Skeletons In The Closet
Laurent Sage
Journaliste

BOB KULICK

«51 ans au service du rock et premier album solo !»

10 titres
Hard Rock
Durée: 43 mn
Sortie le 15/09/2017
8663 vues
VANITY MUSIC
Un nom qui devrait parler à la majorité des rockers car cinquante et un ans de carrière dans la musique rock, c'est ce qu'affiche Bob KULICK. Il démarre sa carrière professionnelle à 16 ans en apparaissant dans l'album datant de 1966 « Winchester Central » du RANDOM BLUES BAND.
A auditionné pour KISS (n'ayant pas été retenu, il a soufflé le nom de son frère quelques années plus tard), joué de la guitare sur la partie studio de «  KISS ALIVE II », a pris part aux albums « Unmasked » et « Paul STANLEY  solo ». Il a gagné des Grammy Awards ( « l'équivalent » de nos « Victoires de la musique ») en tant que guitariste,compositeur, producteur. Bref, un grand nom du rock US.

S'il a souvent participé aux albums d'autres artistes sous diverses formes, il n'a jamais officié sous son propre nom ( excepté l'album du groupe SKULL sorti en 1991). C'est maintenant chose faite avec cet album « Skeletons in the closet » qui comprend quelques vieux morceaux et des compositions récentes. Pour cela, il a su s'entourer d'invités tous aussi prestigieux les uns autant que les autres : Robin Mc AULEY, Dee SNIDER, Rudy SARZO, Chuck WRIGHT, Eric SINGER, Vinnie APPICCE….. Les guitares étant bien évidemment assurées par Mr KULICK himself.

Un super groupe peut il être synonyme de super album ? Et bien, pas forcément, et c'est bien dans ce cas de figure que l'on se retrouve : après plusieurs écoutes, l'impression générale est plutôt mitigée car il n'y a pas vraiment de morceaux que l'on retient. De plus, à mon humble avis, la production ne met absolument pas les compositions en valeur : le son est plat et la batterie est vraiment mise en retrait. Par exemple, sur un morceau comme « Can't stop the rock », elle devrait mise en avant à l'instar de « I love it loud » de KISS. Ce morceau avait tout pour être un hit ( hymne ? ) mais malheureusement le mixage lui ôte toute cette puissance qu'il devrait dégager.

Il y a bien quelques morceaux qui sortent du lot tels « Eyes of a stranger » ( issu de l'album du groupe SKULL dont je vous ai parlé précédemment), la reprise du thème de James BOND « Goldfinger » ( à l'origine chanté par Shirley BASSEY), « Guitar commandos », qui le voit croiser le fer avec son frère pour quelques licks de guitare.

L'album contient surtout des chansons joués sur un mid-tempo et deux autres plutôt heavy « London » et « Skeletons in the closet ».

De la part d'un tel guitariste je suis un peu déçu qu'il n'y ait pas plus de parties de guitare solo car il a un style que j'adore, avec beaucoup de feeling et de hargne ( le shred n'est pas sa tasse de thé même si je suis persuadé qu'il sait le pratiquer) . De plus la production ( je me répète mais cela dessert grandement l'album) n'est pas à la hauteur du personnage. J'avoue que j'aimerai beaucoup le voir sur scène pour qu'il puisse donner la part belle aux impros. Reste que l'album peut plaire aux amateurs de hard 80's : la structure des morceaux, les musiciens présents sur le disque, le style de chant leur rappelleront de bons souvenirs mais pour ma part, je reste sur ma faim, peu de morceaux ayant retenus mon attention alors que tout était réuni pour délivrer un album excellent. Espérons que ce ne soit qu'un premier essai qui lui permettra de démontrer toute l'étendue de son talent.
BOB KULICK
Plus d'infos sur BOB KULICK
Hard Rock