Report Partouzzzze Bastards à La Boule Noire le 19/03/2018
Stphane Masson
Journaliste

«C'est parti du Rock'n'Roll de ouf»

Créé 19/03/2018
5493 vues

En cette veille de printemps, je sais on ne dirait pas qu'il est censé arriver celui-là, la soirée s'annonce rock'n'roll à souhait avec le passage de Phil Campbell and the Bastard Sons à La Boule Noire.

Il va de soi que cette affiche respire fortement pour tout le monde la bonne vieille odeur de Motörhead et que nous venons tous, en plus de voir Phil Campbell and the Bastard Sons, prendre une petite lichette de reprises de la bande à Lemmy.

Ca caille sévère ce soir mais les fans sont là et la file d'attente s'allonge tranquillement, à la fois avec une ouverture des portes qui se fait attendre jusqu'à 19h40 rien de plus normal… d'autant plus que l'évènement affiche complet.

Passage de la sécurité, récupération de l'accred, je descends les marches de La Boule Noire avec émotion et me dirige direct dans le micro pit de la salle pour me préparer avant l'arrivée de Partouzzzze Bastards qui va avoir la lourde tache de faire bouger tout ce petit monde avant l'arrivée de la tête d'affiche.

Les derniers réglages sont à priori terminés alors Partouzzzze Bastards monte sur scène avec un plaisir non feint, en effet la joie se lit sur leur visage. Partouzzzze bastards est un groupe de rock'n'roll parisien composé de 4 membres bourrés d'énergie et on ne va pas tarder à s'en rendre compte. De l'énergie il va y avoir et ce dès les premiers accords avec les titres « Let me Out » et « One Foot in the Grace », deux reprises du groupe australien Electric Mary. Il ne faudra pas longtemps pour que l'on s'aperçoive que ce groupe est littéralement habité par l'esprit Rock qu'on aime tant. Ca joue super bien et quelle putain de bonne ambiance sur scène. Julien Bloch (chant) passe d'un coté à l'autre de la scène et semble particulièrement affectionner le fait de titiller ses comparses musiciens qu'il n'hésite pas à attraper à bras le corps, principalement avec Yves Giraud (guitare) à qui il fera un gros bisou d'ailleurs. Yves Giraud, en voilà un guitariste des plus expressifs quand il joue, ça fait du bien de voir un musicien qui semble sortir chaque note de ses tripes et dont le visage exprime autant d'émotions quand il joue. Les titres, made by Partouzzzze Bastards s'enchainent, le public est clairement friand de la prestation qui se déroule devant ses yeux, on est venu écouter du Rock'n'roll et Partouzzzze Bastards nous en sert et du bon alors que demande le peuple ? Et bien il demande une petite reprise des Motörhead et bien Partouzzzze bastards va nous la servir sur un plateau avec « Ramones ».
Alors que la fête bat son plein et que le groupe vient d'achever la reprise en hommage à Lemmy voilà qu'une voix s'élève de la droite de la scène (du coup à la gauche du groupe...) qui dit que le show de Partouzzzze Bastards est maintenant terminé et qu'ils doivent descendre sans attendre alors que la setlist prévoyait trois titres de plus. Voilà qui aura le don dans un premier temps d'énerver Partouzzze bastards, dans un second temps de jeter un sentiment d'incompréhension dans la salle et dans un troisième temps d'engendrer des protestations venant du public qui en veut encore. Résultat des courses le groupe nous jouera encore un titre à savoir « Gazoline » d'Electric Mary pour tenter d'étancher encore un peu la soif du public. Cela aura pour conséquence, vous l'imaginez, de mettre en rogne le staff qui demandait au groupe de sortir de scène manu militari. Quelques mots feutrés vont donc fuser entre le groupe et le staff après « Gazoline », des réflexions émanant du public seront légions exprimant sa déception suite à cette attitude peu commune et des félicitations à Partouzzzze Bastards pour l'excellentissime moment qu'ils viennent de nous faire passer.
Voilà un bien bon groupe de Rock'n'roll à aller voir...

Setlist : Let Me Out (Electric Mary cover) / One Foot in the Grave (Electric mary cover) / Kick Me Out / The Words / Sing Alone / Lower Ground / Ramones (Motörhead cover) / Gazoline (Electric Mary cover)
Titres non joués : In winter / Insane


Un peu abasourdi par cet événement incongru on en vient à se dire qu'une ouverture des portes moins tardive aurai peut être pu permettre d'éviter ce petit couac !
La sortie de scène de Partouzzzze Bastards se passe sans encombre même si on sent une certaine frustration et tension transpirer des pores de la peau des membres du groupe.
Le changement de plateau se faisant je jette un regard avide sur la Setlist de Phil Campbell and the Bastards Sons, qui d'ailleurs est longue comme mon bras, posée devant moi. Mais ils vont donc également jouer « Ramones », serait ce alors au final l'origine du malentendu de tout à l'heure et non pas un petit souci de timing?


Quoiqu'il en soit le moment que tous les fans de Motörhead, et pas que, attendent est enfin arrivé avec la montée sur les planches de La Boule Noire de Phil Campbell et de ses bastard Sons. Il ne sera pas nécessaire au groupe de produire le moindre son pour que le public exprime son plaisir de voir Phil Campbell devant lui et autant vous dire que l'ombre et l'esprit de Lemmy a alors immédiatement recouvert la salle et tous ses occupants. Phil Campbell, ex guitariste du mythique groupe Motörhead qui a nourri de son talent des générations de metalleux et qui continu à le faire car Motörhead désormais classé au rang de légende continue de couler dans le biberon des futures générations de chevelus rebelles. Phil Campbell and the Bastard Sons quant à lui est un groupe de Rock'n'roll tout jeune qui a vu la sortie le 26 janvier dernier de son premier album « The Age of Absurdity » le groupe ayant également sorti un EP en 2016 intitulé tout simplement « Phil Campbell and the Bastard Sons ». Et bien le groupe va justement lancer les hostilités avec le premier titre de cet EP à savoir « Big Mouth » qui sera l'étincelle qui mettra le feu aux poudres et déclencher des mouvements de corps plus ou moins contrôlés. Dès les premières notes on s'envole vers d'autres lieux. Neil Starr (chant) est tout bonnement survolté, on a l'impression qu'il lui faudrait une scène dix fois plus grande tellement il donne l'impression de se retenir, pour soulager son trop plein d'énergie il enchaine les petits sauts furieux et envoie ses cervicales au diable à l'aide de violents coups de tête d'avant en arrière que l'on ne peut pas cataloguer dans la catégorie des headbangs. Todd (guitare) et Tyla (guitare basse) ne sont pas en reste en braillant autant que possible tout en envoyant des riffs et des rythmiques qui nous donnent envie d'imiter Neil. A la batterie Dane tabasse ses fûts comme un damné, moi je ne voudrai pas être à la place de ses tom.
Que dire de Phil Campbell ? Et bien il ne sautera pas partout, il n'enverra pas valser son chapeau au cours d'un headbang débridé mais qu'est ce qu'il en impose sur scène, il a une aura indéniable, il attire les regards, la grande classe Mr Phil Campbell et quelle technique…
Bordel ça swing grave, l'esprit Rock'n'roll dans toute sa définition, je ferme les yeux et me vois sur la route 66 au volant d'un vieux modèle de Mustang avec Phil Campbell and the Bastard Sons à fond dans les oreilles sans oublier mes deux potes Jack et Daniel…(toute ressemblance avec le nom d'une boisson alcoolisée est une purement fortuite)
Depuis le début du report je n'ai cessé de faire allusion à Lemmy & co et bien la part faite à Motörhead ce soir sera de taille avec pas loin d'une dizaine de titres joués par la troupe à Phil Campbell avec entre autres « Rock Out », « Born to Raise Hell » et « Ace of Spades ».
Quelle soirée de malade remplie de ce Rock'n'roll vivifiant qui recharge les batteries.
Une petite douceur musicale pour marquer la fin du concert et se diriger vers le bar avec « Pussy » de Ramnstein qui inonde les enceintes de La Boule Noire...

Setlist : Big Mouth / Freakshow / Deaf Forever (Motörhead cover) / Rock Out (Motörhead cover) / Cradle to the Grave (Motörhead cover) / Welcome to Hell / Take Aim / Born to Raise Hell (Motörhead cover) / Get On Your Knees / R.A.M.O.N.E.S. (Motörhead cover) / Ringleader / Dark Days / Silver Machine (Hawkwind cover) / Ace Of Spades (Motörhead cover) / High Rule / Just ‘Cos You Got the Power (Motörhead cover) / Rock'n'Roll (Motörhead cover) / « Hereos » (David Bowie cover) / Going to Brazil (Motörhead cover)