Live report Impericon Fest - Polar le 23/11/2016 - Le Trabendo
masson stphane
Journaliste

«Ah fond les décibels...»

Créé 23/11/2016
1098 vues

Après Lyon et Toulouse l'Impericon Festival « Never Say Die tour 2017 », organisé par Alternative Live pose ses enceintes au Trabendo à Paris pour son ultime date dans l'hexagone.

Ce festival placé sous le signe du Deathcore propose une affiche composée de 7 groupes rien que ça…On chauffe les cervicales, on prend une grande inspiration et on pénètre cérémonieusement dans la salle. Première remarque, bien que débutant à 17 heures, tr !s tôt pour la région parisienne et bien la salle est déjà bien remplie pour l'arrivée de Polar.

En effet la lourde tâche d'ouvrir le « bal » est offerte à Polar, groupe anglais de Metal Hardcore composé de cinq membres. Polar va nous mettre tout de suite dans le bain avec un son lourd et puissant quine sera pas sans nous rappeler certains groupes tel que hatebreed. Bien que jouant que 25 minutes Polar aura besoin que de 10 d'entre elles afin de chauffer la salle à blanc et mettre tout le monde dans l'ambiance…

Make Them Suffer prend immédiatement le relais, avec 15 minutes entre chaque groupes pas le temps de refroidir tout juste le temps d'aller recharger le gobelet…
Make Them suffer est un groupe australien né en 2008 et déjà à la tête de 4 opus, avec des riffs saccadés en « dents de scies » très efficace il bien difficile de boire le gobelet fraichement rempli sans en mettre partout… Notons que ce groupe comporte une claviériste à la toison mauve tout simplement montée sur ressort qui serai peut être judicieux de mettre plus en avant.

On enchaine avec Fallujah, groupe américain de métal atmosphérique né en 2007. Métal atmosphérique ou pas le batteur me laisse dès le premier morceau littéralement sur le cul avec une double grosse caisse qui ne nous laisse pas une seconde de répit et que dire de la basse qui claque à nous décoller les plèvres sur des riffs associant vitesses et lourdeurs ?? Et bien ça scotch ce groupe surtout quand on entend ce chant bien rague.

On comprend tout de suite que chaque groupe fera monter d'un cran la puissance lors de cette soirée…

Alors que je tente de remettre mes idées en place Obey The Brave groupe canadien de métal hardcore lance les hostilités. Et bien la salle est immédiatement prise de sautillement incontrôlable au son de Obey The Brave. Je parlais tout à leur d'une claviériste monté sur ressort et bien mis à part le batteur tout le groupe est incapable de garder le pieds au sol le temps d'un titre complet. Y a pas à dire un groupe qui a la bougeotte dur scène c'est bon et quand en plus leurs morceaux nous surexcitent on est aux anges…

Allez hop voici Carnifex qui s'installe et le moins que l'on puisse dire est que le groupe américain de Deathcore est plus qu'attendu. En effet le public l'appel à tue tête et semble pressé d'en découdre avec Carnifex. Dès le premier accord nous avons compris que c'est Carnifex qui va gagner, le public est en transe et chante euh non hurle à se faire exploser les cordes vocales. La pour le coup on ne saute plus le son et le rythme sont tellement puissant que nous ne pouvons plus bouger et nous prions pour que ça continue…

Tout à une fin mais pour notre plus grand plaisir Thy Art Is Murder arrive pour en remettre une couche…groupe australien de Deathcore nous fait bien comprendre qu'il n'ai pas venu nous conter fleurette. Les titres s'enchainent à fond sur des riffs à la fois saccadés, lancinants et bien puissants. Coté chant on est pas déçu entre chant gutturale et « aigu » on en prend plein les oreilles et on en redemande en plus !! Alors Thy Art Is Murder va nous en donner pour notre argent et nous laisser ce qu'il faut d'énergie pour accueillir White Chapel.

La soirée touche à sa fin et le clou final va être enfoncé par White Chapel groupe de Deathcore américain fondé en 2006. White Chapel ne va pas se gêner pour enfoncer le clou à grand renfort de coups de guitares délivrant un Deathcore énervé. Attendu comme le Graal par le public qui ne manquera de créer une tranchée dans la fosse du Trabendo à l'aide de circle pit. Au risque de passer pour un ignare votre humble serviteur ne connaissait pas White Chapel et bien c'est chose faite et vous savez quoi ? J'en redemande…


Et voilà c'est terminé, on rassemble le peu d'énergie qu'il nous reste pour regagner nos tanières en attendant de pouvoir remettre le couvert l'année prochaine…