A Million Degrees
Fred H
Journaliste

EMIGRATE

«Entre metal indus, pop/rock et électro-new wave, Emigrate propose des styles résolument différents. Bien qu'inégal, « A Million Degrees » s'écoute avec un délectable plaisir»

11 titres
Rock
Durée: 45'19 mn
Sortie le 30/11/2018
3336 vues
Alors qu'on annonce un nouvel (le dernier ?) album de Rammstein pour 2019, Richard Zven Kruspe, l'un des deux gratteux du célèbre combo teuton, poursuit son chemin avec son side project européen Emigrate fondé en 2005. Ainsi, après un premier skeud éponyme en 2007 et « Silent So Long » paru en 2014, « A Million Degrees » est donc le troisième effort du natif de Wittenberge (RDA) et de sa clique. Richard s'occupe des sixcordes/chant et Mikko Siren (batteur finlandais d'Apocalyptica) ainsi que le bassiste frenchy Arnaud Giraux sont toujours fidèles aux postes.

De plus en plus, RZK cherche à se démarquer de sa formation principale (probablement trop écrasante et codifiée). C'est vrai, on trouve encore ici ou là des riffs plutôt heavy ('War', 'Spitfire') aux accents metal indus qui renvoient forcément au registre et aux arrangements martiaux de qui-vous-savez. Malgré tout, la majeure partie de cette galette se veut plus légère… et surtout délibérément TRES variée. Ainsi, on se balade entre piste Trent Reznor-ienne (l'entêtant 'A Million Degrees') et contrées pop rock rappelant des U2/Blink 182 par ci ('You Are So Beautiful') et du Green Day par-là ('Hide And Seek' et son refrain fédérateur). Les titres très hard rock (la séduisante power ballade 'Eyes Fade Away', joli solo au passage) côtoient moments plus graves (le dissonant 'We Are Together'). Visiblement, l'auteur-compositeur allemand s'amuse (on le sent plus à l'aise vocalement), expérimente, se dévoile bien plus personnellement dans cet « espace de liberté » revendiqué.

Coté collaborations, à l'instar de l'opus précèdent, cette nouvelle offrande accueille plusieurs invités. Ici, quatre duos là encore éclectiques. Benjamin Kowalevitz, des Canadiens de Billy Talent, partage le micro avec RKZ (leurs voix sont très proches) sur une compo plutôt assez groovy et énergique aux rythmes punk rock ('1,2,3,4'… prononcez eins, zwei, drei, vier). Se succèdent également un amalgame de new wave (vive les synthés) vs choeurs grégoriens avec Tobias Froge a.k.a Cardinal Copia de Ghost ('I'm Not Afraid') et une grosse sucrerie pop metal avec la française Margaux Bossieux de Slippin Away ('Lead On You'). Le dernier guest et non des moindres n'est autre que Till Lindemann. Le compère de R+ apporte son phrasé (dans la langue de Goethe, ja!) si reconnaissable en réponse au chant en anglais de Richard dans un mélange électro metal indus plutôt réussi ('Let's Go').

Entre metal indus, pop/rock et électro-new wave, mister Z. Kruspe/Emigrate à fait le choix d'élargir son spectre musical (quitte à déstabiliser) en proposant des styles résolument différents. « A Million Degrees » n'est donc pas une pâle copie ou un ersatz du mastodonte germanique susnommé. Bien qu'inégal sur l'ensemble, de nombreux titres - plutôt solides et rafraîchissants - s'écoutent avec un délectable plaisir. Das ist gut! (NdT : C'est bon!).