Shaka Ponk au Dôme de Marseille - 09/02/2018
Thib
Journaliste

«Un show explosif qui ne laisse aucun moment de répit!»

Créé 12/02/2018
3966 vues

Il est 18h lorsque des informations officielles tombent. Ouverture des portes à 18h30 et première partie annoncée ALB. Cette nouvelle ravira les quelques marseillais courageux arrivés plus tôt dans l'après midi malgré le froid et le mistral présent dans la citée phocéenne. Après de nombreux contrôles de sécurité et des chutes incontrôlées dues aux sprint des plus pressés, nous voilà dans la salle, contre la barrière, sur la droite de la courte avancée centrale de scène.

A première vue, rien ne laisse filtrer l'apparence de la scène des Shaka. Un grand rideau noir est présent. C'est alors que la salle s'obscurcit, il est 20h, les deux membres de ALB arrivent sur scène avec une veste de boxe. Le synthé et la batterie s'éclairent et brillent de milles feux. C'est une très bonne première partie qui est délivrée, de bons sons électros accompagnés par une batterie assez technique par moment. On aurait presque un goût de trop peu. Petit plus, les deux membres de ALB étaient vêtus du maillot de l'OM, pour le plus grand plaisir des Marseillais.

Première partie terminée, le moment le plus long arrive. Assez original pour être soulignés, les musiques d'attente sont des thèmes de films, on retrouvera parmi les plus classiques celui de "Le Bon, La Brute et le Truand".

20h50, la salle s'obscurcit pour la deuxième fois. Une musique d'introduction se fait entendre, le rideau se lève et nous apparait alors la scène complète. Nous sommes sur un décor en ruine au milieu de la jungle. Les membres du groupe arrivent chacun leur tour: d'abord Steve, avec son kilt qui va se placer derrière son synthé. Ensuite Mandris, avec une immense crête et un manteau en poils longs rose, puis C.C le guitariste en tenue de Football Américain. "Killing Hallelujah", du nouvel album Evol' commence. L'écran s'illumine, il prend tout le fond de scène. Frah et Samaha arrivent à leur tour et ensemble sur scène. Frah shoote dans un des nombreux cubes présents sur scène et l'amène au bord de l'avancée. Il monte dessus et se jette alors aussitôt dans la fosse pour son premier crowd surfing de la soirée.

L'ambiance est déjà bouillonnante au Dôme, Shaka Ponk s'est totalement emparé des lieux en l'espace d'une chanson. Les titres s'enchaînent. Le groupe a pour habitude de chorégraphier au millimètre près leurs mouvements sur scène avec les animations en trois dimensions, créés par leur soin, visibles à l'écran. On y aperçoit entre autres, la mascotte Goz ainsi que des représentations plutôt graphiques des différents membres du groupe, et plus largement de leur univers. La chanson "Party" débute, celle-ci est bien plus électronique que ce que le groupe nous a joué jusqu'à présent. Alors Frah s'avance du bord de la scène et demande au public devant lui de se séparer en deux. Un couloir se forme jusqu'au centre de la salle. Le chanteur y va et monte sur un de ses fameux cube. Il est alors au centre de la salle, seul. C'est à se moment qu'il propose au public de se lancer dans un Circle Pit. Celui-ci prend une dimension astronomique car c'est toute la fosse qui tourne au son des musiciens.

Après ce moment totalement épique, Frah continue son chemin. Il grimpe dans les gradins, saluant au passage quelques personnes du public entre deux blagues. Une mélodie bien plus calme débute, c'est l'instant émotion. On reconnaîtra alors rapidement "Smell Like Teen Spirit" de Nirvana, repris à la sauce Shaka, comme en octobre dernier sur le plateau de Taratata. Soudain, Sam apparait à son tour dans les gradins. On ne sait par où elle est passée mais elle y est. La reprise est bien ficelée. C'est un public ému qui assiste à cette démonstration des Monkeyz.

Tout reviens dans l'ordre, quoi que, dans l'ordre à la Shaka Ponk, c'est à dire un gros bordel très bien organisé. Durant "Shiza Radio", Frah demande au technicien d'éclairer la salle. Le chanteur vient d'apprendre à l'instant que Evol', dernier album du groupe a été élu "Meilleur Album Rock de l'Année" par les Victoires de la Musique. Frah s'empresse donc de demander aux Marseillais de rajouter encore une couche de folie dans la salle. Il se jette alors dans la foule et contourne la barrière tout en restant sur le public. Je le vois s'approcher de moi, il me passe dessus. Les gens autour de moi sont presque en transe, on a tenu Frah!!

Avec une énergie à ne plus démontrer, les chansons se suivent presque sans répit. Le show est ultra intense sur scène et dans le public. L'ambiance devient plus calme quand Sam chante accompagné d'un riff à la guitare acoustique. L'écran nous montre une armée d'androïdes avec au centre un cercle annonçant le prochain titre: "Gung Ho". Ce titre énergique s'écrase sur les Marseillais. La chanson se termine et Frah et Sam se lancent dans un battle de dance avec les Androïdes de l'écran. La chorégraphie est millimétrée. C'est un vrai plaisir pour les yeux ! Les Androïdes finissent par se faire détruire chacun leur tour.

Un peu plus tard, Goz apparait sur l'écran. Il est derrière une batterie. Une nouvelle battle débute alors entre Ion, le batteur du groupe et Goz. Les membres de Shaka Ponk, unis, ont raison de l'énorme gorille. Cependant, une autre personne arrive sur l'écran. Il s'agit de Kurt Cobain, zombifié qui vient jammer avec le guitariste. D'autres personnalités zombifiés viennent chacun leur tour, Prince, avec sa légendaire guitare signature Purple Rain, ainsi que Bowie. Ces derniers mélangent alors "Kiss" et "Let's Dance". Soudain, des notes de basses retentissent, il suffit d'une très courte écoute pour deviner le début de "Ace of Spades". Lemmy Kilmister, lui aussi en zombie fait son apparition. Un duel sans merci entre ces défuntes personnalités et Shaka Ponk a alors lieu. Il se solde sur la défaite des Monkeyz.

Le légendaire "I'm Picky" débarque juste après la battle, suivi du très énergie "Palabra Mi Amor". Souffle coupé, le Dôme chante à tue-tête cette dernière, collector. Le public Marseillais est chaud bouillant alors que Shaka Ponk dépose les armes. Après quelques minutes, le groupe revient pour son encore, et termine le show sur une explosion. Tous nos sens sont aux aboies, on ne sait plus ou donner de la tête. Frah empile deux cubes au bord de la scène et saute une nouvelle fois dans la foule il remonte sur scène, et c'est sur un fracas que le tout se termine. 2h30 de concert intense qui laissera des courbatures pour les prochains jours, et surtout qui nous rassure. Shaka Ponk en a encore pour de nombreuses années !

Setlist:

Killing Hallelujia
One Fire
Wanna Get Free
Twisted Mind
Party
Smell Like Teen Spirit (Reprise Nirvana)
Bunker
Shiza Radio
Fakin' Luv'
Fear Ya
Summer Camp
Chung Ho / War Dance
Sharaline
I'm Picky
Palabra Mi Amour

Encore:

Mysterious Ways
Wataman
Rusty Fonky


Photo: Nicolas Vallauri pour La Provence



Shaka Ponk au Dôme de Marseille - 09/02/2018