Live Report@Toulouse // Ensiferum PATH to GLORY TOUR + EX DEO
Anibal BERITH
Journaliste

«Trois groupes, trois ambiances, une réussite commune et globale devant un public festif et enjoué!»

Créé 27/04/2018
573 vues

La saison 2017/2018 des concerts se termine pour SPM avant la reprise en septembre 2018 avec déjà de très belles dates annoncées (27/09 : Batushka + Black March, 04/10 : Kamelot + Guest, 31/10 : Annihilator - “A Tour For The Demented 2018”). Et pour clôturer une belle année de concerts, quoi de mieux que d'écouter de la musique festive avec une tête d'affiche à la hauteur de la fête annoncée, les finlandais Ensiferum!
Pour les accompagner sur cette tournée "PATH to GLORY TOUR", la mise en bouche sera servie par les italiens Wind Rose et leur Power Metal assez poussif pour enchainer avec les canadiens Ex Deo et leur Death Metal épique s'inspirant des légions romaines.

La file d'attente se fait dense devant les portes du Metronum pour une jauge de 400 personnes, ce qui représente un beau succès de fréquentation pour un soir de milieu de semaine. Ouverture des portes à 19h00, le temps de faire le tour des amis et connaissances pour s'installer dans le pit photo à 19h30 précises pour le premier concert de la soirée Wind Rose.

Vêtus tels les aventuriers du Seigneur des Anneaux à la quête du Précieux, le quintet déboule sur scène enjoué et plein d'énergie! Formé en 2009, c'est avec curiosité que je découvre ce groupe de Power Metal mélo aux touches Folk. Avec trois albums, Wind Rose a de quoi remplir les 3/4 d'heure de set alloué, notamment avec "Stonehymn" sorti il y a tout juste un an.

Occupant la scène de façon imposante, le frontman Francesco Cavalieri impressionne par son attirail et son physique! Il attire tous les regards et fait un peu d'ombre au reste des musiciens plus discrets mais tout aussi motivés!
Dès les premières notes, on se sent transportés dans une grande aventure épique traversant des paysages montagneux gigantesques et hostiles. Mariant folk et power metal, les italiens délivrent une musique accessible et festive tout en proposant quelques plans plus dynamiques grâce au rythme plus soutenu imposé par le tempo du batteur Federico Gatti.

La prestation est dynamique, la musique variée et plutôt appréciée par le public qui commence a bien se bouger. Les premiers pogos et circle pit apparaissent alors que la jauge n'est pas encore à l'apogée de la soirée...ça sent la grosse ambiance!!

Une chose est sûre, que l'on aime ou pas le style du quintet méditerranéen, on ne peut pas nier que les musiciens se donnent à fond pour satisfaire le public tout en se faisant plaisir! On voit clairement dans le jeu des artistes, une belle complicité et un plaisir sincère à jouer ensemble! Ca bouge, ça parcourt la scène et le frontman impressionne par sa façon d'headbanguer, bras écartés, la tête qui secoue dans tous les sens dans son costume imposant. Quarante minutes de show qui ont su chauffer la salle prête à accueillir les légions romaines d'Ex Deo!



Changement radical de decorum! Exit la montagne enchanteresse de Wind Rose pour un back drop plus sanglant à l'image du dernier album des canadiens "The Immortal Wars" paru l'an passé. Loin de l'univers de Kataklysm, les membres ont créé ce groupe en 2008 afin de proposer une musique plus épique avec un jeu de scène plus cérémonial. Même si on est loin du l'ambiance folk et festive des autres groupes de la soirée, Ex Deo s'inscrit parfaitement dans cette tournée par son côté mélodique et épique parsemé de touches symphoniques pas trop envahissantes (heureusement).

Arborant la tenue des légions romaines à l'unisson, excepté pour le batteur préférant montrer son physique athlétique et musculeux, c'est sous une lumière totalement rouge que le leader Maurizio Iacono s'empare de la scène du Metronum. Adoptant une posture très cérémoniale. C'est dos au public, bras écartés, la lumière rouge tombant sur lui comme coulerait du sang, que nous découvrons sa sature imposante, ses biceps monstrueux tatoués.

Avec deux albums à leur actif, le quartet, car ce soir car le bassiste a malheureusement été contraint de partir pour des soucis personnels va s'imposer une heure avec une basse samplée qui n'entachera en rien la prestation des Québécois qui sera d'une grande qualité. C'est avec une attitude guerrière tenant son public en respect qu'Ex Deo déroule sa setlist avec puissance et énergie. Les morceaux choisis sont denses et épiques amenant le public à se bouger, cumulant les circle-pit et s'adonnant à un wall of death initié par le frontman. Mauricio, par son charisme dans cette tenue de légionnaire, capte son public tout au long du show. Le son est de bonne qualité et les parties samplées passent bien et correspondent parfaitement à l'atmosphère voulu par les canadiens. D'ailleurs le rendu de la musique d'Ex Deo est plus guerrière en live que sur disque captant ainsi l'attention des aficionados.

On sent beaucoup de respect et d'empathie de la part du groupe habitué au public toulousain, public qui le lui rend bien en ne s'essouflant pas une seule seconde et venu nombreux pour lui. Un beau moment de communion et toujours autant de plaisir depuis le début de cette soirée; ça va continuer ainsi avec la tant attendue tête d'affiche Ensiferum!



Plus sobres dans le visuel et pas moins énergiques, les finlandais foulent la scène de la salle toulousaine avec dynamisme et enthousiasme. En pleine tournée du dernier album "Two Paths" paru en 2017, le quartet attaque logiquement le set avec "For Those About to Fight for Metal" qui d'entrée déchaine le public déjà bien excité! Il n'en faut pas plus que çà pour que le centre du pit se mette à pogoter à l'unisson enchainant circle pit sur circle pit, tout le set durant.

Beaucoup d'énergie déversée sur scène de la part des musiciens qui ne cessent de couvrir leur espace en échangeant leur place. La palme du plus expressif et rassembleur revient sans hésiter au bassiste Sami Hinkka! Grosse barbe, cheveux longs, très longs, kilt et basse 6 cordes, il stimule la foule sans aucune lassitude, le sourire aux lèvres lorsqu'il ne chante pas. Suivi de près par le guitariste Markus Toivonen qui aime tirer sa langue entre deux vocalises claires, la place centrale étant occupée par le growler Petri Lindroos chargé de la partie plus agressive et qui va davantage se mettre en avant sur la seconde partie du set, les titres du début étant scandés de façon équilibrée entre les trois musiciens de front.

Mis en valeur par de superbes light, les finlandais envoient titres après titres avec très peu de pause poussant le public à faire la fête sans s'arrêter. Il faut dire que leur death mélo, épique et folk poussent à s'amuser et c'est exactement ce que le public a fait durant les 1h30 de la prestation au cours de laquelle les artistes passeront l'ensemble de leur carrière de près de 25 ans!

Clôturant le concert par un cover de Guns N' Roses en reprenant la très célèbre chanson "Sweet Child O' Mine", c'est la mine réjouie que le public a du mal à quitter le Metronum tant l'adrénaline est présente et l'envie de poursuivre la fête se fait sentir!



Une très belle date organisée par SPM pour cette dernière de la saison 2017/2018 avec une jauge plus que satisfaisante faisant de ce concert un succès! Merci à toute l'équipe de l'associaition, aux artistes et au public de répondre de plus en plus présent! Vivement la saison prochaine mais ce n'est pas fini pour la scène toulousaine avec encore de belles dates organisées par Noiser avant le début des festivals de l'été

Anibal Berith