avec son côté brut qui fait toute sa beauté.

Dans un dénuement empli d'humilité, la chanteuse nous berce avec ‘You, The Fields', simplement accompagnée de la guitare qui, décidément, est un élément central des compositions qui nous sont proposées. Le titre le laissait présager mais ‘My Mother Loved Me And Adored' est une chanson bien plus douce et légère que le reste d'« Athanor Eurasia » qu'on a pu découvrir jusqu'ici. Il suffit de fermer les yeux pour s'imaginer une scène de la vie courante où une femme fredonnerait cet air à son enfant endormi… Dans le même registre, voici ‘Two Lazarus', et autant en profiter pour faire un constat : Moon Far Away est un groupe qui évolue dans un registre extrêmement doux et simple du Neo-Folk, loin de groupes de l'Indie Folk à l'image des Islandais d'Árstíðir, ce qui peut en lasser certains.

Il aura fallu attendre ‘The Blueberry Song' pour que le chanteur fasse son retour pour un titre de près de 7 minutes tout simplement lunaire ! ‘Intersymbolism' est une composition plus atmosphérique et pleine de charme. Quel dommage que ‘Stay clean, the Prince' ne dure que 2 minutes car Moon Far Away tient là quelque chose de vraiment intéressant et audacieux qui mériterait d'être plus développé. La conclusion est solaire sans être explosive, les musiciens restant fidèles à l'image qu'ils nous ont donné tout au long de cet opus mais la force de ‘Celebrate !' mérite d'être soulignée.

« Athanor Eurasia » est un album qui risque de ne pas convaincre en dehors des amateurs du genre, ce qui est dommage tant la performance des musiciens est honnête, habitée et humble, mais également compréhensible quand on voit le foisonnement actuel sur la scène Neo-Folk.


MOON FAR AWAY
Plus d'infos sur MOON FAR AWAY
Neo-Folk