MARS RED SKY
Plus d'infos sur MARS RED SKY
Psychedelic Rock

The Task Eternal
Fred H
Journaliste

MARS RED SKY

«Malgré un ton général plutôt noir, « The Task Eternal » est un plongeon dans l'étrange et si fascinant univers de Mars Red Sky. Le ciel de « la planète rouge » est magnifiquement beau, une fois encore.»

8 titres
Psychedelic Rock
Durée: 49'48 mn
Sortie le 27/09/2019
2322 vues
Le dernier effort en date de Mars Red Sky, le terriblement savoureux « Apex III - Praise for the Burning Soul », remonte déjà à février 2016. Depuis lors, les bordelais ne sont pas restés inactifs, loin de là. En plus d'avoir sillonné notre bel hexagone et plusieurs villes d'Europe (parfois en compagnie des Polonais de Belzebong et/ou des Ukrainiens de Stoned Jesus pour la tournée « Up in Smoke Vol VII »), le groupe a également joué au Brésil, en Argentine, au Mexique ou bien encore le pays de l'Oncle Sam (festival Psycho Las Vegas). De véritables globe-trotters nos frenchies.

Après le single « Myramyd » (un morceau paveton instrumental de … 17 minutes) livré en 1017 et un tout récent « Collector EP » (amuse-bouche du futur méfait à paraître) paru mi-juin sur leur propre label Mrs Red Sound, voilà que déboule le quatrième opus du combo. « The Task Eternal » donne toujours dans le Stoner Rock psychédélique des plus planant. L'hypnose démarre dès le titre d'ouverture ('The Proving Grounds'). Le trio possède un/son univers à lui, si particulier et singulier certes, et pourtant tellement reconnaissable et riche. Aux travers de longues et nombreuses parties instrumentales (le plombant 'Reacts' et ses soli de grattes lugubres), on navigue entre froidures abyssales et chaleur incandescente, on oscille entre sonorités sombres (le glauque 'Recast' et ses effets de voix) et moments plus lumineux (surtout grâce au chant). La section rythmique (impeccable et implacable) composée par la basse de Jimmy Kinast et la batterie de Mathieu Gazeau donne principalement dans les tempos pachydermiques et ambiancés ('Collector').

Derrière son micro, Julien Pras se fait léger, clair, aéré, aérien… pop. Sa voix nous embarque avec de (fines) mélodies éthérées et envoûtantes (l'enchanteur 'Crazy Hearth', 'Hollow King'). Avec sa sixcorde, le bougre balance toujours ses riffs écrasants, monstrueusement doom ou passés à la pédale fuzz (le puissant 'Soldier On' et ses accents seventies). Concoctée par l'orfèvre Gabriel Zander, déjà aux manettes de la console sur la précédente galette (et qui a aussi bossé avec Saturndust, Muddy Brothers, The Flying Eyes), la production est massive. Finalement, en contraste avec le restant du disque, la dernière piste du voyage ('A Far Cry') se fait sur une touche acoustique (uniquement guitare/basse). Déroutant mais magnifique. Pour conclure, n'oublions pas de mentionner la pochette. Derrière ce superbe artwork, les fans de la formation reconnaîtront l'excellent et fidèle illustrateur, Carlos Olmo, auteur de Bandes Dessinées et praticien du street art.

OEuvre après oeuvre, repoussant à chaque fois les limites, nos 3 larrons creusent et perfectionnent leur sillon musical. Malgré un ton général plutôt noir, « The Task Eternal » est un plongeon dans l'étrange et si fascinant univers de Mars Red Sky. Le ciel de « la planète rouge » est magnifiquement beau, une fois encore.