AGRESSOR
Plus d'infos sur AGRESSOR
Thrash / Death Metal

Rebirth
Shades Of God
Journaliste

AGRESSOR

«''Rebirth'' fait mouche là où malheureusement ''Symposium of Rebirth'' montrait ses limites, le son y est bien plus organique et rend grâce à des titres qui sur le fond n'ont pas pris une ride»

30 titres
Thrash / Death Metal
Durée: 110 mn
Sortie le 08/06/2018
7130 vues

A l'instar de Loudblast, Massacra ou Mercyless, pour ne citer qu'eux, Agressor est l'une des figures emblématiques de la scène Death / Thrash française née dans le milieu des années 80. Ces groupes, devenus de vraies légendes, ont offert des albums intemporels qui ont marqué l'histoire du Metal Extreme, c'est peu de le dire. Parmi eux, il y a le sublime ''Symposium of Rebirth'' d'Agressor, paru en 1994, qui est aujourd'hui réédité par Season of Mist, sous le nom de ''Rebirth''. Mais attention, ''Rebirth'', c'est bien plus qu'une simple réédition, c'est aussi un bain de jouvence pour ce grand classique.

La plus grande frustration pour un artiste doit certainement être de tout donner dans une création et de finalement, ne pas obtenir le résultat escompté. Voici en résumé l'histoire de ''Symposium of Rebirth'', le troisième album d'Agressor, qui malgré l'immense qualité de ses compositions ne sonne pas comme le groupe l'espérait. C'est pourquoi depuis plusieurs années maintenant, Alex Colin-Tocquaine, l'historique leader de la formation travaille d'arrache-pied sur la réédition de cet album, avec pour but ultime de lui donner enfin le son que cette oeuvre mérite. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'en est donné les moyens, puisque les parties de guitares, de basse et de chant ont été entièrement réenregistrés et les pistes batterie totalement retravaillées, pour un résultat des plus incroyables.

Pas moins de deux versions avant celle-ci ont été nécessaires pour obtenir le résultat tant espéré. ''Rebirth'', qui se présente sous la forme d'un luxueux digipack limité à 1000 exemplaires, comporte deux CDs (la version retouchée et l'originale - ainsi que plusieurs titres bonus), et nous replonge dans cet album culte aux compositions aussi épiques que puissantes. Du Death / Thrash 5 étoiles à l'allure médiévale, taillé dans le marbre du old school où se côtoient la technique ('Apocalyptic Prophecies'), la brutalité ('Negative Zone'), la finesse ('Vanguard Of Naught'), mais également des arrangements somptueux comme sur le génial 'Barabbas' où le Metal d'Agressor est accompagné par les Choeurs de l'Opéra de Lyon et des instruments dits classiques. ''Rebirth'' fait mouche là où malheureusement ''Symposium of Rebirth'' montrait ses limites, le son y est bien plus organique et rend grâce à des titres qui sur le fond n'ont pas pris une ride. 'Overloaded' colle toujours une monumentale baffe, le reprise de Terrorizer 'After World Obliteration' (avec Barney de Napalm Death en guest), également, mais cette fois avec une force hautement décuplée. Pour que tout soit parfait, l'artwork a lui aussi eu droit à un lifting, la pochette d'époque, réalisée par Philippe Druillet (dessinateur et scénariste de bande dessinée français) qui pour l'anecdote avait été imprimée à l'envers en 1994, a été retravaillée par les designers de Season of Mist. Ajoutez à cela un livret rempli de photos inédites, et vous obtenez certainement l'une des plus belles rééditions que le Metal ait connue.

Quand on écoute ''Rebirth'', on imagine sans peine la frustration qui a habité Alex Colin-Tocquaine durant toutes ces années, tant cette version est sublime. Sans enlever l'ADN et l'âme de ''Symposium of Rebirth'', ce guitariste et compositeur de génie offre une nouvelle jeunesse à l'un des joyaux du Metal hexagonal et prouve, s'il le fallait que le savoir-faire made in France n'est pas une légende, mais bien une réalité.