OBITUARY
Plus d'infos sur OBITUARY
Death Metal

Obituary
Anibal BERITH
Journaliste

OBITUARY

« Un album mitigé tout en restant sur une note positive car les titres phares respectent l'état d'esprit des floridiens. »

11 titres
Death Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 17/03/2017
9292 vues
Après une pause de 6 ans entre 1997 et 2003, les floridiens pionniers incontournables du death old school étaient revenus sur le devant de la scène avec des albums plutôt mitigés (''Frozen in Time'', ''Xecutioner's Return'', ''Darkest Day'') n'ayant pas marqué la carrière des américains.
Puis vint le très très bon ''Inked in Blood'' qui marque un renouveau du groupe avec un album résolument différent; bien plus rapide tout en conservant la patte bien lourde et grasse du combo surplombé du chant si spécifique de John Tardy.
Le quintet écume tournée sur tournée pour promouvoir ce petit bijou et en profite pour nous faire saliver de l'arrivée imminente de leur dixième album ''Obituary'' par la sortie d'un Ep (sans grand intérêt très honnêtement) fin octobre 2016 ''Ten Thousand Ways to Die'' proposant essentiellement des titres live et deux morceaux inédits.

C'est donc au cours de ce premier trimestre 2017, que les frères Tardy toujours accompagnés de Trevor Peres (guitare), Terry Butler (basse) et Kenny Andrews (guitare) délivrent le très attendu album éponyme.

Première remarque lors de la première écoute, rien de bien innovant, c'est du Obituary, du bon Obituary mais un peu court...36 minutes...

Plusieurs écoutes sont tout de même nécessaires pour bien appréhender la bête car au fil de temps, voilà que d'un ressenti plutôt optimiste, je me retrouve aujourd'hui, plus de 15 jours après sa sortie, avec un avis plutôt mitigé mais positif.

Les deux premiers titres sont clairement dans la lignée du précédent opus avec des intro très directes et efficaces. C'est rapide, les riffs sont tranchants, peu variés mais font le job. C'est répétitif mais ça a le mérite de ne pas lasser car les morceaux sont relativement courts ('Brave' 02:14 et 'Sentence Day' 02:49). 'Sentence Day' nous gratifiera même d'un solo très thrash 80's très bien venu et, contrairement à son homologue, ne laissera que de place au chant du frontman avec des parties instrumentales plus prononcées.

Changement de registre en suivant avec 'A Lesson In Vengeance' qui sur un peu plus de 3 minutes propose un morceau clairement stoner avec des riffs bien gras et résonants. Tardy chantera plus ici et les soli sont inspirés d'une sonorité bluesy.

Avec 'End It Now', on revient dans l'univers introductif de la galette avec quelque chose de plus dynamique sur fond de mid tempo assez rythmé. On reconnaît bien les mots envoyés affreusement par Tardy notamment sur le reste du titre qui s'avère plus lourd et plus lent pour un finish à l'image de l'intro, énergique.

Puis c'est un peu la longue traversée du désert par la suite avec 5 titres dénués d'intérêts ('Kneel Before Me ', 'Betrayed', 'Straight To Hell', 'Ten Thousand Ways To Die' et ' No Hope'). Pas que ce soit mauvais, je ne me le permettrai pas mais vraiment sans grand intérêt pour l'album dans le sens où cela n'apporte rien, ne crée aucune émotion, aucune envie particulière de s'y replonger dedans encore et encore. Totalement en opposition aux deux très bons ' It LIves ' et 'Turned To Stone '.

Le premier étant clairement du Obituary rappelant sans hésiter la période ''Cause Of Death'' ou encore ''The End Complete''. John vocifère dans son micro, le timbre de sa voix est affreux et bien dégoulinant, le riff est gras et répétitif, les blasts lourds et frappés, seule la double permet de varier légèrement le rythme juste de quoi tenir en haleine l'auditeur.
Le second étant du même acabit, plus sombre au départ pour un final plus catchy et globalement plus instrumental.

Avec cet album éponyme, Obituary maintient la nouvelle orientation du groupe que nous découvrions sur ''Inked in Blood'' tout en revenant aux sources avec des titres très old school et en tentant l'insertion de compositions plus basiques qui ne marqueront pas les esprits. Un album donc mitigé tout en restant sur une note positive (d'où ce 4/5 et non 3/5) car les titres phares respectent l'état d'esprit des floridiens.