Hammer of the Witches
Anibal BERITH
Journaliste

CRADLE OF FILTH

11 titres
Metal
Durée: 55 mn
Sortie le 10/07/2015
4139 vues
N'étant pas un grand amateur de Metal symphonique, je ne vous cache pas que c'est sur des oeufs que je m'apprête à chroniquer le 11ème album du combo anglais CRADLE OF FILTH. D'autant plus que les créations de leur 10 dernières années ont été peu convaincantes et qu'enfin le gros investissement du leader charismatique Dani Filth au sein de son autre groupe DEVILMENT a conduit le groupe à une perte de vitesse évidente.

Très grosse surprise à la 1ère écoute, c'est très très bon ! Il faut dire que le changement de label (Nuclear Blast) et le nième changement de line-up avec le départ de Paul Allender y sont certainement pour beaucoup. Dani Filth toujours au chant, entouré de 2 nouveaux guitaristes Richard Shaw (EMPEROR CHUNG) et Ashok (ROOT , INNER FEAR), de Daniel Firth à la basse, de Martin Skaroupka à la batterie et pour finir de Lindsay Schoolcraft aux claviers et au chant maintenant (belle promo!) a retrouvé la fougue et l'inspiration d'antan (« Dusk..And Her Embrace », « Cruelty And The Beast »).

Les thèmes abordés restent les mêmes et plus axés sur la sorcellerie et le sabbat noir (l'artwok signé Arthur Berzinsh ne laisse aucun doute là-dessus par son interprétation de l'oeuvre de Goya « Le Sabbat Des Sorcières »).

Tout démarre par une intro digne d'un orchestre philharmonique « Walpurgis Eve ». Présence d'instruments nobles (violons, piano, harpe...) créant instantanément une ambiance épique, magistrale et monstrueuse. On entre dans la galerie des horreurs tout en beauté !

Le reste des titres de l'album optera pour une configuration musicale et artistique chère aux britanniques, à savoir un mélange de Black Metal symphonique, de thrash et de gothique, une alternance de voix Death/Black façon Filth, des riffs acérés, rapides ou plus graves et lents et bien sûr l'omniprésence du clavier et d'instruments classiques.

En plus de l'intro, 2 titres dénoteront de la trame de l'album : l'intermède « The Monstrous Sabbat (Summoning The Coven) » jouée au piano et à la harpe et l'outro « Blooding The Hounds Of Hell) » employant violon et orgue d' église. L'album attaque donc vraiment avec la seconde piste « Your Immortally » qui démarre tambour battant avec des blasts très rapides, une mélodie rythmée et entraînante accompagnée de quelques riffs Death. Il est clair que l'énergie de Filth et sa bande est toute retrouvée ! Pour le plus grand plaisir des fans et ceux en devenir. Toutefois, on se serait passé du refrain chanté en choeur façon Hard FM ; cependant le mélange des instruments rock et classique offrent une composition épique et aérienne.

Cette inspiration musicale se retrouvera également sur le puissant « Deflowering The Maidenhead The Goddess », sur le titre éponyme « Hammer Of The Witches », et sur « The Vampyre At My Side ». Ces 3 morceaux ayant la particularité de créer une ambiance musicale typiquement destinée à un film d'horreur. A l'écoute, l'auditeur ressentira cette sensation de suspense où l'on s'attend au pire. La présence des 2 nouveaux gratteux sont très certainement à la source du côté plus heavy et thrashy des morceaux « Enshrined In Crematoria », « Blackest Magick In Practice » et « Onward Christian Soldiers ». Pour ce dernier, intro très péplum et effets sonores faisant penser à l'extraction de l'épée du Roi Arthur de son rocher dans le cultissime EXCALIBUR. L'utilisation de l'orgue d'église pour la mélodie est du plus bel effet. Pour les autres, soli endiablés et blasts dévastateurs à mi-parcours pour entretenir le rythme énergique des compositions avec un côté magique dans l'atmosphère de « Blackest Magick In Practice » grâce au superbe intermède joué au piano et la belle prestation de la claviériste/chanteuse Lindsay Schoolcraft. Prestation que l'on retrouvera un peu plus tard sur la galette sur le très symphonique « Right Wing Of The Garden Triptych » au style d'opéra et taillé pour la scène.

Avec ce dernier opus Filth et sa bande a sans aucun doute retrouvé l'inspiration des meilleures années et nous livre un album convaincant au savant mélange de mélodie symphonique digne d'un orchestre philharmonique et de brutalité technique que seul un groupe de Black Metal émérite est capable d'offrir. A consommer sans modération.