Secrets Of The Moon - Bikini - Toulouse
Anibal BERITH
Journaliste

«Un set hypnotique !»

Créé 23/10/2016
1114 vues

Arrivé dans le sacro saint sanctuaire où va être délivré la parole sacrée, je tombe direct sur le merch monumental dont les trois quarts de l'espace sont consacrés à Behemoth et dont le vendeur se fait assaillir par les fans. Heureusement, les autres groupes ne seront pas oubliés et trouveront preneur également.
Tout juste le temps d'acquérir une veste zippée de la tête d'affiche que je me dirige dans l'antre pour assister au premier concert de la soirée, Secrets Of The Moon.

Le quartet allemand est déjà en place, le logo de leur groupe sur deux petits backdrop entourant Erebor, le batteur torse nu derrière ses fûts, arrivé fraichement (en 2014) pour la composition de « Sun », sixième album des germaniques. Point de fioritures en matière de mise en scène, sG derrière le micro, la guitare bien en main secondé d'aR à la guitare et de V.Santura à la basse (guitariste chez Tryptikon et membre de Dark Fortress) que les fans les plus aguerris auront reconnu aisément.

Avec Secrets Of The Moon, nous sommes aux antipodes du black metal qui va nous être délivré pour le reste de la soirée. Les allemands officient dans une musique lourde et hypnotique se rapprochant plus du doom metal aux riffs black et au chant clair envoûtant pour la première partie du set et plus brutal sur la fin. Les morceaux sont volumineux, la priorité étant donnée aux parties instrumentales aux longs plans musicaux permettant à chacun des membres de s'exprimer pleinement.

C'est par le titre ‘Hole' du dernier album en date que le set de près d'une heure débute. Les musiciens abandonnés à leur musique dès les premiers riffs vont largement jouer le dernier album avec pas moins de quatre titres (à retrouver dans la setlist plus bas).

Le son est parfait dès le départ et le restera, chaque instrument est réglé à sa juste mesure permettant ainsi de profiter du show à sa juste valeur et surtout d'apprécier la musique hypnotique du quartet dans laquelle je rentre sans mal.

SG à la chevelure blonde chante à merveille ses textes sur une musique mélodieuse et mélancolique. Il n'y a plus qu'à fermer les yeux et se laisser emporter sans retenue au voyage au fil des titres de 8 minutes en moyenne.

Comme je le disais plus haut, point d'artifices, juste de la bonne musique jouée à la perfection avec un éclairage de rigueur oscillant entre la clarté et l'obscurité. Les musiciens bougent peu sur scène, seul sG s'affublera d'une veste capuche qu'il mettra sur sa tête en fin de set et semblera être le plus envahi de tous (public y compris) se mettant à genoux, faisant presque l'amour à sa guitare, vivant sa musique passionnément au fil de l'enchainement des compositions.

De par la durée des chansons, ce sont six titres qui seront envoyés au public au cours de ce séjour de 50 minutes dans le pays de l'occultisme et de la mélancolie aux riffs hypnotiques, dont le puissant ‘Seven Bells' de l'album éponyme paru en 2012 et l'effrayant et brutal ‘Lucifer Speaks' d' "Antithesis" datant de 2006 qui clôturera le set, sG, sR et V.Santura laissant seul Erebor continuant de marteler ses fûts avec puissance et lourdeur quelques instants de plus, pour lui aussi abandonner le public totalement conquis par le spectacle et applaudissant à l'unisson tout en levant bien haut les bras les cornes levées !

Setlist : Hole (sun) / Dirty Black (sun) / Seven Bells (éponyme avant dernier album 2012) / Here Lies the Sun (sun) / Man Behind the Sun (sun) / Lucifer Speaks (antithesis 2006)