The Rise Of Chaos
Enora
Journaliste

ACCEPT

«''The Rise Of Chaos'', un album moyen mais qui n'enlève rien au plaisir d'écouter du Accept»

10 titres
Metal
Durée: 48 mn
Sortie le 08/08/2017
8023 vues

Je ne suis pas réellement fan d'Accept et c'est donc avec quelques appréhensions que je m'attaque à leur nouvel album : « The Rise Of Chaos » ! Le quinzième album du groupe vient de voir le jour et, ne serait-ce que parce qu'ils sont légendaires, il vaut le détour, d'autant plus qu'on profite du retour de Mark Tornillo au chant.

L'entrée dans cette nouvelle création est énergique à souhait grâce à « Die By The Sword », un morceau au refrain très entraînant et qui reste en tête un bon moment. Le riff est efficace, la rythmique musclée et la voix tient la route. Je m'inquiétais de cette dernière car, pour avoir vu le groupe sur scène, la technique (et peut être l'âge) du chanteur me faisaient douter. Sur album, le problème ne se pose pas, ce que vient confirmer « Hole In The Head », que je trouve cependant un peu mou. Je ne m'attarde pas vraiment sur le morceau, ayant en tête les hits que j'avais pu entendre en live.

Malheureusement, ce ton se confirme sur « The Rise Of Chaos ». Le titre éponyme ne convainc pas malgré un riff sympathique de guitare qui se répète sur une ligne rythmique qui semble parfois brouillonne et sur laquelle la voix peine à s'affirmer. La trépidante « Koolaid » me redonne le sourire avec une ligne musicale réussie sur une rythmique simple mais énergique. La batterie se rattrape bien vite avec le début explosif de « No Regrets » qui voit également le retour en force de la voix du chanteur, que je trouvais discutable sur les titres précédents, mais s'agit-il d'une course à la performance ou d'expérimentations musicales ?

« Analog Man » prend la relève sur une ligne musicale plus légère mais, une fois de plus, le chanteur semble un peu trop forcer et je ne peux m'empêcher de trembler pour sa voix. Si vous l'avez déjà vu en concert, vous vous souvenez probablement qu'il lève la tête pour atteindre les notes les plus hautes, ce qui n'est pas bon signe pour sa technique de chant. Le morceau n'est pas plus marquant que ça alors on passe sur « What's Done Is Done », une bonne chanson où les guitares s'alignent sur la ligne rythmique jusqu'à un refrain dansant à souhait !

Début timide pour « Worlds Colliding » qui ne gagne pas vraiment en puissance et continue de tourner autour de la ligne musicale posée dès le commencement. On regrette le manque de prise de risque sur le morceau comme sur l'album en général. Si vous voulez simplement écouter Accept, vous allez vous faire plaisir ; mais si vous attendez un peu plus, ne rêvez pas trop. « Carry The Weight » présente toutes les caractéristiques du titre qui peut devenir un classique mais le côté peut être trop épique lui fait perdre en sincérité et on s'en lasse un peu vite. « Race To Extinction » a la mission de clore cet album et le ton est tout de suite différent, plus majestueux, mais je vous laisse vous faire votre avis !

Pour conclure, je dirais que l'album est assez inégal tant certains titres fonctionnent d'eux-mêmes et donnent envie de bouger alors que d'autres semblent écrits à la va-vite, ce qui est dommage quand on sait de quoi Accept est capable. Mais, pour finir sur une note positive, si vous voulez simplement profiter de l'univers et des sonorités d'Accept, ne vous privez pas de cet album !