DELAIN
Plus d'infos sur DELAIN
Melodic/Symphonic Metal

Apocalypse & Chill
Laurent Sage
Journaliste

DELAIN

«L'album de la maturité pour Delain. Metal, pop, heavy , symphonique, un superbe melting pot réalisé avec classe et talent.»

13 titres
Melodic/Symphonic Metal
Durée: 56 mn
Sortie le 07/02/2020
600 vues
Après "Moonbathers" sorti en 2016, les hollandais de Delain reviennent avec un nouvel album "Apocalypse & Chill" . Passés récemment en concert dans notre beau pays, nous avions déjà eu la chance de découvrir un titre en avant-première "Let’s Dance" dont le potentiel nous avait rassuré ainsi que l’instrumental "Combustion" qui met en avant le talent instrumentiste des musiciens.

Le groupe qui était à présent un peu dans l’ombre du grand frère Within Temptation vient avec ce nouvel album se hisser au niveau de celui-ci et va peut être même le supplanter car autant le dire de suite, il s’agit de l’album de la maturité. Le style du groupe s’affine et le mélange douceur/ grâce de la voix de Charlotte contraste avec les riffs metal de Timo. Les interventions au clavier apportent cette touche symphonique qui apporte de la grandeur à leur musique. A noter que le groupe ne compte plus que Timo comme unique guitariste.

"One Second" qui ouvre l’album représente bien ce mélange douceur / brutalité avec la voix tout en nuance de Charlotte, le riff rageur de Timo, le pont mélodique , un magnifique solo et les refrains puissants secondés par le chant "growl" de Timo qui apporte une dimension plus agressive au morceau.
"We had Everything", du Delain "typique", mélodique, du "pop metal symphonique". Les compositions ont gagné en maturité. Avec un côté plus sombre, plus metal. A l’instar d’un Amaranthe qui a mis un peu de côté son côté pop, Delain réalise le mix parfait entre puissance, agressivité, énergie et mélodie.

"Chemical Redemption" enfonce le clou. Grosse guitare, riff énervé soutenu par des nappes de clavier, chant tout en douceur de Charlotte, petit break "electro" ( dû aux claviers),retour de la guitarequi envoie du lourd. Ce morceau aux multiples nuances représente bien le nouveau Delain qui sait jouer sur différents tableaux, agressivité, douceur, ambiances symphoniques, parties instrumentales apportant de la grandiloquence aux compositions. On se rapproche de la complexité des maîtres du genre Nightwish. Ecoutez attentivement "Burning Bridges", on n’en n’est pas loin.

"Vengeance" voit Yannis Papadopoulos ( Beast in Black) partager le chant sur ce morceau de facture un peu plus "classique" mais néanmoins très efficace. Les refrains sont encore une fois très forts, donnant envie de chanter en choeur, et l’on se prête facilement au headbanging. Les claviers apportant vraiment cette touche de grandeur, et donnant une force supplémentaire au morceau.

"Too Live is To Die" nous emmène du côté de Rammstein qui aurait un peu apporté de pop à ses riffs "militaires".
"Let’s Dance" sera sûrement le titre qui fera le plus "parler" par son côté pop-electro sur le refrain. Si ça permet au groupe d’augmenter sa notoriété et lui assure quelques passages radio ce sera tant mieux. Mais quand on "voit" le riff de guitare qu’il comporte, on peut être rassuré, on parle bien de metal. Et puis la force et l’originalité du groupe est bien de mélanger diférents styles. Et il le fait très bien et de mieux en mieux.

Avec "Ghost House Heart" vous aurez droit à un morceau intense, atmosphérique qui me fait penser à la charge émotionnelle de " The Islander" de Nightwish . De magnifiques parties de claviers, un chant envoutant. Emotionnellement très fort.

Avec cet album Delain nous prouve qu’il a atteint un niveau de composition encore plus élevé, élevant au rang de presque parfait le mix entre mélodie, rage, ambiance. Le groupe nous transporte dans son univers et on se laisse volontiers embarqué. Les grands noms doivent faire attention, le Delain nouveau est terrible et risque de séduire de nombreux fans.