CHARON'S AWAKENING

CHARON'S AWAKENING : Nouveau clip disponible !
Rose De Lacfeld
Journaliste

Créé le 25/09/2017
5444 vues

Premier clip autoproduit du groupe Charon's Awakening, cette vidéo a été tournée à Saint-Nazaire. Premier opus d'une trilogie en cours de réalisation, Charon's Awakening met ici en image sa fureur précise et implacable.

Le clip s'ouvre sur un homme assis dans la salle d'attente d'un cabinet psychiatrique. Celui-ci montre des signes d'agitation inquiétants. Le patient mystérieux dégage un sentiment sombre, comme l'intro de guitare, toute en retenue, qui accompagne la scène de d'ouverture.

Lors de la consultation, le regard du patient est habité par une lueur étrange de colère profonde, qui se matérialise par l'image et le son de Charon's Awakening, groupe de deathcore explosif, apparaissant alors dans toute sa fureur, baigné dans une lumière stroboscopique intense, contraint dans un espace obscur.

Les paroles du morceau sont à l'image de l'âme du sujet, torturé par sa vision orwellienne de la société, où les pleins pouvoirs sont aux mains des plus riches, qui exercent un contrôle total sur le gouvernement et les media. Elles décrivent la haine que le phénomène de soumission engendre dans la population et met en perspective l'incapacité de chacun à se maîtriser alors. Cette ultra violence qui submerge l'être dominé se retrouve dans le titre du morceau : Hatred Inside.

S'en suit un motif de guitare hypnotique, bientôt appuyé par une batterie rageuse, qui annonce la folie du déferlement de violence sonore que le groupe nous assène aussitôt après.

Les couplets sont scandés par une voix grave sur une partie instrumentale lourde et saccadée. Les musiciens sont éclairés par des lueurs aussi inquiétantes que les pensées du personnage central. La tension de la musique augmente à mesure que le psychiatre montre son désarroi face aux troubles du patient.

Chant puissant, rythmiques au groove imparable, beatdown dévastateur, mélodies élégantes et convergence parfaite des différentes parties, contribuent à faire de ce morceau une véritable tuerie tubesque. Attention toutefois à bien pousser les meubles si vous regardez ce clip chez vous. Jeunes enfants et âmes sensibles s'abstenir.