ALCEST
Plus d'infos sur ALCEST
Black Metal (early), Post-Metal/Shoegaze (later)
Chroniques
Kodama
2016

Spiritual Instinct
Beleth Ars Goetia
Journaliste

ALCEST

«Encore une fois, Alcest nous invite dans des contrées fantasmagoriques, célestes et lumineuses. ''Spiritual Instinct'' est dans la lignée du très beau ''Kodama'', sans nouveautés, mais l'appel est trop fort et il est difficile de ne pas succomber.»

6 titres
Black Metal (early), Post-Metal/Shoegaze (later)
Durée: 40 mn
Sortie le 25/10/2019
2006 vues
Bien que peu reconnue, la scène Metal française peut se targuer d'une chose : sa densité et sa qualité.

Trois ans après le somptueux ''Kodama'', le duo français Alcest, composé de Winterhalter à la batterie et de l'inénarrable Neige à la guitare, basse, clavier et chant nous revient avec ''Spiritual Instinct'', dont l'arrivée dans notre monde est prévue le 25 octobre prochain via Nuclear Blast.

Bientôt vingt ans de carrière, six albums studios dont le style a varié, notamment avec ''Shelter'' (2014), pour revenir vers l'essence du groupe en 2016 pour le plus grand bonheur des fans.
Issus de la scène Black française, Alcest s'en est peu à peu détaché pour s'orienter vers un Blackgaze/Shoegaze très personnel, délicatement ciselé et composé suite aux visions que Neige avait quand il était enfant. Ecouter Alcest, c'est entrer dans un jardin préservé de tout, c'est traverser le Styx et se rendre compte de la beauté des limbes.

La pochette, d'une sublime sobriété et signé Fortifem représente un sphinx, personnage mythologique ô combien mystérieux, laisse penser que l'on se trouve dans la lignée même de ''Kodama''. Et c'est le cas.

L'album s'ouvre sur 'Les Jardins de Minuits', morceau qui semble reprendre le propos là ou ''Kodama'' s'était arrêté. Assez rythmé, ce morceau compile également du chant classique et hurlé, ce qui permettra de rassurer les fans. Car oui, on retrouve bien le chant hurlé tout au long de cet opus !
Deux morceaux sont déjà sortis, 'Protection' et 'Sapphire' qui donnent parfaitement le ton de l'album. Rythmé, mélodieusement parfait, on pourra cependant reprocher à 'Sapphire' une trop grande filiation avec 'Oiseaux de Proie' (''Kodama'', 2016) dans sa structure mélodique et rythmique. Néanmoins, ces six pistes permettent de s'y retrouver.

L'énorme coup de coeur de votre journaliste va au morceau 'Le Miroir', dont le rythme lancinant se marie divinement avec une mélodie douce et répétitive. La présence de synthé sur le morceau lui confère des passages presque synthwave et très rétro, un mélange interessant et réussi pour le groupe.
Le final se fait sur le morceau éponyme, qui promet de coller de sacrés frissons (et des frissons sacrés) en live, avec sa monté épique qui n'en fini pas et sa voix invocatrice tout en échos, le tout sublimé par des arpèges délicats illuminants la musique.

Certes, on pourra dire qu'Alcest ne se recycle pas trop depuis ''Kodama''. Certes, on pourra aussi dire que le propos reste le même. Mais voilà, la qualité est bien présente et il est difficile de ne pas succomber aux mélodies enchanteresses de ce ''Spiritual Instinct''. Tout y est absolument sublimé, comme à la bonne habitude du duo. A la fois fort, magique, puissant, fantasmagorique, Alcest signe, encore une fois, un très bel opus plein de grâce, de subtilité et de rêve.