Monuments
Enora
Journaliste

EDGUY

«''Monuments'', un bon équilibre entre grands classiques et (re)découvertes pour les fans d'Edguy»

28 titres
Rock
Durée: 150 mn
Sortie le 14/07/2017
6037 vues

Qui croirait qu'Edguy est présent sur la scène Power/Heavy depuis 1992 ? Et pourtant, les Allemands ne lâchent rien depuis tout ce temps et reviennent même à l'assaut avec « Monuments », un double CD/DVD sorti pour fêter les 25 ans du groupe ! Bien sûr, vous pouvez profiter de titres déjà connus mais aussi d'exclusivité avec cinq nouveaux titres.

On commence avec le mélodique et totalement Heavy « Ravenblack », l'un des titres que l'on découvre sur ce super album. La merveilleuse voix de Tobias Sammet n'a rien perdu de sa force ni de son timbre. « Wrestle The Devil » est aussi l'une des exclusivités de cet album, mais le titre me marque un peu moins, je vous laisse vous faire votre avis ! On continue avec « Open Sesame », un titre entraînant et énergique qui ne vous laissera pas sur votre faim. Les riffs sont efficaces et la batterie ne laisse aucun répit. La technicité de l'ouverture de « Landmarks » n'a d'égale que sa beauté et sa vitesse. Le titres est efficace et donne une furieuse envie de taper du pied. La guitare tient le premier rôle sur « The Mountainer » avant d'être rejointe par la voix qui donne une vraie impulsion au titre.

Si Edguy a fait un bon choix en mettant en avant ces cinq nouveaux titres, on en se lasse pas de leurs grands classiques comme « Defenders Of The Crown », tiré de l'album de 2014, « Mysteria », « Lavatory Love Machine » et « King Of Fools », tirés de « Hellfire Club » sorti en 2004. Mais si vous préférez l'album de 2001 « Mandrake », vous pouvez profiter de « Tears Of Mandrake ». « Space Police » est également très mis en avant puisqu'il bénéficie de quatre chansons sur ce best-off. Les goûts de chacun auront un rôle important sur son appréciation puisqu'Edguy a tenté de mettre en avant l'ensemble de sa carrière, mais en mettant de côté certains albums et singles.

Le groupe n'a pas oublié ses EPs puisqu'on retrouve « Holy Water », « Judas At The Opera » mais aussi « Spooks In The Attic ». Cependant, cet album est aussi l'occasion de redécouvrir des titres qui peuvent passer inaperçus au milieu de tous les hits d'Edguy comme « 929 », « Save Me », « Ministry Of Saint »… Le groupe réussit le pari difficile en apparence de conjuguer l'ensemble de son histoire et de ses créations à la présentation de son renouveau à travers uniquement cinq titres mais qui marquent et prouvent que le mouvement continu et que ce best-off n'est qu'une étape.

Comme on vous le disait un peu plus tôt, selon les albums que vous adulez, vous pourrez être sur un petit nuage ou déçu s'ils ne figurent pas parmi ceux que le groupe a choisi de mettre en avant avec « Monuments ». Mais on ne regrettera jamais de profiter des nouveaux morceaux d'Edguy !