UNEVEN STRUCTURE
Plus d'infos sur UNEVEN STRUCTURE
Metal Progressif

La Partition
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

UNEVEN STRUCTURE

«Ce groupe qui nous préoccupe possède tout d'un grand.»

11 titres
Metal Progressif
Durée: 50 mn
Sortie le 21/04/2017
9526 vues
Me voilà amené par le Boss de United Rock Nations à écouter un groupe qui m'est parfaitement inconnu pour la simple et bonne (ou mauvaise) raison que le style dans lequel il officie est aux antipodes de ce que j'écoute.

C'est donc dans une position totalement inconfortable que je tente d'entrer dans l'univers d'Uneven Structure, groupe de Metz, capitalisant 9 années d'expérience.

A leur actif, un E.P., « 8 » sorti en 2009 et réédité en juin 2013.
Il semblerait que cet E.P. s'est très vite répandu parmi les afficionados du Metal progressif Djent Tech, se téléchargeant massivement en un rien de temps. En octobre 2013, ce sera la sortie du premier album, « Februus » qui a reçu un accueil plus que respectable dans la presse spécialisée, montrant que le combo possède des qualités indéniables.

Nous voici donc avec le nouvel opus, second ouvrage des artistes.
Tel un Ayreon, il s'agit d'un concept-album évoquant la quête confiée à un tiers par des « Sirénoïdes » aphones ayant besoin qu'une partition soit récupérée pour sortir de cet écueil !!!
Ma foi, il est toujours intéressant de lier un univers musical à une histoire, ce qui lui permet de se cristalliser, de vivre, de prendre forme.
Je me lance donc dans cette quête ; tentant d'aider le tiers en question.

Oh my god, juste après une introduction mélodique qui me subjugue, une masse sonore m'envahit sur « Alkaline Throat », et j'entends des grattes guitaristiques assez particulières, semblant construire un édifice à l'architecture algorithmique. Le chant clair de Matthieu me fait penser à Howard Jones mais en plus agressif, évidemment. Bon sang, les riffs explosent dans le cosmos…ha mais oui, 3 guitaristes s'il vous plaît : Igor, Jérôme et Steeves. Cette musicalité me déboussole totalement, entre des moments légèrement plus mélodiques et des plages plus techniques.

Ha, sur « Brazen Tongue », le chant sait monter dans l'agressivité, ce qui n'est pas du tout pour me déplaire. J'ai l'impression d'être à l'écoute d'une sorte de Textures, de Meshuggah, bref des groupes de génie mais qui ne m'ont jamais parlé.
Je suis frappé par la netteté du son malgré l'architecture que je qualifie de « brouillonne » mais qui doit certainement avoir un sens dans ce sous-genre particulier. L'exécution est bonne. Le jeu de basse attire mon attention par son originalité, circulant tel un électron libre mais sans profondément se démarquer de l'ensemble. Même le groove sort du cadre des grooves typés.

« Crystal Teeth » présente des aspects un peu Faith No Moresques dans la première minute, s'envolant dans une sorte de fusion à la R.A.T.M. pour ensuite reprendre la voie du progressif. Certes l'accès n'est pas aisé mais la richesse est là dans cette forte densité de notes.
Je me dis que leurs partitions ne doivent pas être si simples. Les guitaristes prennent des libertés intéressantes, se démarquant chacun, cherchant des horizons divers et se regroupant à de rares moments ; ce qui contribue à fournir une drôle de polyphonie.

Sur le 4ème morceau, je me demande si je n'ai pas un problème technique sur mon ordi, centre d'écoute et de découverte, mais non, « Groomed And Resting » est un interlude.

Les 2 morceaux qui suivent vont parvenir à me faire penser que je peux apprécier un fifrelin ce style déconcertant ; j'ai nommé « Incube » et « Succube », pour un Blackeux, normal, et pour autrui ?
Ces morceaux dégagent une solide atmosphère, qui semble s'opacifier, montant doucement en puissance et soutenues par un chant inspiré, presqu'éthéré.
Et ce « Succube » qui montre un petit côté Gothico-Vintage…on ne sait pas trop où il vous mène. Ceci dit, je cherche toujours après la partition des « Sirénoïdes », ne sachant pas où trifouiller !!! Les parties growlées me plaisent, cela est acquis ; qu'on se le dise. Les Deatheux mélodistes pourraient apprécier.

S'ensuit « Funambule » qui mord dès le début pour ensuite s'arrondir dans une relative tendresse, vous percutant les synapses.
Le chant agressif est excellent, et je me dis que ceux qui aiment Dagoba et autres spécificités du genre, ne peuvent qu'être conquis.
La possession d'une haute compétence technique au sein du groupe se dessine clairement en mon esprit.

« Greeted And Dining » rampe aux oreilles dans une ambiance bien atmosphérique, ce qui est touchant. C'est une petite pause bien méritée.
Non, une amorce pour le 9ème morceau, « The Bait » qui se voit plus langoureux, vous explosant à la tête à 1 minute 50' !!! Ce morceau me fait rêver, il vous entraîne dans le coeur de la matière, voyageant entre les atomes, du vide à la Materia Prima.

La quête se termine, « Your Scent » démarre à 200 à l'heure, chant agressif de circonstance, ponctuées de quelques disharmonies sonores en toile de fond mais sans nullement que cela ne gêne. C'est écrasant, ça vous met une pression pas croyable. Je me dis que la Partition, je brûle mais que je vais en baver pour la saisir… Aïe, me voilà versé dans un univers sonore aqueux, les « Sirénoïdes » arrivent…Aurai-je retrouvé ce dont elles ont besoin ?

Pour le savoir, découvrez l'album.

Reprenons notre sérieux légendaire, l'album est terminé, je n'ai pas le sentiment d'avoir écouté un truc merdique, mal ficelé.
Pire, je crois que ce groupe est énorme, montrant de très grosses potentialités.
Et encore, je crois qu'ils peuvent encore prendre de la marge, apporter d'autres surprises à l'avenir.

Uneven Structure n'aura pas réussi à me convertir au Djent mais montre une capacité à toucher, à créer du dense, de la matière compacte et totalement libre d'esprit. Je suis impressionné.

La France nous montre qu'il n'y a pas que dans le Black et le Death qu'elle parvient à se démarquer sur la scène internationale.
Ce groupe qui nous préoccupe possède tout d'un grand.

Mon ultime conclusion étant qu'Uneven Structure n'a plus besoin d'être comparé car il semble posséder sa propre singularité.

Vous ne connaissez pas le groupe et vous aimeriez en apprendre plus ?
Un petit clic ici pour assister à l'interview d'Igor, Guitariste du combo.
www.unitedrocknations.com/interviews.php.......3

Morbid Domi (Mars 2017)