Gods Without Name
Herger
Journaliste

AORATOS

« Un album aussi brutal que malsain!»

9 titres
Black Metal
Durée: 45 mn
Sortie le 22/03/2019
4153 vues
Le label français de Metal Extrême Debemur Morti sort l'album d'Aoratas. C'est la première réalisation du groupe qu'il a nommé « Gods Without Name». Ce groupe est originaire des États-Unis. C'est le projet de Naas Alcameth que l'on connaît pour ses participations à Nightbringer ou Akhlys.

Ce premier opus des Américains d'Aoratas nous présente une musique très agressive, basée sur des riffs sombres et haineux lors des passages les plus rapides et furieux qui peuvent ressembler à du chaos dû en partie à cette batterie frénétique.
On retrouve ces éléments sur le morceau « Holy Mother Of Terror » sur lequel on retrouve des riffs très intenses et extrêmes. On peut citer aussi le titre « Of Harvest, Scythe and Sickle Moon » avec son intro qui part tambour battant sur fond de déluge haineux ou encore sur l'infernal « Tresher ».

Quand on dit cela on a l'impression d'avoir affaire à un groupe de Brutal Black Metal et il faut reconnaître que c'est vrai. On pourra regretter que le groupe ne varie pas les structures de ses titres car on retrouve quasiment toujours ces riffs exécutés sur un rythme soutenu et vindicatif comme c'est le cas sur « The Watcher On The Threshold ».
À l'écoute des titres de ce « Gods Without Name», on pense au black Metal Brutal Suédois avec ces chefs de file que sont Marduk, Dark Funeral, Setherial ou Funeral Mist. Et pour les puristes, on pensera aussi au Black Metal Orthodoxe des Merrimack ou Satanic Warmaster.

L'ambiance ressentie est vraiment sombre, haineuse, tournée autour de la mort et de l'occulte comme on le constatera avec les titres « Prayer Of Abjection » ou « Dread Of Place », ils sont différents du reste de l'album. Le premier est quasiment ambulant et bruitiste quant au deuxième, il possède des riffs plus lancinants et glauques. Et je rajouterai « Parallax I » et « Parallax II » qui nous proposent des lignes de guitares dissonantes et morbides.
Le chant n'est pas pour rien dans l'ambiance car les screams sont vraiment haineux et crûs, on ressent toute la haine qu'il a en lui et qu'il éructe à chaque parole.

Un album aussi brutal que malsain!
AORATOS
Plus d'infos sur AORATOS
Black Metal