Hold Our Fire
Fred H
Journaliste

THE PINEAPPLE THIEF

«Témoignage live sincère qui ne peut que plaire aux adeptes de The Pineapple Thief et de ses dernières offrandes»

9 titres
Metal Progressif
Durée: 50'11 mn
Sortie le 15/11/2019
2372 vues
Hasard du calendrier (ou pas), en seulement 3 semaines d'intervalles sortent le deuxieme effort en solitaire du chanteur Bruce Soord (« All This Will Be Yours ») et ce nouvel album live de son combo The Pineapple Thief. Depuis maintenant 2 disques (le sublime « Your Wilderness » et le non moins excellent « Di§olution » respectivement parus en 2016 et 2018), les anglais ont recruté le batteur-percussionniste et compatriote Gavin Harrison pour officier derrière les fûts. Fort logiquement, nos garçons sont partis en tournées et il fallait bien immortaliser tout cela à un moment ou un autre. Voilà désormais la chose faite avec ce « Hold Our Fire ».

Comme on pouvait s'en douter, ce Live – capturé lors de différents concerts de l'automne 2018 - reprend la quasi intégralité du récent douzième opus (à l'exception du mélancolico-acoustique ‘Pillar of Salt). Dixit Harrison « cet enregistrement retranscrit vraiment l'énergie et l'esprit d'un groupe jouant ensemble devant un public enthousiaste ». Effectivement, les britanniques semblent se faire plaisir. Les interprétations ici proposées varient assez peu des versions studio. Malgré tout, les pistes jouées passent plutôt bien l'épreuve du live. Le voleur d'ananas distille avec intelligence son alternatif Prog Rock ('Try As I Might') à tendance hypnotique ('Not Naming Any Names') ou plus dynamique ('All That You`ve Got'). En bon capitaine de vaisseau, le taulier Soord sait y faire pour nous embarquer, de sa voix douce et fragile, avec des mélodies vocales travaillées ('Threatening War', le pop 'Shed A Light' et son solo de gratte lumineux). Secondé par le claviériste-bidouilleur de fioritures électro Steve Kitch et par le bassiste Jon Sykes, le maître ès baguettes de Porcupine Tree et de King Crimson s'éclate totalement (l'entêtant 'Far Below', la pièce maîtresse atmosphérique 'White Mist'). Quelle frappe subtile. Planant et captivant, l'ensemble est que pur bonheur pour nos chères cages à miel.

Finalement, la seule « véritable » petite surprise réside dans l'intégration d'un morceau ('3000 Days') extrait de « Someone Here » paru en 2010. Ce dernier titre de la galette offre une plage d'expression un peu plus grande au guitariste de session George Marios (qui permet au quartette de base de devenir ainsi quintette sur scène). D'autres ajouts de ce type ne nous auraient pas déplus.

Bien qu'on aurait apprécié une set-list couvrant un spectre un peu plus large de la discographie de nos britishs, ce « Hold Our Fire » est un témoignage live sincère qui ne peut que plaire aux adeptes de The Pineapple Thief et de ses dernières offrandes.