Chroniques
Festival
Hellfest 2017
Obituary
16/06/2017
Alcatraz Festival 2017
Obituary
12/08/2017

Obituary - Battle Of The Bays - Paris
Anibal BERITH
Journaliste

«Incontournables, indétrônables, les floridiens ont tout démonté avec leur gros son !»

Créé 24/10/2016
1235 vues

Après le set très énergique des rois du thrash, place aux monstres du death mondial trouvant ses racines en Floride, Obituary. Il faut dire que depuis la sortie de « Inked In Blood » en 2014, ayant largement remis le groupe sur les rails du succès après une carrière en dents de scie, le quintet floridien est partout et ne cesse de tourner enchainant inlassablement concerts et festivals autour de la planète. Ceci explique certainement le coup de mou de John Tardy en milieu de set qui semblait bien fatigué ce soir.

Cependant, rassurez-vous, Obituary a été largement à la hauteur de sa réputation en tête d'affiche de cette tournée intitulée « Battle Of The Bays » et va nous délivrer un set de plus d'une heure d'une lourdeur et d'une énergie incroyable.

C'est sur ‘Internal Bleeding' que le combo américain prend place avec Donald Tardy toujours aux commandes de sa batterie furieuse qu'il règlera lui-même juste avant la prestation. Il est rapidement rejoint par l'inquiétant Trevor Peres à la stature imposante, cheveux très longs détachés et barbe monumentale. Il est responsable de ses gros riffs bien gras et dégoulinants si chers au combo avec une guitare toute abîmée mais au combien efficace !

Côté droit de la scène, les derniers arrivés dans la troupe de la Bay Area avec Terry Butler à la basse et Kenny Andrews à la guitare.

Le charismatique John Tardy rejoindra le groupe quelques minutes en suivant prêt à envoyer son growl dévastateur si spécifique et reconnaissable entre mille ! En pantacourt treillis et basket Nike, le frontman à la chevelure impressionnante ne tardera à vociférer la rage de son chant à la face du public ébahi par la prestance des floridiens.

La setlist est très old school avec en tout 7 titres joués de « Slowly We Rot », album culte de la vague Death des années fin 80 et début 90 (l'album étant sorti en 1989) et 3 du non moins culte « Cause Of Death ».

Peu de jeu de scène, la prestance à elle seule du quintet suffit à en imposer surtout lorsque John s'avance sur le devant de la scène en vociférant, c'est juste jouissif ! Peu de communication avec le public, cependant la communion se fait tout naturellement. Il sera très complice avec Trevor et Donald mais plus distant avec les deux autres qui restent bizarrement dans leur coin faisant le job. Un peu plus de cohésion à ce niveau aurait été appréciable surtout que les deux musiciens ont largement le niveau de l'exigence qu' Obituary demande.

Changement de décor en milieu de set avec le backdrop Obituary tout simple remplacé par celui de l'ep « Ten Thousand Ways To Die » paru trois jours plutôt, le 21 octobre, composé de deux titres inédits et de onze titres live annonçant les prémisses du prochain album en cours de réalisation et dont 'Loathe' sera interprété permettant d'enchainer sur ‘Centuries Of Lies' de l'album actuel.

C'est avec ‘Dying' et ‘Find The Arise' de « Cause Of Death » que la première partie du set s'achève laissant à nos nuques cinq petites minutes de repos.

Un cours rappel et c'est le bis avec ‘Til Death' de « Slowly We Rot » et l'excellent ‘Don't Care' de « World Demise » pour s'achever sur l'incontournable ‘Slowly We Rot' toujours aussi impactant et n'ayant pas pris une ride.

Un set magnifique, la grosse baffe dans ta gueule, 1h15 de matraquage intense devant un des plus gros groupes de Death du monde fêtant leur 32 ans de carrière (avec Executioner). On remet ça quand vous voulez !

Setlist : Internal Bleeding / Words of Evil / Chopped in Half / Intoxicated / Visions in My Head / Deadly Intentions / Bloodsoaked / Intermission / Ten Thousand Ways to Die / Centuries of Lies / Dying / Find the Arise / 'Til Death / Don't Care / Slowly We Rot

Auteur : Anibal Berith
Photos : Peetoff