Demons And Wizards
Herger
Journaliste

DEMONS AND WIZARDS

«Ce premier album du duo germano-américain est de bonne facture et nous présente un Power Metal, mélange de Ice Earth et Blind Gardian.»

13 titres
Durée: 55 mn
Sortie le 07/06/2019
3910 vues
Quelle est le point commun entre Blind Gardian et lce Earth: deux grands noms du Power Metal Mondial. Le point commun est le projet Demons And Wizard, projet de Hanki Kurch du combo allemand et Jon Schaffer du groupe américain Ice Earth. Devenu ami, ils décident de créer ce groupe à la fin des Années 90 et de sortir un album éponyme puis un deuxième quelques années après.

Le projet s'est mis en veille mais ils ont décidé de retravailler ensemble. Pour cela, ils signent un contrat chez Century Média et vont jouer au Hell Fest en fin de mois et sortiront un nouvel opus l'année prochaine. C'est dans ce contexte que leur nouveau label a décidé, avec leurs accords, de rééditer leurs deux premiers albums. La chronique d'aujourd'hui est celle de leur opus éponyme.

Comme on a pu le dire à l'époque de sa sortie, ce premier effort de Demon's And Wizzard est l'union du côté sombre et accrocheur des compositions de Ice Earth d'un côté et l'autre les mélodies et le côté théâtral de la musique composée par la bande de Kurch.
Donc le côté démoniaque face à un côté magique.
On y trouve donc ces riffs caractéristiques du guitariste et compositeur d'Ice Earth: accrocheurs, puissants, acérés, bruts et abrasifs. On est donc dans du pure Power Metal bien burné.
On retrouve tout ce que nous venons de dire dans des morceaux tel que “Heaven Denies” ou l'on sent la patte de Schaffer avec des riffs de tueurs. Mais nous pouvons citer dans le même genre les morceaux “Blood On My Hands” ou “Last Sunrise”.
On trouvera aussi des morceaux plus pausés qui lorgnent vers la ballade où les passages acoustiques sont présents. On en trouve sur “Fiddler On The Green”.
Il y a aussi certains de ces passages sur les morceaux pur et Power qui servent de moments d'accalmie.
Des titres comme “Heaven Denies” ou “Path Of Glory” sont de très bonnes illustrations.
A noter: la présence d'une reprise de “White Room” de Cream dans une version plus percutante que l'originale!
On va finir avec le boulot fait au chant par Hansi. On reconnait, dès la première seconde son timbre de voix qui est vraiment original. Il est puissant, grandiloquent, épique mais il sait se faire plus nuancé dans les parties les plus douces. Et on retrouve aussi les choeurs que nous avons l'habitude de retrouver dans Blind Gardian.
Pour comprendre nos propos, citons différents titres qui proposent différentes façons de chanter de Kurch notamment sur des titres tels que “Fiddler On The Green” ou “Winter Of Souls”.

Ce premier album du duo germano-américain est de bonne facture et nous présente un Power Metal mélange de Ice Earth et Blind Gardian.