LORDS OF BLACK
Plus d'infos sur LORDS OF BLACK
Heavy Metal

Alchemy Of Souls - Part I
Fred H
Journaliste

LORDS OF BLACK

«Dans le genre Heavy Metal mélodique, Lords Of Black signe ici une œuvre délicieuse et pleine de promesses pour la seconde partie qu’on espère à venir très prochainement et toujours du même niveau.»

11 titres
Heavy Metal
Durée: 57 min 33 mn
Sortie le 06/11/2020
826 vues
En janvier 2019, après 5 ans (et 3 disques) avec Lords of Black, probablement pour se consacrer à ses multiples autres projets (on va y revenir), le vocaliste Ronnie Romero quittait le combo espagnol. Le guitariste Tony Hernando et ses comparses avaient alors jeté leur dévolu sur Diego Valdez (Helker, Dream Child) pour le remplacer. Finalement, aller savoir pourquoi, un an plus tard, revirement de situation, bye bye Diego et retour du gars Ronnie.

Ce « Alchemy Of Souls - Part I » succède donc au premier méfait éponyme, à « II » et à « Icons Of The New Days », respectivement sortis en 2014, 2016 et 2018. Ce quatrième effort donne toujours dans Heavy Power Metal mélodique. Tous les éléments bien connus et « typiques » de la formation originaire de Madrid sont là. Déjà, comme on ne change pas une équipe qui gagne, l’ensemble est une fois encore parfaitement coproduit, mixé et masterisé par Roland Grapow (Masterplan, ex-Helloween). Ensuite, outre ses talents de compositeur, le guitariste Tony Hernando (ex-Saratoga) délivre des riffs inspirés et quelques soli de sixcordes plutôt bien sympathiques ('Closer To Your Fall', 'Disease In Disguise'). On peut noter ici et là les influences des grands frères maitres ès sixcordes tels que les britanniques Tony Iommi et Rickie Blackmore ou bien encore Yngwie Malmsteen ('Into The Black' qui aurait très bien pu figurer sur une rondelle des 90’s du virtuose suédois). Tout cela est plus que solide et l’efficacité live (et le headbanging qui va avec) est garanti. Si on ajoute quelques touches de claviers modernes ('Dying To Live Again','Sacrifice') et un rien de piano ('Shadows Kill Twice') glissés par endroits, la formule devient pour ainsi dire imparable.

Du côté de la base rythmique, pour accompagner le bassiste Dani Criado, c’est désormais Johan « Jo » Nunez qui est arrimé derrière les futs (suite au départ de Andi Cobos). A seulement 32 piges, le jeune batteur belge, qui commence à avoir un C.V bien rempli (Firewind, Nightrage, Gus G. et même une rapide apparition chez Kamelot pour « The Shadow Theory »), n’a pas à pâlir de sa prestation variée aux côtés de ses acolytes.

Introduit par un chouia de gratte acoustique façon flamenco, les Seigneurs du Noir s’aventurent aussi en terrain progressif (la chanson titre et ses accointances avec des Queensrÿche et autre Dream Theater). Durant plus de dix minutes, le groupe fait montre de beaucoup de maitrise que ce soit dans l'instrumentation mais également dans le chant.

Et oui, évidement, comment ne pas parler des talents vocaux de Ronnie Romero. Le chilien a beau être un mercenaire de sessions (il ne s’en cache pas, préférant « ne pas s’engager sur le long terme » dixit l’intéressé), il n’en demeure pas moins un vocaliste extrêmement sollicité (Ritchie Blackmore's Rainbow, The Ferrymen, CoreLeoni et récemment avec Vandenberg). Le natif de Santiago est donc resté/revenu auprès de ses petits camarades de jeux. Grand bien lui en a pris. Que ce soit lors des passages calmes ('Brightest Star', l’unique ballade 'You Came To Me', qui va vous filer les poils c’est certain) ou sur des morceaux plus énergiques (quasi tout le reste), l’homme survole avec son timbre chaud et puissant. Bien que sa tessiture rappelle Ronnie James Dio ('Tides Of Blood', 'Deliverance Lost'), l’homme est bien loin d’être un simple et mauvais clone du regretté gnome qui avait lui en son temps fait partie de Rainbow (tiens donc). C’est tout bonnement la très grande classe.

Pas vraiment de point faible sur cet excellent « Alchemy Of Souls - Part I ». Dans le genre Heavy Metal mélodique, Lords of Black signe ici une œuvre délicieuse et pleine de promesses pour la seconde partie qu’on espère à venir très prochainement et toujours du même niveau.