Anthem Of The Peaceful Army
Fred H
Journaliste

GRETA VAN FLEET

«Must Have pour les fans de Led Zep' et de bon Rock seventies »

10 titres
Hard-Rock
Durée: 49'27 mn
Sortie le 19/10/2018
1636 vues
Moins d'un an après la sortie de « From the Fires » (qui était en fait une extension de leur EP « Black Smoke Rising » agrémentée de quelques nouvelles chansons), les trois frangins Kiszka (Josh au micro, Jake aux sixcordes et Sam à la basse) et leur pote Danny Wagner derrière les fûts sont déjà de retour. « Anthem Of The Peaceful Army » est donc le premier véritable album de cette figure montante de la scène rock. Il faut dire qu'en moins de cinq ans d'existence, ce jeune groupe américain (vingt piges d'âge moyen) connaît un succès fulgurant (Top des Charts Rock US en quelques semaines seulement) et a déjà reçu de nombreux plébiscites (presses, radios, première partie des Guns N' Roses sur la tournée « Not in This Lifetime... Tour ») et tout une kyrielle d'éloges/dithyrambes (dont rien de moins que Mister Robert Plant en personne).

Depuis la création du combo, Greta Van Fleet (ce blase est inspiré du nom d'une habitante de leur bled de naissance) est associé/comparé à Led Zeppelin (nul doute qu'ils ont été biberonnés très tôt par leur dabe avec les vinyles des Cream, Yardbirds et consorts…). C'est indéniable que la voix plutôt incroyable de Josh (il est impressionnant sur ‘Lover Leaver (Taker Believer)' ou sur le MONSTRUEUX ‘Mountain of the Sun‘) renvoie l'auditeur vers celle de vocaliste du légendaire dirigeable anglais. Quel timbre tout de même... quelle sensualité mes aïeux. Tout aussi vrai, certaines sonorités et compositions (‘The Cold Wind', ‘The New Day‘) rappellent très fortement la bande du regretté John ‘Bonzo' Bonham. Malgré tout, le quatuor propose des morceaux plus personnels (‘You're the One' avec ses arrangements folks et son orgue, le progressif et presque mystique ‘Age of Man') dans lesquels l'ombre de Led Zep' se fait moins présente. La maîtrise et la maturité musicale de ces jeunots sont assez bluffantes. Rythmiquement ça tient grave la route et les interventions de guitares sont des plus inspirées (‘When the Curtain Falls‘). Les petits gars de Frankenmuth (Michigan) nous transportent grâce à la voix sensuelle de Josh (petits cris 'oh yeah' et montées dans les aigus par ci, onomatopées répétées par-là), des mélodies diaboliquement envoûtantes (l'imparable ‘Watching Over') et des chants éthérés (‘Brave New World'). Du bonheur à l'état pur. Le titre ‘Anthem‘ s'embrase carrément sur sa fin renforcé par une chorale entraînante (que d'aucuns qualifieront d'un peu trop facile).

Alors oui « Anthem of the Peaceful Army » emprunte souvent (mais dans le plus grand respect) à qui-vous-savez. Oui, les nostalgiques et les fans orphelins de l'une des plus grandes formations de (Hard) Rock british des seventies seront ravis.... Mais oui aussi - et surtout - Greta Van Fleet s'écoute et se ré-écoute à l'envie, encore et encore sans déplaisir. On attend la suite avec grand intérêt et on leur souhaite une carrière aussi riche de succès que leurs illustrés aînés.

GRETA VAN FLEET
Plus d'infos sur GRETA VAN FLEET
Hard-Rock
Chroniques