POWERWOLF sur la scène Main Stage 1 du Download Festival 2018
United Rock Nations

«Powerwolf a su allier énergie débordante et mélodies entraînantes pour offrir un grand moment de communion au public du Download, chauffé à blanc»

Créé 15/06/2018

Malgré la poussière, fléau relativement logique d'une journée caniculaire imprévue, le public s'est massé en nombre devant la Main Stage 1 pour la grande célébration musicale incarnée par Powerwolf. Le groupe fait toujours grande impression et laisse ses fans conquis et les amateurs curieux d'en entendre davantage. La musique d'introduction du groupe s'élève, solennelle et majestueuse alors que Roel van Helden va s'installer derrière sa batterie sous les applaudissements et les hurlements chaleureux du public.

Un à un, les musiciens arrivent sur scène, s'avançant pour saluer et bénir la fosse avant d'aller s'installer à leur poste. Le groupe ne faillit pas à sa réputation et ouvre son set avec la vibrante et fédératrice « Blessed & Possessed », reprise en choeur par la foule, en transe dès ce premier titre. Il faut dire que le groupe fait, comme à son habitude, les choses en grand avec leurs costumes et maquillages. D'autant plus qu'Attila Dorn est un vrai frontman, occupant le centre de l'attention, amusant le public et s'amusant de lui, soutenu par les musiciens. Avec son air débonnaire et son sourire malicieux, il n'hésite pas à motiver le public du Download à force de « Come on Paris ! » ou de « Vous êtes ici ? ». Dès la fin de ce premier titre, il prend plus longuement la parole en français : « Bonsoir mes amis, vous allez bien ? Très bien ? Je ne parle pas français, pas très bien, mais je vais le faire pour vous. Bienvenue à la grande messe du Heavy Metal ! Êtes-vous prêts ? (Le public hurle avec ferveur) Hm… Peut être pas… Vous êtes prêts ? (Hurlements plus forts du public) Ah ! Nous avons besoin d'une armée, serrez-vous notre armée ce soir ? Enfin plutôt aujourd'hui ? La prochaine chanson est « Army of the Night » ! ». Matthew Greywolf, le guitariste, court d'un bout à l'autre de la scène, totalement survolté alors que Charles Greywolf, son camarade, surjoue et prend des airs de tragédiens.

Le public adhère totalement à l'univers du groupe et à ses mélodies entraînantes, rythmées par la batterie de Roel van Helden et agrémentées des mélodies de Falk Maria Schlegel au clavier. Ce dernier reste d'ailleurs en retrait sur scène, bien que tout soit relatif quand on voit le déchaînement de ses compagnons, mais assure un travail parfait. Plus rien ne semble pouvoir arrêter le chanteur qui déclare alors : « Mes amis, maintenant vous allez découvrir une chanson en exclusivité pour ce beau pays, pour la France ! Vous allez être les premiers à l'entendre en live ! Voulez-vous chanter avec moi ? Oh oh oh ! Demons are a girl's best friend ! », un refrain immédiatement repris en choeur. Les tubes du groupe s'enchaînent puisqu'Atttila reprend, en français : « Vous êtes génial ! Mes amis, do you know… Ah non, connaissez-vous les paroles de Powerwolf ? Voyons : « In nomine veritas, In nomine filii et patris, In nomine veritas, Et sanctus… » ! » que le public ne tarde pas à compléter d'un rugissant : « Amen and Attack ! ». Par la suite, nous aurons droit à « Resurrection by Erection », « We Drink Your Blood » et le fameux « Lupus Dei », pour ne citer que quelques chansons.

Powerwolf a été à la hauteur de sa réputation en offrant au public du Download un set énergique, savoureux et créatif qui a su mettre en valeur les mélodies irrésistibles du groupe tout comme la fougue de ses musiciens et du public.


Setlist (incomplete) de Powerwolf :

1- Blessed & Possessed
2- Army of the Night
3- Demons Are A Girl's Best Friend
4- Amen & Attack
5- Coleus Sanctus
6- Resurrection by Erection
7- Armata Strigoi
8- Sanctified With Dynamite
9- We Drink Your Blood
10- Lupus Dei