Chroniques

Abandon Of The Self
Herger
Journaliste

ERYN NON DAE

«Un album intense et complexe pour ce groupe français qui se révèle véritablement avec cet opus. »

7 titres
Metal
Durée: 52 mn
Sortie le 16/03/2018
7890 vues
Le label français Debemur Morti, plutôt spécialiste du black, propose le petit dernier d'une formation très intéressante, Eryn Non Dae, qui ne fait pas de black, mais n'en reste pas moins violent et intense. Formé au tout début des années 2000 à Toulouse, le groupe proposait alors une musique proche de Machine Head et consorts. Après un changement de chanteur, les musiciens font un virage à 180 degrés, pour composer un métal réfléchi à l'ambiance sombre et apocalyptique. Tout cela s'est ressenti sur ''Hydra Lernaia'' (2009, Metal Blade) et ''Meliora'' (2012).
Pour ce troisième album, ''Abandon Of The Self'', le groupe a pris son temps pour élaborer et modifier sa musique vers des compositions toujours complexes, intenses et encore plus personnelles, tout en faisant encore une fois confiance au fidèle studio Conkrete.

La musique que propose Eryn Non Dae n'est pas ce qu'il y a de plus accessible à la première écoute. Pour ma part, il m'en a fallu plusieurs approfondies pour m'immerger dans l'univers complexe à l'ambiance sournoise et chaotique du groupe et plus je l'écoute plus je l'adore. Cela m'a rappelé des expériences similaires avec les albums de Pallebearer, Farsot ou Amenra dans d'autres styles.

Pour ceux qui avaient aimé les deux premiers albums, vos certitudes vis à vis d'Eryn Non Dae vont être bousculées. La musique a fait un grand bon en avant vers d'autres territoires moins obscurs, mais toujours complexes comme sur les titres à la structure riche tels qu' ''Abyss'' ou ''Halo''.

Car cette musique extrême proche du post-core est complexe. On y trouve une multitude de choses plus intéressantes les unes que les autres : rythmiques lourdes, accords dissonants, plans de guitares aériens où la mélodie pointe le bout de son nez avec l'impression de se retrouver sur un opus de spleen métal ou encore un batteur tentaculaire qui en fout plein la vue avec son jeu dévastateur.

''Astral'', titre débutant, mélange des riffs riches, entre arpèges et accords dissonnants, des riffs plus rapides et des rythmiques maîtrisées. Tout cela nous plonge dans une ambiance froide et chaotique. Le titre ''Omni'' n'est pas mal du tout car on y trouve plus de mélodie et une ambiance plus feutrée qui reste sombre.

Que dire du chant protéiforme qui lui aussi en met plein la vue, avec des vocaux hurlés et des growls proches du hardcore, alors que d'autres sont plus posés mais restent vindicatifs. Et n'oublions pas ceux plus mélodiques, qui sur certains passages sont déclamés et me font penser à du rap. Écoutez le titre ''Stellar'', qui présente tour à tour ces multiples vocaux.

Un album intense et complexe pour ce groupe français qui se révèle véritablement avec ce ''Abandon Of The Self''.