The Great Heathen Army
Schnabel
Journaliste

AMON AMARTH

«Une fois de plus Amon Amarth écrase tout sous son drakkar. De très bons titres qui sauront nous détruire les cervicales en concert avec une bonne corne de bière à la main.»

9 titres
Melodic Death Metal
Durée: 43 mn
Sortie le 05/08/2022
787 vues
Groupe quasi inchangé depuis maintenant 30 ans, les 5 Jomsvikings reviennent cet été avec un nouvel album (12ème album studio). Sans changer de formule, cet album de presque 45 minutes se veut à nouveau percutant et riche de nouveauté. Malgré une tournée interrompue par la crise sanitaire (i.e Berserk), les vikings d’Amon Amarth n’ont rien perdu de leur fougue, bien au contraire.
 
L'album lance les hostilités avec « Get In The Ring », single déjà publié début Juin. On y retrouve assez facilement le groupe que l’on connait et qu’on aime. En effet, destiné à accompagner l’ouverture du catcheur et ami Joseph Ruud aka Erick Redbeard (on peut reconnaitre assez facilement des cloches annonçant le début d’un combat sur le ring), le titre nous plonge directement dans la bataille, épée dans une main, bouclier dans l’autre, avec son ambiance épique. Vient ensuite le titre éponyme, « The Great Heathen Army ». On continue sur la même lancée que le morceau précédent, Johan Hegg nous gratifie encore une fois de sa voix profonde, les guitares s’envolent avec des riffs assez inédits par rapport ce que nous connaissons. Finalement un titre très représentatif de la suite de l’opus : une base martelée et façonnée au fil des précédents albums du groupe, surmontée de sonorités nouvelles et intéressantes.

« Heidrun » nous plonge un peu plus dans l’ambiance nordique tant dans ses rythmiques que dans ses paroles. Sur ce titre nous pouvons y retrouver un peu moins de chant et plus de « growl parlé », ce que nous pourrons retrouver plus tard dans l'album notamment avec « The serpent’s Trails ». De façon plutôt amusante, et rajoutant une dimension festive, en fin de titre il sera possible d’entendre des bêlements de chèvre entrecoupant des « Heidrun » scandés. Pour la petite histoire, Heidrun représente dans la mythologie nordique la chèvre source d’hydromel destinée aux dieux et aux soldats d’Odin.

S’en suivent deux morceaux très similaires à ce que nous a habitué Amon Amarth, mais qui à mon avis seront excellents en live ; « Oden Owns You All » et « Find A Way Or Make One ».
« Dawn Of The Norsemen » se place dans l’album comme la musique viking par excellence, avec ses rythmes lourds, ses riffs épiques, sa mélodie entêtante. On ressent bien la puissance du frontman, qui en 30 ans d’expérience est toujours aussi hargneux.

« Saxons And Vikings » est clairement LA surprise de cet album. Pendant près de 5 minutes les vikings d’Amon Amarth s’affrontent aux britaniques de Saxon, Biff Byford (chant), rejoint par ses deux guitaristes ; Paul Quinn et Doug Scarratt. Résolument old school, le chant clair de Biff Byford prête un coté power-metal au titre. L’opposition Biff/Johan est extrêmement intéressante et est non sans évoquer le caractère historique de la confrontation entre les saxons et l'armée païenne. Certains trouveront l’intervention de Saxon dénotante par rapport au reste de l'album mais personnellement j’ai pu trouver qu’elle s’intègre parfaitement dans le concept général et forme un tout homogène avec les autres titres.
L’opus se fini sur « The Serpent’s Trail », morceau plus lent et plus insistant, empruntant certains de ses airs à Kamelot, ou Stratovarius par exemple.
 
Concernant l’artwork, certes plutôt bien adapté au thème de l’album avec les membres du groupe devançant une armée païenne, mais personnellement j’ai trouvé la qualité graphique en deçà des couvertures précédantes, donnant l’aspect d’un mauvais montage photoshop.
 
Finalement, Amon Amarth réutilise les codes qui ont fait sa réussite, à savoir, des rythmiques lourdes et pesantes, avec un Johan Hegg qui n’a rien perdu de sa puissance, et des riffs très typés death old school. Cependant à chaque nouvel album le groupe sait se réinventer et nous sortir des albums finis aux petits oignons. The Great Heathen Army est comme ses prédécesseurs parsemé d’hymnes (« Get In The Ring”, “Heidrun”…). Force est de constater que malgré 30 ans d’existence et une douzaine d’albums, les Suédois ne tombent jamais dans le grotesque et savent se renouveler dans une thématique qui leur est chère, la mythologie nordique.
Nombreux sont les passages où j’ai été pris d’une irrépressible envie de lever le point en l’air, munie d’une corne à boire remplie d’hydromel, et de secouer la tête tel un fou furieux.
Je peux vous promettre qu’après l’écoute complète votre viking intérieur resurgira et vous n'aurez qu’une seule envie : rejoindre la « Great Heathen Army ».
 
Conclusion :
Excellent douzième album, les vikings savent toujours aussi bien nous rentrer dans le lard, et nous laisser pantois. De très bons titres qui sauront nous trotter en tête de longues heures mais également nous détruire les cervicales en concert avec une bonne corne de bière à la main. On félicitera l’intervention de Saxon sur le septième morceau de ce nouvel opus.
 
Vous pourrez retrouver Amon Amarth en tournée, en compagnie de Machine Head et The Halo Effect le 12 Octobre 2022 à Paris.
 
Coups de cœur :
Heidrun, Saxons And Vikings, Dawn Of Norsemen
 
Titres
01- Get In The Ring (4:25)
02- The Great Heathen Army (4:05)
03- Heidrun (4:43)
04- Odens Owns You All (4:18)
05- Find A Way Or Make One (4:31)
06- Dawn Of Norsemen (5:33)
07- Saxons And Vikings (4:56)
08- Skagul Rides With Me (4:35)
09- The Serpent’s Trail (6:02)