Report Dagoba à l'Alhambra le 13/12/2017
Stphane Masson
Journaliste

«Et pan une bonne claque avant d'aller au lit...»

Créé 13/12/2017
1207 vues

Mercredi 13 décembre 2017, journée avec un petit temps de merde, froid et humide. Heureusement la soirée promet de monter en température avec le concert de Dagoba à l'Alhambra avec tenez vous bien, rien que Betraying The Martyrs et Smash Hit Combo en première partie. En ce qui me concerne cette soirée, je dois bien l'avouer, ressemble à un petit cadeau de Noël avant l'heure (même si j'ai pas toujours été très sage cette année !).

Récupération du pass photo ok, discussion avec la sécu pour être dans les premiers à entrer dans la salle ok.
La question étant la suivante, vu qu'il n'y a pas de crash barrière je me met devant la scène et je ramasse des pogos dans le dos toute la soirée ou je la joue tranquille au balcon? Moment de réflexion, puisque c'est mon cadeau de Noël avant l'heure ce sera au balcon histoire de bien profiter des sets qui vont arriver.

Je m'installe donc au balcon prêt à en découdre et à shooter tout ce qui bouge (je parle de shoot photo attention pas de confusion!).

La salle a du mal à se remplir et lorsque les Smash hit Combo monteront sur scène cette dernière sera loin d'être pleine.
Les Smash Hit Combo, groupe de rap metal, nu metal, deathcore et oui tout cela à la fois. Ce doit être la quatre ou cinquième fois que je croise le chemin de smash hit Combo cette année et j'avoue que je ne m'en lasse pas et je sais que je vais encore en prendre plein la gueule pour pas un rond. Toute la fine équipe monte sur scène, enfin toute la fine équipe moins 1. En effet Paul (chant) est absent, ce dernier ayant eu un accident de « saut » enfin plus de réception de saut au cours d'un concert précédent et il ne peut pas être présent ce soir pour nous vriller les oreilles mais il est remplacé de voix de maitre par Sami qui va bien se charger de nos oreilles avec Maxime. Pour ne pas changer une équipe qui gagne Smash Hit Combo est une boule d'énergie en mode "Super Sayen" qui t'explose à la tronche à la façon d'un Kamé Hamé Ha dans ta face. Tout ça pour dire qu'on aura pas une seconde pour respirer car le décollage sera immédiat dès la première note et il n'y aura pas que la température qui va augmenter mais aussi le taux humidité dans l'air, on se croirait en guyane avec ces 80% d'humidité dans l'air, on est trempé et encore je suis pas parmi les furieux qui s'explosent les uns contre les autres au rez de chaussée. En parlant d'explosion nous retrouverons Sami non plus sur scène mais sur le plancher des fans en plein milieu du Wall Of Death ce qui entrainera la mort du câble de son micro...paix à son âme. Quelques instants pour redonner de la voix à Sami et Smash Hit Combo remet les watts jusqu'à la fin de leur set. Smash Hit Combo une putain de valeur sûre et ce nouvel album est une tuerie sur scène...

On tente de reprendre ses esprits, de remettre le cerveau en place tout en matant les photos prises et se rendre compte qu'elles sont marquées d'une sorte de voile lié à ce fameux taux d'humidité énoncé plus haut, big FUCK.

Voici le tour de Betraying the Martyrs de monter sur scène. Groupe parisien mélangeant hardcore, metal, death metal et autres genre musicaux bruyants. En ce qui me concerne je connais le dernier album du groupe, "The Resilient" que je trouve de très bonne facture, je les ai vu évoluer de trop loin à mon gout au hellfest cette année où j'ai trouvé leur performance très intéressante mais je ne les ai jamais vu en salle et de si près. Je suis donc très impatient de les voir ce soir.
Bon bah comment vous dire qu'ils m'ont laissés sur le cul et bouche bée?
C'est un groupe de tarés! Une occupation de la scène juste terrible, elle serait deux fois plus grande que BTM réussirait à occuper tout l'espace. Le son est bien lourd, les rythmiques vous assomment ou vous transportent dans je ne sais quel univers saturé au son BTM, le pied. Les mecs jouent avec une précision chirurgicale et prennent leur pied à nous voir nous arracher les cervicales en les écoutant, la foule est tout bonnement en plein délire, elle enchaine les pogos et circles pit. Allez ça mérite de faire le tour de ces gars venus de l'espace, honneur à l'école anglais en la personne de Aaron (chant saturé) venu tout droit de Leicester, chanteur charismatique aux multiples tatouages et à la voix semblant parfois venir d'outre tombe un délice auditif... Victor que je nommerai le zébulon fou, claviériste et chanteur (voix claire) que l'on voit sauter partout parfois avec son clavier dans le dos et, le seul homme capable de sauter dans la foule comme nous on fait des bombes dans une piscine et ce tout en tournant sur lui même comme une toupie, je vous l'avait dit il est fou!!! On continue avec Valentin le bassiste du groupe avec une carrure a te débloquer les omoplates si il te met une tape dans le dos, une présence scénique naturelle et une joie de vivre qui se diffuse dans la salle. Passons à Baptiste l'un des deux guitaristes, chevelure blonde au vent tel les plus grands guitaristes de heavy des années 90 qui nous envoie des riffs et sol à tout va dans les gencives, pour ce faire il est aidé de Lucas second guitariste et également au chant, qui sous ses airs un peu timide est un furieux qui donne pas sa part au chien comme on dit. Finissons le tour de cette joyeuse équipe par Boris le batteur du groupe et petit dernier a être entré dans la formation qui doit avoir comme but dans la vie d'exploser son kit batterie tellement il le martyrise et ça on adore...Betraying The Martyrs va foutre le feu du début à la fin de son show.
Merci les gars hâte de vous revoir et de vous shooter dans de meilleures conditions.



Le level est plus qu'élevé quand Dagoba monte sur scène car il est rare d'avoir des groupes comme Smash hit Combo et Betraying The Martyrs capables de vous foutre un tel bordel en première partie. Dagoba a intérêt à assurer!
Est il vraiment nécessaire de présenter Dagoba?? Groupe de Metal français originaire de Marseille, ce qui lui aura valu un petit "ici c'est paris" de Victor pendant le set de BTM. Dagoba est en tournée pour la sortie cette année de son dernier opus "Black Nova" qui fait tout simplement un carton. Si par hasard l'on se demandait si Dagoba pouvait s'imposer après le passage de deux premières parties de dingue et bien on va être calmé dès les premiers instants car la double grosse caisse de Bastos nous mitraille sur place pendant que les riffs nous écrabouillent alors que la voix de Shawter survole la foule avec son chant de guerrier. Dans la fosse on peut parler de champs de bataille surtout quand Shawter demande au public présent de lui montrer ce que le public parisien a dans les tripes. Le public, justement, va lâcher les dernières parcelles d'énergie qu'il lui reste dans l'ultime combat qu'il aura à mener ce soir car vu la performance de Dagoba on peut parler de combat, les coups de Bastos pleuvent comme des bombes, les accords lourds et puissants de guitare nous cisaillent au son de la voix caverneuse de Shawter le tout avec une basse qui claque à nous faire sortir les entrailles. L'impression de puissance dégagée par Dagoba est juste impressionnante. On crève de chaud dans la salle, ça dégouline partout de sueur aromatisée à la bière mais impossible d'arrêter de bouger, nous sommes porté par le raz de marée Dagoba. On en prendra plein la tronche jusqu'au bout, pas une seconde de répit et il faut le dire, c'est pour cela que nous sommes là ce soir et que nous adorons Dagoba. Merci pour cette soirée mais j'en connais qui vont avoir besoin de quelques jours de repos pour s'en remettre...

Bonne nuit les metalleux et faites de beaux rêves.