BLOOD COMMAND

BLOOD COMMAND : la petite bombe Heavy Rock de Norvège !
Rose De Lacfeld
Journaliste

Créé le 19/04/2017
2723 vues

''Cult Drugs'' , le nouvel opus de BLOOD COMMAND sera dans les bacs le 28 avril 2017!

Après deux albums, un nombre incalculable d'EPs et quatre hits radio, Blood Command a plus faim que jamais. Leur son possède la patte distinctive du producteur et songwriter Yngve Andersen, tranchant et provocateur, mais tellement universel qu'il vous fera lever les bras et vous jeter dans la foule avant même que le premier refrain n'ait eu le temps de finir. Depuis son dernier album, Andersen est reconnu en Norvège comme un producteur à succès, à l'origine de nombreux hits. Mais Blood Command reste son enfant préféré, et Cult Drugs pourrait bien en être la consécration.

L'album précédent du groupe, Funeral Beach (2012), fut auréolé d'un 5/5 dans Kerrang (qui le plaça également à la 8e position de ses meilleurs albums de l'année), En 2010, Blood Command était nommé pour un Grammy norvégien, avec son premier album Ghostclocks.

Blood Command s'est produit dans de nombreux festivals comme le Roskilde ou le Nova Rock en Autriche, où ils partagèrent la scène avec, entre autres, Iron Maiden, ou le Great Escape de Brighton, où ils furent gratifiés du titre de ''Best Concert of the Year''

Le groupe a également régulièrement mis l'Europe à ses pieds en se produisant, entre autres, en première partie de Biffy Clyro ou Protest the Hero.

Le retour de Blood Command nous montre un groupe qui n'a jamais sonné aussi bien. La chanteuse Karina Ljone est plus énervée que jamais, le riffing plus juste, et le batteur Sigurd Haakaas encore plus novateur. L'album a été mixé et masterisé par le collaborateur de longue date du groupe, Dagger, qui avec l'aide du producteur Yngve Andersen s'est assuré que l'album sonnait comme une succession de coups de poignards affûtés. L'artwork, lui, est signé par Trine+Kim.

Musicalement, le groupe revendique Refused et Boney M comme inspiration principale, tout comme The Clash, “Nous faisons une révolution sonore sur laquelle on peut danser !” se targue Andersen. Alors mettez vos ballerines, et joignez-vous à la danse !

Ces dernières années, le groupe s'était gavé de culture rave et de groupes cultes tels que Heaven's Gate. Inspirées par ces derniers et les manipulations politiques de plus en plus en cours à la fois en Europe et aux États-Unis, les paroles et les thèmes de Cult Drugs ont rapidement pris forme. La tête pensante de Blood Command, Yngve Andersen, qui lui-même faisait partie d'un groupe chrétien dans sa jeunesse, porte un regard généralement bienveillant à l'égard de tous les groupuscules religieux : “si ça vous fait plaisir et que ça ne blesse personne, vous pouvez aussi bien vénérer votre chat, je m'en fous.”

''Le titre Cult Drugs vient de la prise de conscience que nous faisons tous partie d'une espèce de culte qui nous dicte notre façon d'être, notre façon de penser. Nous sommes programmés pour nous voir comme les gentils, peu importe de quel côté nous sommes. La plupart des gens vivent dans une auto-manipulation si importante qu'elle peut être comparée à l'addiction à la drogue. C'est facile de stigmatiser des religions marginales, mais il est temps d'admettre que chaque être humain, dans une certaine mesure, vivent dans le déni.'' Explique Yngve Andersen!

et de continuer :

''La différence entre “gens du culte” et “gens normaux” pourraient donc être moins importante qu'on ne le pense. Particulièrement quand on est exposé au pouvoir séduisant de la musique. Ce qui s'apparente à un album rock ordinaire pourrait alors bien être une passerelle vers un pouvoir bien plus incontrôlable qu'on ne voudrait le croire...''


Line-up :
Andersen: chant, guitares, basse, synthétiseurs,
Sigurd Haakaas: batterie, percussions, chant
Simon Oliver Økland: basse, chant
Karina Ljone: chant