BONGZILLA
Plus d'infos sur BONGZILLA
Sludge/Doom/Stoner Metal

Weedsconsin
Anibal BERITH
Journaliste

BONGZILLA

« "Weedconsin" se définit comme un disque intelligent et addictif. La claque sludge de ce début d'année et très certainement de l'année !»

6 titres
Sludge/Doom/Stoner Metal
Durée: 43 mn
Sortie le 20/04/2021
825 vues

Seize ans que les princes du sludge, les adorateurs de la weed n'avaient pas fait parler d'eux ! Rien, nada depuis l'excellent "Amerijuanican" qui avait déjà placé la barre très haut dans le genre; à la fois pour ses compositions et ses jeux de mots qui agrémentent les textes et le titre de l'album ! Alors, pourquoi changer ? Avec "Weedsconsin", on reprend la recette qui a fort bien marché en 2005, on la peaufine, on la parfaire, on recentre l'idolâtrie du cannabis sur l'Etat d'où est originaire le trio inchangé depuis la formation du groupe en 1995, à savoir le Wisconsin, et vous avez la tuerie sludge de l'année !

Le célèbre groupe réitère son choix dans la judicieuse date du 20 avril pour la sortie officielle de ce cinquième album ! Ayant déjà fait la même chose en 1999 avec "Stash", le 20/4 ou plus exactement le 4/20, (four-twenty) en date américaine, symbolise la journée officielle de la fumette ! Ou plus exactement, le jour où partout dans le monde s'organisent des rassemblements spontanés où les participants militent pour la remise en cause de la législation sur le cannabis.

Avec "Weedconsin", inutile de balancer une dizaine de titres pour déployer une galette aboutie et qualitative ! En effet, pour ce cinquième opus, Bongzilla sort l'artillerie lourde avec tout juste six missiles ! 43 minutes de son bien gras, épais à souhait qui ferait pâlir une huile de vidange d'un diesel des 80's ! Hormis le très court et surprenant interlude de 35 secondes 'The Weedeater', les compositions de Bongzilla offrent en moyenne une dizaine de minutes de sonorité à faire exploser les cages thoraciques du public situé dans les premiers rangs du pit lorsque ce bijou sera interprété sur scène !

Dès les riffs introductifs de 'Sundae Driver', impossible de se tromper, nous sommes bien en présence du son si caractéristique du trio. C'est gras, lourd, dégoulinant. Ce premier titre est assez soft et prépare l'auditeur à la suite de l'oeuvre qui tend vers quelque chose de plus oppressant et de psychédélique. Ca se durcit naturellement dès 'Free the Weed', qui offre un tempo assommant et des parties musicales plus imposantes et écrasantes. Globalement, les compositions offrent peu de paroles et c'est peut-être le seul défaut de ce matériel. La voix du frontman, Muleboy, est pourtant en complète adéquation avec l'univers du trio; son timbre vocal propose un scream saturé et angoissant se mariant parfaitement aux arpèges opprimantes des morceaux.

Par la suite, le disque dérive vers des chansons davantage psychédéliques avec 'Space Rock' et 'Earth Bong, Smoked, Mags Bags'. Ce dernier titre n'en finit pas avec ses quinze minutes presque intégralement instrumentales et son chant strident même s'il est moins marqué que sur les titres précédents. C'est répétitif, cyclique, hypnotique si bien que dès la première écoute, je suis totalement happé par cette machinerie dont l'envoûtement m'embarque dans une écoute inarétable, un engrenage si fort qu'il m'attire vers le titre outro 'Gummies' sans que je ne m'en rende compte. Je retrouve le groove du début avec un côté malsain plus prononcé et confirmé par les rires sournois d'enfants malfaisants accompagnant la mélodie au mouvement métronomique et au tempo martial qui me martèle le cortex sur toute sa durée telle une addiction.

Avec ce cinquième album, Bongzilla élève son niveau de jeu tout en élevant le niveau du sludge ! Avec plus de 25 ans de pratique dans ce sous-genre du Rock/Metal, le trio américain se surpasse et offre très certainement l'une des oeuvres les plus abouties du style. Les six titres sont habités par toutes les références musicales qui ont fait le succès de cette musique tout en l'agrémentant brillamment dans le choix des mots pour la composition des textes accompagnant cette dernière. "Weedconsin" se définit comme un disque intelligent et addictif. La claque sludge de ce début d'année et très certainement de l'année !

Tracklist :
1. Sundae Driver
2. Free the Weed
3. Space Rock
4. The Weedeater
5. Earth Bong, Smoked, Mags Bags
6. Gummies