DESERTED FEAR
Plus d'infos sur DESERTED FEAR
Death Metal

Dead Shores Rising
Anibal BERITH
Journaliste

DESERTED FEAR

« L'esprit de Deserted Fear est toujours aussi présent réussissant à marier brillamment le côté épique du death nordique et le côté old school du death US»

13 titres
Death Metal
Durée: 43 mn
Sortie le 27/01/2017
9326 vues
Après une courte absence de 3 ans, les deatheux allemands reviennent en ce début d'année 2017 avec un troisième opus intitulé ''Dead Shores Rising''.
Formé en 2007, le groupe nous gratifie d'un album tous les 2/3 ans depuis 2012 avec ''My Empire'' en 2012 et ''Kingdom of Worms'' en 2014.
Fort d'un line-up inchangé depuis 10 ans avec Manuel Glatter (guitare, chant), Fabian Hildebrandt (guitare, basse) et Simon Mengs (batterie), Deserted Fear propose un album encore une fois bien construit et volumineux avec toujours cette touche épique si chère au trio.
Pour cet album, le groupe retrouve le graphisme de leur premier essai pour l'artwork mettant en valeur leur squelette fétiche trônant de façon héroïque sur un champ de bataille.

On remarquera tout au long de l'album que la mélodie prime ainsi que les plans instrumentaux même si le tempo saura varier entre mid et blast beats pour apporter sa graine de brutalité sur certains plans. On notera une variante par rapport aux précédents opus; une touche plus mélancolique sur trois des compositions de l'album ('Open Their Gates', 'Corrosion of Souls' et 'Face Our Destiny'). La version qui nous sera donnée d'écouter se compose de 13 titres dont 2 titres bonus ('A Morbid Vision' et 'The Path of Sorrow ') et s'étale sur près de 3/4 d'heure avec toujours la même ligne maîtresse à savoir les influences épiques du death nordique et la brutalité du death old school US.

Comme à l'accoutumée, cette troisième galette débute par une intro épique de près de deux minutes pour nous laisser avec le ''vrai'' premier titre de l'album, le puissant et old school 'The Fall of Leaden Skies' . Dès les premiers riffs, on sent les influences du combo avec une rythmique grasse et mélodieuse rapidement secondée par des blasts énergiques et un growl caverneux et puissant. Le titre est varié et volumineux et offre sa part guerrière grâce à son atmosphère épique. Il laissera place au logique 'The Edge of Insanity' qui enchaine dans le même esprit avec une mélodie encore plus exacerbée. Même si le morceau reste guerrier, on commence à ressentir quelques riffs mélancoliques, plus présents sur les deux titres suivants 'Open Their Gates' et 'Corrosion of Souls'. Le premier étant plus direct avec ses riffs incisifs et efficaces sur un tempo très soutenu surplombé des vocalises puissantes et terrifiantes de Manuel. Le second est quant à lui plus lourd et sombre.

C'est à la suite de l'interlude d'un peu plus d'une minute que la galette prend sa suite avec le percutant 'Towards Humanity' et ses riffs saillants tout en réussissant à associer des plans mélodiques plus techniques au 2/3 de la compo.

La suite de l'album se montrera plus lourde et angoissante avec l'inquiétant 'The Carnage', le dissonant 'Face Our Destiny' aux plans instrumentaux plus marqués, le plus agressif 'Till the Last Drop' et le profond 'Carry On' et ses parties mélodiques mises en exergue.

L'album clôture sur les deux titres bonus 'A Morbid Vision' et 'The Path of Sorrow' respectant la logique de la seconde partie de l'album à savoir lourd dans les riffs et terrifiant dans le chant surt un tempo sachant varier le rythme des compositions.

Avec ''Dead Shores Rising'', le trio allemand nous gratifie d'un album de bonne facture à la production soignée et aux compositions aussi riches que variées. L'esprit de Deserted Fear est toujours aussi présent réussissant à marier brillamment le côté épique du death nordique et le côté old school du death US. Un bon disque pour démarrer l'année 2017 sur la scène Death.

Anibal Berith