Age of Morons
Baptman
Journaliste

BAD FANTASY

«Bad Fantasy nous offre un ticket pour la West Coast avec un premier album entre titres rentre-dedans et ballades ensoleillées, dans un pur esprit rock indé des 90s»

10 titres
Rock / Hard Rock
Durée: 37 mn
Sortie le 26/10/2018
323 vues

Bad Fantasy est un tout jeune groupe de rockers bien de chez nous, partagé entre Paris et Bordeaux. Révélés au Printemps de Bourges de cette année dont ils auraient, selon les dires, « bousculé » la scène, les quatre compères n'ont vraiment pas perdu de temps. Signés dans la foulée chez M&O, et distribué par Season of Mist, ils ont sorti fin octobre leur premier album : ''Age of Morons''. Et ce qui est certain, c'est qu'on va prendre du riff en pleine face.

Visuellement la pochette old-school et décalée façon comics des années 50 laisse supposer qu'on est là pour passer un moment sympathique, sans prise de tête.

Et tel est bien le cas. Musicalement, l'album se veut efficace, rentre-dedans, droit au but avec ses 37 minutes. Proche de ses racines rock indé et du grunge de la fin des années 90, il mélange au shaker le hard rock à la Guns au rock plus californien à la Audioslave, le tout saupoudré du petit charme frenchy qui fait la différence.

De fait, à l'écoute d'Age of Morons on pense assez vite à Luke ou à Superbus, ce qui n'est pas étonnant étant donné que c'est Greg Canone, ingénieur son des derniers qui s'est chargé du mix et du mastering de cet album.

Oui, Age of Morons est un pur produit Made in France et ça s'entend. L'accent hexagonal se ressent en effet assez fortement dans la plupart des titres, surtout sur le refrain du titre éponyme ainsi que sur le morceau 'Thx God I'm an Atheist'. Voilà qui pourra peut-être rebuter les auditeurs les plus anglophiles, mais passons.

''Age of Morons'' est un album qui sonne très West Coast. Du point de vue de l'ambiance, on se sent tout de suite à Venice Beach. 'Queen of Lies' et 'Bad Fantasy' qui ouvrent l'album et qui ont la particularité de commencer toutes deux par une intro de batterie des plus efficaces, nous transportent sans escale sous le soleil californien. C'est également ce que parvient à faire la très réussie ballade de fin d'album : 'Purple Cat', dans un esprit très Red Hot.

Le disque est bourré de morceaux efficaces et propres à nous faire hocher de la tête : le très justement nommé 'Bang That Head' ou encore 'Junky' en sont deux douloureux exemples pour nos cervicales.

Malgré cela, l'album comprend aussi son lot de ballades rock acoustiques assez jolies comme 'Free Fall', 'Goin'in' qui rappelle beaucoup Oasis ou encore 'Thxs God I'm an Atheist'. On apprécie justement ces petits moments de répit au sein d'un album voué au départ à nous balancer des riffs « fracassés en plein visage ».

Niveau production, rien de spécial à dire. Les guitares sont très clean avec juste ce qu'il faut de crunch, la voix est laissée naturelle. On pourra en revanche regretter les choix faits sur la batterie, en particulier en ce qui concerne la caisse claire, qu'on aurait aimée plus acoustique, boisée et vivante. Là, elle sonne très plat et synthétique, comme une électronique bon marché, et c'est dommage, surtout qu'elle est la toute première chose qu'on entend sur ''Age of Morons''.

En conclusion, ''Age of Morons'' est un premier album très prometteur pour nos quatre jeunes rockers du pays des trois cent fromages. On aura l'occasion de malmener nos tympans sur leurs titres très prochainement, Bad Fantasy étant actuellement en tournée en cette fin d'année entre Paris, Lyon, Nantes et Bordeaux pour promouvoir son album. Profitez-en, avec la perte d'audition que vous risquez bien de subir suite à un de leurs shows, vous entendrez certainement moins bien l'ennuyeux discours de voeux de fin d'année de votre boss.

BAD FANTASY
Plus d'infos sur BAD FANTASY
Rock / Hard Rock