AKERCOCKE
Plus d'infos sur AKERCOCKE
Black Death Metal

Renaissance in Extremis
Herger
Journaliste

AKERCOCKE

«Un album entre Black, Death, Prog et ambiances décadentes. Un retour réussi pour les londoniens d'Akercocke !»

9 titres
Black Death Metal
Durée: 54 mn
Sortie le 25/08/2017
9710 vues
Le label légendaire Peaceville connu pour avoir sorti les meilleurs Darkthrone et ceux de My Dying Bride, publie en cette période estivale le dernier opus des britanniques d'Akercocke qui se nomme ''Renaissance in Extremis''.

Ce groupe existe depuis une vingtaine d'années. Il est originaire de la capitale britannique et compte depuis sa création 5 opus. Le dernier en date de 2007 est sorti sur le label culte Earache. Depuis cette sortie, le groupe a marqué une pause et s'est réformé il y a peu.

Pour les non initiés, Akercocke compose des titres mélangeant Black et Death. Pour les plus érudits, on appelle ça du ''Blackened Death Métal''. Mais Akercocke incorpore à ce style extrême des éléments prog. Et quand on lit la biographie du groupe, les musiciens citent tour à tour Autopsy, Suffocation et plus surprenant Iron Maiden et le groupe de Prog Canadien Rush. Tout cela dans un univers décadent.

Car la musique jouée contient des riffs bourrins qui garde cependant une bonne part de maîtrise technique et des riffs plus structurés. Leur musique est un mix de rythmes très rapides proche du black, des riffs plus lourds proche du Death et certains plus recherchés tels que certaines mélodies que l'on retrouve dans le Prog. On y ressent une certaine ambiance ''décadente'' qui rappellera l'album ''Masquerade Infernale'' d'Arcturus et les albums de Ved Buens Ende.

Faisons un petit paragraphe concernant le chant. Car ce que fait Jason Mendoca est tout simplement hallucinant: il propose divers types de chants plus différent les uns que les autres. Il peut faire des growls d'une profondeur phénoménale proche de celui de Chris Barnes de Six Feet Under mais également des growls plus proche du Gore Grind. Sur d'autres, il utilise une technique plus typique du Thrash et du Death. En opposition à ces growls, on retrouve des parties de chant clair comme sur le titre '' Inner Sanctum'' qui rappelle la pop de Depeche Mode . Bref ! Une palette vocale très large !

Ce '' Renaissance In Extremis'' propose des morceaux de très bonnes factures. Je vais commencer par le morceau le plus intéressant à mon humble avis. Il s'agit de ''A Particulary Cold September'' où le groupe nous montre son visage le plus créatif avec son intro aux accords dissonants et ses passages au saxo. Pour autant, le groupe n'oublie pas d'enchaîner sur des parties plus brutales. Un autre morceau ''Disappear'' nous propose quelque chose de vraiment conventionnel pour Akercocke. Tout ce qui fait le style du groupe y est développé.

''Renaissance In extremis'' est un album entre Black, Death, Prog et ambiances décadente. Un retour réussi pour les londoniens d'Akercocke !