All you can eat
United Rock Nations

STEEL PANTHER

12 titres
Heavy Metal
Durée: 48 mn
Sortie le 01/04/2014
3242 vues
Groupe parodique formé à Hollywood, Steel Panther était à l'origine un coverband des standards du Glam des années 80. Mais la renommée du groupe, vite gagnée grâce à leurs prestations humoristiques transpirant le sexe, la drogue, le Rock'n'Roll et encore et toujours le sexe (tous les clichés sont là, jusqu aux discussions du groupe entre deux morceaux) les poussent à se sortir des reprises et se concentrer sur leurs propres compositions dans le pur style Van Halen, Def Leppard, Motley Crue ou encore le Bon Jovi des débuts.

De cet élan est né en 2003 l'album « Hole Patrol » sous le nom « Metal Shop ». Après le succès plutôt confortable de cet album déboule une série impressionnante de concerts avec guest-stars, notamment à Los Angeles et Las Vegas. En 2009 et 2011, Steel Panther sort respectivement les albums « Feel The Steel » et « Balls Out » (que l'on vous recommande chaudement ! ).

Et c'est le 1er Avril 2014 (ironie ?) que nos 4 joyeux dépendants sexuels plus si anonymes que ça reviennent en force avec ce nouvel album studio intitulé « All You Can Eat ».

L'album démarre doucement, avec une intro en acoustique très hispanique. Le calme est cependant de courte durée et le titre « Pussywhipped » démarre en trombe. On découvre un morceau assez différent de ce qu'a l'habitude de nous servir le groupe. Contre-temps, riffs très métal progressif, on lorgne très intimement du côté de Dream Theater, avec la patte reconnaissable de Steel Panther. Michael Starr s'essaie à de nouveaux exercices avec sa voix et le trio guitare/basse/batterie est toujours aussi solide.

Finalement, même si on est assez dérouté, on ne peut qu'apprécier ce moment de fraîcheur dans la discographie du groupe. Vient ensuite le single « Party Like Tomorrow Is The End Of The World », où le groupe nous invite à faire la fête avant la fin du monde ! On est ici en terrain connu, Steel Panther fait du Steel Panther. Le titre est très radio et le refrain taillé pour le live.

La majorité des titres est de très bonne facture. Il est difficile d'en discerner les meilleurs, mais on retiendra, en dehors de ces deux premiers titres, « Gloryhole » avec son riff rentre dedans, « Ten Strikes You're Out » et son côté southern, la power ballade Journeyènne « Bukkake Tears » littéralement magnifique, le second single « The Burden Of Being Wonderful » avec Lexxi Foxx au violoncelle et enfin « She's On The Rag » et son intro rappelant « The Show Must Go On », qui clôt un album riche en Rock'n'Roll et en paroles assez explicites.

Au final, Steel Panther fait ce qu'il fait de mieux. Il nous communique sa passion pour le Rock'n'Roll perdu des années 80 et pour le sexe. Qu'on accroche ou non à leur personnages hautement parodiques et surjoués, on ne peut que saluer leur performance et l'inspiration pour ce troisième album.
Si vous n'avez jamais accroché à leur univers, passez votre chemin, cet album ne vous réconciliera pas avec l'image que dégage le groupe sur scène, en interview ou encore sur album. Dans le cas contraire, cet album est une petite perle. Similaire avec ce qu'à l'habitude de faire le groupe dans sa construction, « All You Can Eat » diffère quelque peu de par sa composition. Et ça permet de découvrir le groupe sur d'autres sentiers.

Sans fautes donc, mais on espère que le groupe continue dans le temps et que ce côté ultra obsédé ne finisse pas par lasser !

Retrouvez en vidéo la conférence de presse du 30 Janvier 2014 au Hard Rock Café de Paris !
STEEL PANTHER
Plus d'infos sur STEEL PANTHER
Heavy Metal
Chroniques