CRIMFALL
Plus d'infos sur CRIMFALL
Symphonic Power/Viking/Folk Metal

Amain
Herger
Journaliste

CRIMFALL

«La musique épique de Crimfall fait encore des merveilles ! Si Mel Gibson avait choisi un groupe pour la Bande Son de ''Braveheart'', ce serait Crimfall ! Cette attente de 6 ans n'a pas été veine, un must dans le Style. A découvrir de tout urgence»

10 titres
Symphonic Power/Viking/Folk Metal
Durée: 45 mn
Sortie le 25/08/2017
8598 vues
Crimfall nous produit son troisième album nommé Amain. Le groupe est originaire de Finlande, et il aura fallu attendre 6 ans pour que l'on trouve un successeur à l'hivernal The Write Of Sword'. Après quelques soubresauts, le groupe s'est stabilisé autour de son line-up originel, c'est-à-dire Helena Haaparanta et Mikko Hakkinen aux chants féminins et masculins, Miska Sipilainen qui a le rôle de bassiste, le guitariste Jakke Viitala et enfin le batteur Janne Jukarainen.
Le groupe a déjà sorti deux albums par le passé qui étaient déjà de très bonne facture, composés de titres mêlant musique extrême et thèmes épiques.

Crimfall a écrit des titres mêlant Black Métal et orchestrations symphoniques, à des éléments Folk et à des thèmes qui se rapprochent de la musique de films. Les compositions réalisées sur cet opus me font penser à celles de Rhapsody sur les parties grandiloquentes et orchestrales, mais aussi à Nightwish sur les passages les plus calmes. On trouve aussi, à de nombreuses reprises, des éléments médiévaux incorporés aux passages folk ainsi qu'à certaines parties de chant d'Helena. Comme souvent dans ce type de compos, le riffing est souvent écrit sur des rythmes endiablés. Cela s'entend surtout sur les morceaux les plus symphoniques comme nous pouvons l'entendre dans ''The Last Stand''.

Un titre comme '' Mother of Unbeliever'' a été composé dans une veine orientale dans la lignée des chef-d'oeuvres que sont ''Kashmir'' de Led Zeppelin et ''Stargazer'' de Rainbow. On y trouve une introduction aux violons et Helena nous propose même ''des parties presque arabisantes''. Comme souvent dans ce type d'album, nous trouvons une composition plus longue. Ici elle dure 8 minutes environ et s'appelle ''Untill Fall The Rains''. Pourtant, la pièce maîtresse est ''Ten Winters Apart'', un morceau divisé en quatre parties et qui compose la majorité de l'album. Il nous propose tout ce qui fait le charme de Crimfall : parties rageuse sur la part 3, rythme plus calme, proche de la ballade sur la part 2, tandis que les part 1 et 4 mélangent les deux pour un super résultat.

Le groupe utilise la technique dite de'' la belle et la bête''. Cette technique utilisé dans le Gothique consiste à mêler chants clairs féminins et growls. Le chant de Helena Haaparanta est très mélodieux et n'est pas connoté lyrique. Helena participe au caractère épique des titres avec son timbre pop sur certains passages. Elle rappelle la chanteuse d'Evanescence. Par contre, les growls de Mikko Hakkinen se rapprochent sur certains passages des ''screams'' black métal''. Ils sont bien enragés et font un bon contre-point aux vocaux d'Helena. Sur l'intro de ''It's à Long Road'' Mikka nous propose un chant clair de belle facture qui lui sied très bien. Un atout supplémentaire dans la besace du groupe . Des choeurs accentuent le côté épique de la musique, comme on peut l'entendre sur '' It's A Long Road''.

Par le passé, le groupe a toujours proposé de très belles pochettes, que ce soient celles d'As The Path Unfold ? ou de The Writ Of Sword. Et bien celle d'Amain ne fait pas exception dans un univers toujours guerrier. Une réussite.