RAIN
Plus d'infos sur RAIN
Power Metal
Chroniques

A New Tomorrow
Enora
Journaliste

RAIN

« « A New Tomorrow », un album assez inégal qui s’appuie sur des bases solides mais sur lequel Rain se perd un peu… »

11 titres
Power Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 23/09/2022
880 vues
AUTOPRODUCTION

Depuis les années 1980, Rain s’efforce de mettre l’Italie sur la carte des pays célèbres pour leurs groupes de Heavy Metal. Ces efforts ont pris la forme de six albums, depuis « Headshaker » en 2002 jusqu’à « Disperato Erotico Stomp » en 2017. Après un changement de line-up, le groupe nous présente sa nouvelle création pleine de promesses : « A New Tomorrow » !

Le titre éponyme ouvre cet album et on se laisse prendre au jeu de basse simple mais efficace de King Gabry. Les riffs de guitares sont très Heavy, tout comme la voix qui arrive rapidement après et rappelle les classiques du genre. S’il était relativement facile de se laisser porter par ‘A New Tomorrow’, ‘Down In Hell’ est un peu trop légère pour pleinement convaincre tant le groupe semble ébaucher une multitude de chemins possibles (Heavy, Power, Indus, etc.) sans jamais se décider à en emprunter un. ‘New Sin’ confirme une tendance qu’on pressentait depuis le début de cet opus, à savoir un virage vers un style plus américanisé et qui peut faire penser à des groupes comme Five Finger Death Punch. Cela permet quelques libertés sympathiques mais l’ensemble manque un peu de conviction…

Bien plus sobre, ‘Double Game’ se révèle très rapidement beaucoup plus intéressant et catchy que les premiers morceaux. Les musiciens de Rain reviennent à quelque chose de plus brut, de plus honnête et dépouillé, et ça leur réussit très bien (même si on pourrait souhaiter des soli de guitare plus propres) ! On poursuit sur cette lancée avec ‘Masters Of Love’ qui nous séduit cette fois grâce à son côté old school et son énergie plus sincère. Le timbre d’Evil Mala constitue cependant un petit bémol tant il n’a rien d’unique et rappelle des centaines de chanteur du même style, ce que confirme une nouvelle fois ‘Never Alone’, un titre sur lequel on ne s’attarde pas par ailleurs.

Avec ‘Loveself’ on découvre une facette plus apaisée et sensible du groupe qui est plutôt convaincante par sa douceur et qui fait du bien après avoir été emporté dans le tourbillon du reste de l’album. Malheureusement pour nous, ‘All You Can Hate’ puis ‘Evil Me’ retombent dans les travers de ‘New Sin’ et sonne parfois comme une pâle copie de groupes américains ce qui dissout totalement l’identité de Rain et transforme le morceau en un création vide, convenue et prévisible. Plus complexe, ‘Peace Sells’ permet de renouer davantage avec le style propre au groupe mais ça reste encore trop contrôlé et le mixage ne met pas suffisamment les instruments en avant à l’image de la batterie d’Andrew Gunner, totalement écrasée à l’arrière. Enfin, ‘Revolver’ sauve les meubles sur cette conclusion en demi-teinte.

« A New Tomorrow » se révèle être un album assez inégal bien qu’il s’appuie sur des bases solides : l’expérience du groupe, leur maîtrise des codes du genre dans lequel ils évoluent, leur envie de bien faire et de rester en prise avec la musique produite actuellement. Mais ce dernier point est à double-tranchant car Rain se perd en cherchant à mobiliser des références qui ont fait leurs preuves alors que le groupe est bien plus convaincant et propose des morceaux bien plus intéressants en restant fidèles à son univers.