METALITE
Plus d'infos sur METALITE
Power Metal

A Virtual World
Fred H
Journaliste

METALITE

«Fusion métallo moderno electro pop efficace. Malgré tout, le collectif gagnerait à s’orienter vers une identité artistique plus personnelle et plus de variétés instrumentale et vocale pour mieux se différencier.»

11 titres
Power Metal
Durée: 47 min 32 mn
Sortie le 26/03/2021
631 vues
Avec leur deuxième opus « Biomechanicals » paru en 2019, Metalite avait quelque peu divisé ses partisans. Certains avait vus en l’arrivée de la vocaliste Erica Ohlsson (en remplacement de la co-fondatrice Emma Bensing) une forme de renouveau alors que d’autres se désolaient d’aucune réelle mutation.

Quoi qu’il en soit, quasi dix-huit mois plus tard, la formation originaire de Stockholm revient avec un troisième méfait (en seulement six d’existence). Pour ce présent « A Virtual World », faisons court et simple, rien à évolué. Nos suédois donnent toujours dans l’électro power metal mélodique et surboosté. Dès l’ouvreur (la directe piste éponyme), on sait où on est et à quoi s'attendre sur le reste de l'album.

Les qualités mais aussi les défauts bien connus sont (encore) là. Parmi les bonnes choses, il faut reconnaitre au groupe ce sens des refrains entrainants, aisément assimilables, et qui restent bien ancrés ('Beyond The Horizon'). En même temps, c’est parfois tellement martelé qu’il est difficile de passer à côté (le galopant 'Cloud Connected'). La technicité instrumentale des zicos est elle aussi à noter ('Talisman'). Et puis, il y a cette (sur)production qui déchire tout (l’explosif 'Peacekeepers'). La présence derrière la console du danois Jacob Hansen (collaborateur des Avantasia, Epica, Delain, Evergrey, Kamelot, Sirenia, Volbeat) garantie l’unicité et la qualité sonore.

Du coté des reproches, on reste sur les mêmes dynamiques et sillon musical que le disque précédent. C’est hyper balisé et formaté. Le quintette mise sur une myriade d’effets électro ('Alone', 'Artificial Intelligence') voire techno/trance ('We´re Like The Fire'), des claviers omniprésents ('Running'), et des accents Pop ('The Vampire Song'). Les empreintes de divers combos demeurent par trop flagrantes (on pense à Delain et surtout à un Amaranthe sans contrepoint vocal masculin évidement). Pour son second skeud derrière le micro, miss Erica ne se débrouille pas si mal (merci les nombreuses accroches mélodiques) mais, globalement, ça cela manque de diversités, tant instrumentales que vocales. Au fur et à mesure de l’écoute de la galette, on a le sentiment de répétitions, de redites, et surtout de déjà entendu ('Synchronized'). Quelques prises de risques seraient appréciables et permettraient de se démarquer un peu de ces inspirations précitées et trop influentes.

Avec ce « A Virtual World », Metalite reste fidèle à ses fondamentaux. Cette fusion métallo moderno electro pop est bien (sur)produit et dans l’ensemble efficace. Malgré tout, le collectif devrait s’orienter vers une identité artistique plus personnelle et plus de variétés instrumentale et vocale pour mieux briller et se différencier.