ZEPHYRA
Plus d'infos sur ZEPHYRA
Metalcore/Melodic Groove Metal

As the World Collapses
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

ZEPHYRA

9 titres
Metalcore/Melodic Groove Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 05/08/2016
4591 vues
Zephyra nous vient droit de Suède, possède 7 ans d’ancienneté et pratique un solide métalcore Groovy-mélodique.

Leur carrière a débuté en toute humilité par un parcours assez classique, la réalisation d’une démo en 2010 « Behave » se permettant de reprendre un célèbre morceau de la chanteuse Rihanna : Nos Suédois ne redoutent pas de jouer à la roulette Russe sur ce coup là !!!).

En 2012 s’en suivra un EP de 5 titres comprenant un superbe morceau acoustique pris en Live.

1 an plus tard est sorti un second E.P. comprenant un morceau instrumental en dernière piste.

Nos musiciens qui ne craignent point de librement s’exprimer passent alors à l’étape supérieure en 2014, nous livrant leur premier album «Mental Absolution » qui avait déjà récolté un beau succès auprès des spécialistes du sous-genre (En moyenne 8/10).

Est-il passable de préciser que le groupe apporte des paroles intelligentes ?
Celui qui a découvert cet album à l’époque, ou qui souhaite le faire en bonne curiosité intellectuelle, apprendra ce qu’est « l’atychiphobie », à savoir une peur exagérée de l’échec.

Nos Suédois travaillent leurs sujets.
Par ailleurs, un très beau compliment leur fut fait à l’époque : « Arch Enemy n’a qu’à bien se tenir avec Zephyra » tant le groupe brillait déjà dans sa manière de composer des mélodies puissantes et originales, entre tempo calme et hypercore.

Les clés du groupe :
- Disposer d’une extraordinaire chanteuse : Åsa Netterbrant capable de passer d’un registre de bon chant pop-Rock à un furieux growl ;
- Avoir aussi de bons musiciens derrière, posant tantôt un jeu dynamique, tantôt bien modéré.

Ha Mesdames et Messieurs lecteurs, c’est terrible à vous dire, mais à l’écoute de ce nouvel opus qui nous est tombé dans l’escarcelle, ce « Mental Absolution », qui fut jadis encensé, ne m’apparaît que très faible et mou.

Autant vous avertir tout de suite, « As The World Collapses » est un chef d’œuvre qui dépasse largement tout ce que le groupe a été en mesure de faire jusque-là et avec un line-up pratiquement inchangé.

La fabuleuse galette comporte des titres pharaoniques :
- « Words of A Démagogue » qui démarre à 200 km/h, avec des riffs monstrueux, des arrangements électroniques qui transcendent le morceau et Åsa qui a pris dix dimensions de plus dans son chant, explosant littéralement les frontières entre chant clair et mélodique et des growls fabuleux, d’une agressivité hors-norme ;

- « Virago », second morceau de l’album qui poursuit dans la même dynamique, ne vous donnant aucun répit avec un fond sonore envoûtant ;

- « My Gift My Curse », reste tout aussi intense mais ralentit la cadence à de rares moments, pour repartir de plus belle dans un univers quasi épique : Divin ;

- « Only One » qui démarre sur une mélodie de piano, sombre à souhait et qui se fait dépasser par des riffs saccadés époustouflants. Sur ce morceau, vous apprécierez toute la profondeur du chant, sentirez la solide maîtrise entre mid tempo et l’escalade dans la brutalité extrême ;

- « Resurrect The Shame » présente davantage un fond de guitare mélodique et se fait étreindre par une atmosphère musicale qui sublime le tout dans une sorte de canon. Ce morceau est exceptionnel !!!;

- Je passe « Tormenting T », « You crossed the line » et le titre éponyme de l’album, qui à eux 3, reprennent les qualités des autres pistes déjà évoquées, ci-avant ;

- « Gone By Dawn » qui sur base d’un bon petit moment électronique, démarre dans un superbe registre Blacko-Death (j’ajoute que Dame Asa n’a rien non plus à envier à la remarquable Blackeuse, Onielar (Darkened Nocturn Slaughtercult)) pour s’entremêler à des tendances plus Dark Rock à voix claire.

En conclusion, Zephyra vient de sortir un album fabuleux, dépassant de loin les standards du genre, alliant subtilement agressivité, énergie ; oscillant de magnifiques chants clairs à des growls endiablés du meilleur niveau de brutal Death, flirtant à certains moments avec le Dark Black.

Cet album se doit d’être vôtre car il apporte une bouffée d’oxygène énorme dans le monde du métal.

Qui plus est, Zephyra vient même de dépasser sa première étiquette de catégorisation de style, les termes « Métalcore groovy-mélodique » ne sont plus assez larges que pour englober cette nouvelle orientation.

C’est clairement l’album le plus abouti, le plus travaillé des Suédois et qui reste totalement homogène de bout en bout. Ils ont tout simplement réalisé là un crossover global de pur génie.

Cerise ultime sur le gâteau, plus vous écoutez cet album et plus vous êtes pris par sa richesse.
Vous le réécouterez certainement, grimpant d’un cran passionnel à chaque fois.

Tout ceci m’indique que je viens d’évoquer un véritable chef d’œuvre de l’année 2016.

Merci Zephyra pour ce grand moment.

Morbid Domi (Juillet 2016)