A Rock Supreme
Fred H
Journaliste

DANKO JONES

«Bien nommé, « A Rock Supreme » reste sur cette autoroute rock aux accents punk sur laquelle la petite bande roule avec conviction depuis fort longtemps. Danko Jones ne surprend pas mais ne déçoit pas non plus. Alors, Let's Rock.»

11 titres
Rock
Durée: 40'55 mn
Sortie le 26/04/2019
1684 vues
Paru en 2017, « Wild Cat », le plutôt convaincant méfait précédent s'est hissé à des très bonnes places dans plusieurs classements européen (France, Belgique, Allemagne, Suisse, ...). A peine le temps de se remettre de cette déferlante canadienne que le trio s'en revient avec une neuvième rondelle nommée « A Rock Supreme ».

N'y allons pas par quatre chemins. Ce sue, hume, transpire, dégouline, schlingue le.... Rock n' roll par tous les pores. Que ce soit dans son dernier bouquin en date (« I've Got Something To Say : 10 Years Of Rock And Roll Ramblings » sorti en 2018 et préfacé par Duff McKagan) ou dans sa musique, le chanteur-guitariste chauve à la langue fourchue adore écrire et composer sur ce thème. Dès lors, rien d'étonnant que d'emblée, notre lascar déclame ''I'm in a band, and I love it ... All I want to do is play my guitar and rock and roll'' (NdT : Je suis dans un groupe et j'adore ça... Tout ce que je veux faire, c'est jouer de la guitare et du rock and roll). Une véritable profession de foi on vous dit. On ne s'étonne donc pas quand le garçon nous parle de son amour des femmes ('Lipstick City' et son petit coté AC/DC, 'That Girl' et ses inspirations Thin Lizzy-ienne) et de sa passion indéfectible pour le genre musical que vous savez.

Comme à son habitude, Danko fait du Jones (ou inversement). D'aucuns vont dire que c'est un peu trop facile, du clairement déjà entendu cent fois voire même du pas vraiment original... mais peu importe. La formule est certes éprouvée depuis plusieurs disques. Et alors ? Les gros riffs saccadés et énervés servent parfaitement des compos globalement rentre-dedans et calibrées pour les radio US. Du direct, pas de fioritures. Faisons simple, soyons efficace ('I Love Love'). La paire basse/batterie, composée respectivement du fidèle John ''J.C.'' Calabrese à la quatre cordes saturée et de Rich Knox aux baguettes, défonce tout avec une rythmique implacable (le furieux 'Burn In Hell' avec sa cloche à vaches cowbell ici et là, 'Party' et ses ''oh oh oh …'' fédérateurs). Les morceaux coup-de-poings (en même temps c'est dans le titre... 'Fists Up High', le rageur 'You Can't Keep Us Down') s'enchaînent. La prod' léchée de GGGarth Richardson (Rage Against The Machine, Red Hot Chili Peppers, Biffy Clyro), qui a remplacé Eric Ratz derrière la console, ne fait pas dans le détail. Le débit de Danko est rapide pour ne pas dire mitraillette à de nombreuses reprises ('You Got Today'). Celles et ceux qui attendraient un profond changement de registre, voire une révolution, vous pouvez passer votre chemin. Ici, pas de chichi, on balance du rock pur jus dans vos pleines faces ('We're Crazy', le groovy et débridé 'Dance Dance Dance'). Reconnaissons tout de même que nos 3 larrons savent y faire dans le genre mélodies irrésistibles et refrains accrocheurs. Tout cela s'écoute fort, mais alors TRES fort.

Bien nommé, « A Rock Supreme » reste sur cette autoroute rock aux accents punk sur laquelle la petite bande roule avec conviction depuis fort longtemps. Malgré plus de vingt ans d'existence au compteur, l'énergie et l'envie sont toujours là. Danko Jones ne surprend pas mais ne déçoit pas non plus. Alors, Let's Rock.

Chroniques