TOTAL RETALIATION
Maitre Jim
Journaliste

TERROR

«Terror, le pur son du NYHC... from Los Angeles.»

13 titres
HardCore
Durée: 29 mn
Sortie le 28/09/2018
3194 vues

Terror est un groupe de hardcore new-yorkais de Los Angeles. Une explication de texte d'impose. Si le quintet est en effet originaire de LA, le son de Terror n'a rien d'ensoleillé et ne sent ni le sable chaud, ni les cyprès. Non. Terror a dans son ADN cette hargne, cette noirceur et cette agressivité qui caractérisent le NYHC. On est beaucoup plus proche d'un Madball que d'un Ignite ou d'un Stick To Your Guns par exemple, ces derniers étant nettement plus mélodiques. Peut-être que les origines East-Coast de Scott Vogel y sont pour quelque chose. Rappelons au passage que Vogel hurlait pour Buried Alive, formation HC de NY… Toujours est-il que Terror délivre un pur HC et en est même devenu une figure de proue depuis plusieurs années. Formé en 2002, le groupe sort son 1er album en 2004. Après 16 ans de carrière et après avoir tourné aux quatre coins du monde, Terror nous revient avec son 7ème album : « Total Retaliation ».

Donc, pas de doute sur la question : Terror sort un album dans la lignée du précédent et fidèle à son style assumé : du hardcore, basique, heavy et résolument destiné à la scène. Pour l'originalité, on repassera. Par contre pour la hargne, l'énergie et la puissance, on est servis avec ces 13 titres en 29 minutes. Alors que des styles comme le metalcore, le heavy-pop punk, l'emo, le post HC prolifèrent comme des champignons sur la souche hardcore plantée du côté de New-York, certains groupes restent assidus et réguliers. C'est le cas de Terror qui non seulement porte la bonne parole sur toutes les scènes du monde, mais aussi en studio. « Total Retaliation » est une pierre de plus au solide édifice HC.
Les morceaux courts et directs se succèdent. Du classique pour le style. Après une introduction des débats sur ‘This world never wanted me' et ses PM lourds et lents permettant à Vogel se poser son chant rageux, c'est du rapide qui s'enchaine. On prend une petite dose de hargne sur ‘Mental demolition', qui sent bon le circle pit déchainé. Sur les mêmes rythmes enlevés, ‘Break the lock' est tout ce qu'il y a de plus familier, tandis que ‘Total retaliation' sonne curieusement (un peu) plus punk californien, malgré le chant tout aussi guttural. Le soleil revient enfin. Les riffs et la construction restent basiques et cette sensation est renforcée par le petit solo qui vient apporter les 30 secondes de mélodie de l'album. Classique mais toujours efficace, ‘I don't know you' est une parfaite démonstration de la puissance de Terror.
Le reste de l'album est sur une base légèrement plus lente mais toujours classique. ‘Get off my back', dans la plus pure tradition HC : un beat soutenu et lourd, un chant agressif, des breaks rebondissants et des back ups de gangs ! Tout comme ‘One more enemy' ; hey, on n'est pas sur du Madball là ?! Plus bouncy, ‘In spite of the times' est un morceau plus lent mais plus « mélodieux » (merci le solo). Faut le dire vite. On peut facilement deviner Vogel haranguer la foule en remuant les poings pour faire rebondir le pit pendant que les musiciens balancent la sauce.
Après le surprenant petit break hip-hop West-Coast ‘Post armageddon interlude', Terror repart pour un enchainement de titres assez habituels. ‘Spirit of sacrifice' a un petit côté Agnostic Front. ‘Suffer the edges of the lies' est un poil plus rapide et son riff d'outro prépare habilement l'intro du prochain et dernier morceau ‘Resistant to changes' qui clôture l'album proprement.

Au final, vous l'aurez compris, Terror livre ici un album simple et sans prétention. L'essence même du hardcore diront certains, finalement. Mais si les morceaux sont assez homogènes dans leur ensemble, « Total Retaliation » reste une production de bonne facture. Les 5 gars font dans l'efficacité du début à la fin avec des morceaux qui cognent, du rythme et une sacrée dose de rage ! Alors qu'en vrai, ils sont très gentils. RDV dans la fosse pour vous en rendre compte. Ça tombe bien, Terror est à capter en live en France, le 4 décembre du côté de Paris. Allez-vous faire secouer par Terror, vous nous remercierez car le HC, ça se vit en en live !