SIKTH
Plus d'infos sur SIKTH
Metal Progressif

The Futur In Whose Eyes ?
Julien Pingenot
Journaliste

SIKTH

« SikTh revient avec un album dense et cohérent du début à la fin.»

12 titres
Metal Progressif
Durée: 46 mn
Sortie le 02/06/2017
9186 vues

SikTh est un groupe de metal progressif, plus orienté « Djent », britannique formé en 1999 et fait parti des piliers du milieu comme peut l'être Meshuggah. « The Future in Whose Eyes » est la quatrième galette du combo.

L'album s'ouvre sur « Vivid » , un morceau énergique et qui plonge directement l'auditeur dans l'univers du groupe et de l'album. Et on fait face à un morceau assez délirant au niveau de la composition qui change de rythme assez fréquemment sans pour autant être dérangeant. Mais le réel côté « délirant » est apporté avec le chant, qui est complètement possédé et alternant entre cri à la Serj Tankian et chant beaucoup plus lyrique, ce qui donne un réel aura au morceau. « Century Of The Narcissist ? » et « The Aura » reprennent la même recette pour nous proposer des morceaux qui arrivent à se démarquer sans pour autant perdre cette vivacité de début d'album.

« This Ship Has Sailed » est un interlude vocal qui nous introduit à la deuxième partie de l'album. De plus, ce deuxième chapitre se veut beaucoup expérimental. En effet, les changements de tempo sont légion et les multiples chants donnent un réel aura aux morceaux. « Weavers Of Woe » ,  « Cracks Of Light » et « Golden Cufflinks » sont à la fois complémentaires et très différents. En effet, les morceaux sont cohérents musicalement, c'est-à-dire que l'on reste dans le même univers, mais en même temps le groupe arrive à trouver différentes manières, que ce soit musicalement ou avec le chant, d'amener les morceaux. Comme dit précédemment, cela est notamment dû aux incessants changements de tempo, qui nous forcent à rester concentrer sur les morceaux pour distinguer tous les tenants et aboutissants de ce qui nous est proposé.

« The Moon's Been Gone For Hours » est le second interlude et comme le précédent il nous introduit à la partie finale de l'album. Pour cette troisième partie, le groupe met plus en avant ses capacités techniques, même si présentes depuis le début. Le riff d'introduction de « Riddles Of Humanity » en est l'exemple. De plus, ce morceau a un côté beaucoup plus rentre-dedans ce qui ajoute encore plus de dynamisme. « No Wishbone » et « Ride The Illusion » arrivent à faire la synthèse des nombreux éléments dans cet album, que ce soit le côté expérimental, technique, en passant par la composition, et bien d'autres aspects tellement cette musique brassent d'éléments et d'influences.

L'album se clôture par un ultime interlude vocal. A propos de ces interludes, ils permettent de rendre cohérent l'univers que le groupe essaye de créer. De plus, ils permettent à l'auditeur de ne jamais s'ennuyer et font office de pauses dans l'écoute.

Au final, SikTh revient avec un album dense et cohérent du début à la fin, tout en essayant de proposer de nouvelles choses à chaque morceaux que ce soit dans la composition, le chant voire l'univers qui nous est dépeint.