Dregen
United Rock Nations

DREGEN

10 titres
Rock
Durée: 34 mn
Sortie le 25/09/2013
2557 vues
Sacré personnage que ce Dregen ! Quand on sait que l'homme a fondé successivement Hellacopters puis Backyard Babies et frayé avec une bonne partie de l'excellente scène Suédoise et Canadienne (dont Danko Jones, qui effectue une apparition sur un titre de cet album), c'est le coeur battant et les sens en éveil qu'on se prête à l'écoute de son side-project Dregen. Et quand on sait ensuite qu'en même temps que de préparer son album, Dregen collaborait avec Michael Monroe, ex-frontman du mythe glam Hanoï Rocks, les espoirs d'extase musicale nous étreignent furieusement.
Et bien disons-le tout net: promesse tenue, et de très belle manière ! Les 10 titres de ce « Dregen » rassasient de riffs tellement tranchants qu'on les croirait échappés des clubs de L.A. au milieu des 80's et de refrains catchy que vous chantonnerez en headbangant tout le reste de la journée (« Just like that », « Mojo's gone », « Gig pig »).
Dregen, c'est simple, direct, énergique en diable et ravira les amateurs du genre, dans toute sa variété : Kiss, Alice Cooper, ou encore Poison, Skid Row et autres Mötley Crüe, bien que concernant ces derniers, Dregen renie la filiation (voir l'interview ici, réalisée juste avant son concert à Paris le 4 décembre 2013), incompréhensible d'ailleurs, mais là n'est pas la question !
D'autant que le glam-rock de l'album « Dregen » est incrusté, de manière assez subtile, de ses multiples influences: notes de piano rock'n'roll (« Divison of me ») ou de synthé (« One man army »), ou encore titres à la hargne punk (« Pink hearst ») et se baguenaude même, avec bonheur, vers un blues gras et groovy (« Flat tyre on a bloody road »).
Cet opus se démarque donc avec brio de nombres de productions glam actuellles, aux compos trop simplistes et au son trop typé 80's. Bref, du bon glam-rock, mais pas que ! « En Suède, les journées sont tellement monotones qu'on ne sait plus si on a déjà pris son petit déjeuner » disait une pub TV pour des pains suédois ! Mais décidément, pas de quoi s'ennuyer avec ce diable de Dregen !
Laurent M