ARCHSPIRE
Plus d'infos sur ARCHSPIRE
Tech Death
Chroniques

The lucide collective
United Rock Nations

ARCHSPIRE

8 titres
Tech Death
Durée: 34 mn
Sortie le 25/04/2014
4639 vues
Enorme!!! Ce « The Lucid Collective» d'Archspire est tout simplement énorme ! Comme ça c'est dit et on peut se concentrer sur le contenu de ce second album du groupe originaire de Vancouver.

Archspire c'est du tech-death / math-death mélodique dans son plus bel apparat dans la lignée de Necrophagist, Atheist, Beyond Creation, etc... Là où le fun commence vraiment c'est que l'ensemble est tellement bien pensé et arrangé que l'auditeur est saisi non pas par la technique sauvage des musiciens mais par la beauté des compositions. La fureur s'en dégageant est titanesque, le « feeling » est intact du début à la fin et les bonnes idées se succèdent, ne faisant aucune concession sur nos oreilles tendues et captivées.

Quelques exemples pour illustrer nos propos: Spencer Prewett, le batteur est un monster truck équipé d'un grindorizer, créatif et ingénieux. Il dévoile un touché subtil, un swing que l'on entend pas dans tous les groupes du même style et qui colle parfaitement à la mécanique de précision du groupe.

La basse de Jaron Evil est puissante et parfaitement mixée. Qu'elle soit fretless ou pas, il nous fait part de moments épiques tout le long comme sur « Fathom Infinite Depth » ou « Seven crowns and obliteration chain ». Jaron paraît inarrêtable et pose une solide assise pour le duo de guitares que forment Tobi Morelli et Dean Lamb qui démontrent l'étendue d'une technique sans faille et monstrueusement agressive.

Les passages violents (qui forment 90% de l'album) sont d'une efficacité redoutable grâce aux vocaux d'Oli Peters qui régale tout le monde, sans chant clair bien sûr. Il passe avec brio tous les effets de style du genre, les maîtrisant tous et ne s'économisant pas, il nous livre une leçon de chant extrême (et en particulier la voix zombifiante sur « Plague of am » ).

Une composition instrumentale, « Kairos Chamber », vient parsemée une humeur jazzy de blast beats avant de se refermer sur un dernier track, « Spontaneous Generation » , histoire de s'en prendre plein la figure avant que tout se fige et ne s'arrête.

Il ne nous aura pas fallu longtemps avant de ré-appuyer sur play !!

Evilkroz