TOMBS
Plus d'infos sur TOMBS
Black/Post-Metal

Monarchy of Shadows
Anibal BERITH
Journaliste

TOMBS

«En renouvelant son line-up, Tombs réussit un coup magistral en offrant une musique toute nouvelle et toujours aussi malsaine et lugubre.»

6 titres
Black/Post-Metal
Durée: 35 mn
Sortie le 28/02/2020
917 vues

2018 fut l'année du renouveau pour le groupe de post black américain originaire du quartier de Brooklyn, New-York avec le changement intégral du line-up ! Le fondateur du groupe Mike Hill renouvelle l'équipe et en profite pour prendre une nouvelle voie musicale. Avec dorénavant Drew Murphy comme bassiste, Justin Spaeth derrière les futs et Matt Medeiros à la guitare, TOMBS déploie une musique très rageuse et énergique !

Habitué au post black très évolutif du quatuor, autant dire que c'est avec étonnement que je découvre le nouvel Ep du groupe "Monarchy of Shadows" ! Plutôt très dense pour ce type de matériel avec 6 titres et 35 minutes d'écoute, cet Ep est un quasi album, le disque du renouveau.
Avec ce nouveau line-up, le leader et frontman Mike Hill en profite pour se diriger vers quelque chose de totalement différent et de bien plus dynamique tout en conservant toute l'opacité de son univers.
Démarrant presque délicatement par l'intro lugubre du titre éponyme, l'auditeur est repoussé dans ses derniers retranchements à peine deux minutes plus tard par la tournure bestiale que prend le morceau ! Attaque directe, riffs massifs, tempo brutal et martial, Tombs n'y va pas avec le dos de la cuillère et défonce clairement son auditeur ! Impitoyable, le titre s'intensifie et plonge ce dernier dans une ambiance sombre et malsaine. Le leader a fait évoluer les parties vocales associant scream et chant clair épique rappelant celui de Gaahl sur le premier album de Gaahls Wyrd. A la fois ensorcelant et rageur, il enveloppe à merveille la musique agressive distillée par le tempo et la rythmique lancinante.
Le disque monte en puissance rapidement et maintient un niveau de bestialité élevé par le tempo effréné distribué par le nouveau batteur Justin Spaeth. Malmenant sa caisse claire, le rythme est dévastateur dès 'Once Falls the Guillotine' et ne s'essoufflera pas. A ce niveau d'écoute de la galette, Tombs navigue en black agressif et death surpuissant flirtant avec le slamming death par les gros riffs lourds et oppressants de 'Necro Alchemy'.
Devenant davantage ambiant, 'The Dark Rift' marque une rupture en proposant une atmosphère plus épique par l'intégration de parties musicales jouées au clavier. Une sorte de nappe mystique enrobe la chanson et nous prépare finement au caractère presque ambiant et progressif du titre outro 'Path of Totality (Midnight Sun)' Le tempo s'assagit partiellement , le chanteur se montre moins féroce tout en restant engagé, les guitares distillent des riffs plus sobres mais tout aussi sombres ... c'est terriblement malsain !

En renouvelant son line-up, Tombs réussit un coup magistral en offrant une musique toute nouvelle basée sur les racines post black mêmes du groupe. Intensifiant ses compositions, Tombs n'en reste pas moins torturé et malsain; en ajoutant cette touche de bestialité et de rage, le quatuor repousse les limites de l'oppression avec une musique toujours aussi lugubre.