Report Miracle Flair à La Machine du Moulin Rouge le 02/05/2018
Stphane Masson
Journaliste

«Un petit tour en Suisse pour commencer cette belle soirée...»

Créé 02/05/2018
2511 vues

Il y a fort à parier que l'affiche de ce soir mette tout le monde d'accord puisque Dark Tranquility et Equilibrium ont attiré une grande partie du public, Black Therapy et Miracle Fair, des formations moins connues, faisant le reste. Nous attendons beaucoup de ce concert alors je ne vais pas vous faire languir plus longtemps !
Les Suisses de Miracle Flair sont les premiers à monter sur scène, devant un public très peu nombreux puisque nous ne devons pas être plus de 50 lorsque le groupe commence son set avec « Still Remaining Part ». Dans cette configuration, il est un peu difficile de se mettre dans l'ambiance mais le groupe est immédiatement très investi alors un grand bravo à eux ! Musicalement, une sorte de Sympho Metal avec quelques influences Pop s'élève, faisant la joie de quelques fans et permettant au reste du public de bouger un peu la tête sur quelques passages entraînants. On continue ensuite avec « The Whole ». Les compositions ne s'inscrivent pas dans mon genre favori mais c'est fait proprement et la bonne humeur et l'énergie déployées par la chanteuse font très plaisir à voir. Le vrai principal défaut est, selon moi, les samples pour les choeurs car leur qualité n'est pas toujours impeccable et cela semble un peu plat. Avec « Challenge My Faith », le public, un peu plus nombreux, se réveille, tout comme les musiciens puisque, jusqu'ici, la chanteuse était la plus active sur scène. Guitariste et bassiste occupent un peu mieux l'espace et agitent la tête en rythme. Nicole Hartmann prend alors la parole : « Merci Paris, c'est un plaisir pour nous d'être ici. Nous sommes Miracle Flair et nous venons de Suisse. Notre prochaine chanson s'appelle « Embracing The End » ! ». La voix de la chanteuse, assez douce, habille élégamment la mélodie à la guitare. Après cette chanson, elle reprend la parole : « C'est tellement bon d'être ici. J'avais l'habitude de venir par ici il y a quelques années alors c'est génial d'être maintenant sur scène. La prochaine chanson est aussi le principal morceau de notre dernier album, « Angel Casts Shadow ». ». Le titre est plus solennelle, calme et délicate. De temps en temps, la chanteuse recule pour headbanguer, laisser toute la place à son guitariste et à son bassiste. C'est ensuite au tour de « Worth The Fight », qui précède les ultimes mots de la chanteuse : « C'est déjà notre dernière chanson mais vous allez profiter de la suite de la soirée avec trois groupes ! Black Therapy ! Equilibrium ! Et les grands Dark Tranquility ! ». Après chaque nom de groupe, le public crie de joie. C'est dans cette atmosphere détendue que Miracle Flair termine son set avec « The Unfulfilled » avant de demander de prendre une photo avec le public.
Setlist de Miracle Flair :
1- Still Remaining Part
2- The Whole
3- Challenge My Faith
4- Embracing the End
5- Angels Cast Shadows
6- Worth the Fight
7- The Unfulfilled
Le Metal symphonique de Miracle Flair laisse place au Melodic Death Metal de Black Therapy qui débute son concert avec « In the Embrace of Sorrow, I Smile » après une entrée sur scène en musique et sous les applaudissements du public. Malheureusement, je peine à entrer dans leur univers musical que je trouve assez classique et banal. Alors que je suis une grande amatrice de Death Melodic, je ne suis pas transportée par la musique que nous propose le groupe ; et je ne suis pas fan de Sympho mais l'engagement de Miracle Flair était beaucoup plus convaincant. Sur « The Final Outcome », les musiciens se mettent un peu plus en avant ce qui rend finalement leur show plus sympathique à regarder, d'autant plus qu'ils sont tous ravis d'être sur scène, en témoignent leur large sourire. Le frontman prend la parole : « Merci beaucoup tout le monde ! Nous sommes Black Therapy et nous venons d'Italie. Montrez-moi ce que vous avez ! C'est notre dernier single, il s'appelle « Stabbed » ! ». La soirée met visiblement les chanteurs à l'honneur puisque Giuseppe Massimiliano Di Giorgio n'a de cesse de motiver le public, de nous demander de lever le poing, de bouger, de crier, ce qui marche très bien puisque toutes les personnes présentes entrent dans le jeu et répondent avec force et vigueur. Il se plaît à communiquer avec nous puisqu'il reprend : « Est-ce que vous êtes toujours avec nous ? La prochaine chanson est ma préférée, c'est « Voices In My Head » ! ». La fosse est déjà bien plus remplie et une excellente ambiance règne et se répand. Un petit pogo s'organise au milieu du public, faisant sourire les musiciens. La suite du programme se compose de « She, The Weapon », une chanson qui me satisfait enfin musicalement. Si le groupe assure une bonne performance scénique, je trouve décidément que leurs morceaux sont trop plats et banals, mais ce titre est plus entraînant, mieux construit et plus réussi dans l'ensemble. Arrive la dernière chanson, annoncée par le chanteur : « Les gars, vous êtes géniaux, tout ça mérite de beaux applaudissements ! Voici notre dernière chanson. », et il s'agit de « Mad World ». Cette cover de Tears for Fears nous renvoie à leur EP de 2014, « The Final Outcome ». Ce passage sur scène laisse les fans conquis et les amateurs curieux.
Setlist de Black Therapy :
Introduction song
1- In the embrace of sorrow, I smile
2- The Final Outcome
3- Stabbed
4- Voices in my head
5- She, The Weapon
6- Mad World (Tears for Fears cover)
On pouvait s'en douter mais l'accueil que le public réserve à Equilibrium est extrêmement chaleureux et puissant ! Et les guitaristes motivent le public avant même l'arrivée du chanteur qui nous gratifie d'un « Bonjour Paris ! » tonitruant avant de se lancer dans « Prey », et je peux vous assurer que les fans ne se font pas prier pour tout donner dans ce concert qui débute sur les chapeaux de roues ! La différence entre les deux premiers groupes et les Allemands est palpable, en particulier dans leur attitude scénique qui révèle une grande expérience. Avec « Heimat », les musiciens restent très actifs et occupent bien la scène. Ils se mettent chacun à leur tour en avant, souriant aux fans sans s'arrêter de headbanguer. Robse, le frontman, s'approche du bord de la scène : « Bonjour mes amis ! Lever les bras et taper dans vos mains ! Et on saute, saute, saute ! ». Toujours à fond, le public se met à sauter sur la rythmique énergique de la batterie, soutenue par une basse assez dansante, avant d'engager un pogo bien plus convaincant que celui à peine entamer lors du passage de Black Therapy. On revient leur album de 2013 avec le titre éponyme, « Waldschrein », plus franchement Folk que les morceaux précédents. Le chant clair est plus présent et les fans chantent certaines des paroles. « Merci mes amis, faisons la fête ce soir ! Est-ce que vous êtes prêts pour nous ? ». C'est après cette nouvelle invective que « Verbrannte Erde » démarre avec un très grand circle pit joyeux qui plait visiblement beaucoup au groupe puisque les musiciens nous encouragent à continuer. Le chanteur sourit, ravi d'être sur scène devant nous, et ne cesse de donner ses instructions au public, comme un chef d'orchestre. Le public se met à scander le nom du groupe, le batteur donne une rythmique et les acclamations se prolongent. Robse prend une nouvelle fois la parole : « France, la prochaine chanson est « Blut im Auge » ! Est-ce que vous la connaissez ? Chantons tous ensemble ! Blut im …! » et il laisse le public finir le titre avec un brûlant : « Auge ! ». Ce manège se répète plusieurs fois puis, durant le morceau, le chanteur invite les fans à chanter les choeurs. Juste après, il annonce « Dämmerung » après nous avoir motivés une nouvelle fois : « Est-ce que vous pouvez me montrer un wall of laugh ? C'est un peu comme un wall of death mais à notre sauce ! Aller, hurlez avec moi ! ». Les titres « Unbesiegt » et « Apokalypse » s'enchaînent après que les musiciens nous aient remerciés. Et arrive enfin le moment tant attendu puisque Robse nous demande : « J'ai une seule question, are you born to be epic ? ». Le rugissement du public traduit leur bonheur lorsque la chanson se lance. Juste avant « Eternal Destination », le chanteur nous remercie et nous dit à la prochaine fois. Les applaudissements sont longs et le public est plus qu'heureux de la très belle performance du groupe.
Setlist d'Equilibrium :
1- Prey
2- Heimat
3- Waldschrein
4- Verbrannte Erde
5- Blut im Auge
6- Dämmerung
7- Unbesiegt
8- Apokalypse
9- Born to Be Epic
10- Eternal Destination
Dark Tranquility monte sur scène sur l'éternel « Iron Man » de Black Sabbath et en profite pour faire ses derniers sound checks devant un public chauffé à blanc et qui n'attend qu'une chose : entrer dans le vif du sujet ! C'est chose faite avec « Encircled », suivi de « Monochromatic Stains », presque sans transition et avec une qualité sonore excellente, ce qui ne bougera pas de tout le concert et permet de donner du relief aux compositions. Cette entrée en matière puissante à de quoi satisfaire tout le monde et nous convaincre que le groupe est en pleine forme. Certains sont déçus de ne voir ni Martin Henriksson ni Niklas Sundin, les guitaristes historiques du groupe puisqu'ils sont remplacés par Johan Reinholdz et Christopher Amott, ce qui suffit à compenser l'absence des deux autres pour certains fans. Leur talent n'est pas à prouver et ils s'investissent sur scène. Mikael Stanne, le chanteur, nous remercie chaudement et déclare que le public est le plus chaud de toute la tournée. Vous vous en doutez, cela ne peut que renforcer la ferveur des fans qui se réjouissent d'ensuite profiter de « The Treason Wall » et « The Science of Noise ». Le frontman est en grande forme, vocalement et physiquement puisqu'il prend son pied sur scène. Après « Forward Momentum », un gros ballon de baudruche est lancé dans la fosse et le chanteur s'amuse avec lorsqu'il revient vers lui avant de nous expliquer que la France lui a manqué. « The Mundane and the Magic » est encore un beau moment d'échange puisqu'il tend son micro à une jeune femme du premier rang qu'il laisse chanter. Les fans acclament le groupe et se laissent porter par des titres très variés, des hits comme des chansons moins emblématiques mais toutes d'une très bonne qualité et avec un jeu de scène plein de vie comme : « Final Resistance », « Atoma », « Force of Hand » ou encore « Icipher ». « Terminus (Where Death Is Most Alive) » est l'occasion de retrouver quelques racines slam plus lourdes dans les compositions du groupe, ce qui permet de se lâcher un peu plus, pour la grande joie de nombreux fans. Pogos, slams et hurlements se succèdent dans la fosse ce qui alimente l'énergie de la foule qui n'en démord pas et fait honneur au groupe. Après « Inside The Particle Storm » et « The Wonders at Your Feet », Dark Tranquility nous propose une piqure de rappel de leur dernier album, « Atoma », sorti en novembre 2016, avec le titre « When The World Screams ». Le rappel est expédié après « ThereIn » puisque Mikael Stanne lance un rapide : « Aller, continuons simplement à jouer ! » et la musique reprend ses droits. La setlist était belle, le show long et brillant du début à la fin. Le final se fera en trois titres : « State of Trust », « Lost of Apathy » et enfin « Misery's Crown ». Avant cette dernière chanson, le chanteur nous avertit : « Paris, ce n'est jamais un au revoir, nous reviendrons vous voir bientôt ! ». Les dernières salutations du groupe se font dans une atmosphère joyeuse qui conclue à la perfection ce concert qui frôle la perfection !
Setlist de Dark Tranquility :
Introduction song : Iron Man (Black Sabbath song)
1- Encircled
2- Monochromatic Stains
3- Clearing Skies
4- The Treason Wall
5- The Science of Noise
6- Forward Momentum
7- The Mundane and the Magic
8- Final Resistance
9- Atoma
10- Force of Hand
11- Icipher
12- Terminus (Where Death Is Most Alive)
13- Inside the Particle Storm
14- The Wonders at Your Feet
15- When the World Screams
16- ThereIn
RAPPEL :
17- State of Trust
18- Lost to Apathy
19- Misery's Crown
Quelle soirée et quels beaux concerts ! Miracle Flair a offert un premier set humble mais très sympathique, porté par le sourire de la chanteuse. Black Therapy a pris la suite avec un engagement scénique des plus énergique, malgré des compositions qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir, du point de vue purement musical. Equilibrium a été fidèle à sa réputation en fédérant les fans grâce à des titres emblématiques et très dansants, et Dark Tranquility a, une nouvelle fois, proposé un concert de haute volée !