Live Report@Motocultor Festival - 17, 18 & 19 août 2018
Anibal BERITH
Journaliste

«Avec une organisation irréprochable et une affiche à faire pâlir les plus grands, le Motocultor crû 2018 était le festival à ne pas manquer !»

Créé 17/08/2018
1096 vues

Depuis qu'à United Rock Nations, nous entendons parler du Motocultor, en bien comme en mal, il était temps que nous y mettions les pieds pour vérifier par nous-mêmes de ce qu'il en était ! De plus, cette année, avec l'affiche de fou que propose le festival breton pour sa onzième édition, autant dire qu'il ne fallait pas y réfléchir à deux fois !

Arrivés la veille afin de prendre nos marques avec logement haut de gamme chez l'habitant parce qu'on n'est pas le public (merci Fred^^), c'est avec impatience que nous attendons l'ouverture des portes le vendredi 17 août pour, dès ce premier jour, assister à une très belle programmation.

Les 3 scènes, (Dave Mustage (scène principale), Massey Ferguscène (seconde scène) et en retrait (et pourtant la meilleure), la Supositor Stage (la 3ème donc) auront le plaisir d'accueillir pour ces 3 jours, respectivement les suivants:

Jour 1: ALESTORM / MINISTRY / DEVILDRIVER / THE YOUNG GODS / ULTRA VOMIT / BELPHEGOR / TRISOMIE 21 / MYRKUR / CRUACHAN / PILLORIAN / SVART CROWN / STICKY BOYS / AUÐN / NESSERIA / RENDEZ-VOUS / CYPECORE / THE LUMBERJACK FEEDBACK / LÜT / MAID OF ACE / ENDE / LUMBERJACKS / SERENIUS

Jour 2 : BEHEMOTH / ABBATH / CANNIBAL CORPSE / THE BLACK DAHLIA MURDER / SHINING / TURISAS / PELICAN / NOSTROMO / TAGADA JONES / PUNISH YOURSELF / SUICIDAL ANGELS / INGESTED / ESBEN AND THE WITCH / CELESTE / NECROWRETCH / BLOCKHEADS / EREB ALTOR / HANGMAN'S CHAIR / MONOLITHE / HEART ATTACK / MÖHRKVLTH / CERF BOITEUX

Jour 3 : SEPULTURA Feat. Tambours du Bronx / DYING FETUS / TAMBOURS DU BRONX Metal Show / MUNICIPAL WASTE / PHIL CAMPBELL & THE BASTARD SONS / POPA CHUBBY / COMEBACK KID / PERTURBATOR / NASHVILLE PUSSY / ORIGIN / STONED JESUS / WARBRINGER / MISERY INDEX / TOXIC HOLOCAUST / SADISTIC INTENT / JINJER / CULT OF OCCULT / IMPLORE / PROMETHEE / DEHUMAN / TRANZAT / DEAD BONES BUNNY

Depuis des semaines, on nous rabâche que ce festival est génial mais que l'organisation laisse à désirer (et je suis gentil), que la bouffe est infecte, que la bière est moyenne, cependant, que les concerts à l'heure et que l'ambiance est excellente ! Les deux dernières remarques suffisent à nous rendre heureux, pour le reste, ben, on s'adaptera !

C'est donc avec enthousiasme que nous arrivons sur le site avec 2 heures d'avance !! Pas de soucis, mon acolyte et moi-même avons repéré une boulangerie sur place juste à côté de l'immense parking ! Premier bon point donc au niveau de l'orga, il y a de quoi se restaurer convenablement autour d'un bon café et à petit prix pour les lève-tôt ! De plus, la qualité des mets est au rendez-vous, tout comme la sympathie du tenancier et de ses clients dans lesquels je ne manque pas de retrouver quelques amis.
Juste un café avalé (le petit dej' dans notre auberge de luxe étant plus que copieux), nous voilà revenus devant l'entrée du site pour nous imprégner des lieux et attendre le top départ !
Pas grand monde encore en ce vendredi midi... du matin...peu importe, le festival est sold out les trois jours, les festivaliers seront donc présents !

C'est à l'heure précise indiquée que les portes du Motocultor ouvrent, dans le calme et la bonne humeur et surtout, oui, surtout, sans être obligé de faire une queue de 2 heures (à bon entendeur ^^).
Le site est spacieux, grand sans être immense; il est de taille humaine et offre largement de quoi contenir 10000 personnes par jour sans se marcher dessus. Tout est bien positionné et agencé avec un accès facile aux toilettes et au merchandising tout en pouvant rapidement se diriger vers les deux scènes principales protégées par deux chapiteux énormes montés pour l'occasion !
Un nombre incalculable de stands de bouffe longent tout le festival pour laisser place à la dernière scène, perdue en contrebas du site, au bout d'une pente douce; on pourrait presque dire dans la cave du Motoc', à part qu'elle est en plein air, la Supositor Stage, LA scène des adorateurs de l'extrême.



Niveau orga, toujours rien à dire, l'accueil est super, tout est bien calé, très peu de queue, c'est juste irréprochable. Reste à voir comment se déroulent les concerts et c'est sur la Dave Mustage que les hostilités débutent avec les français The Lumberjack Feedback et leur stoner instru aux deux batteries.



Nous ne détaillerons pas tous les concerts car il est difficile de tout voir, de plus, tous les groupes ne sont pas à notre goût alors autant se concentrer sur ceux qui nous font plaisir.
La journée type est simple: les deux scènes principales ne jouent jamais ensemble, seule la troisième se cale sur la seconde laissant la première jouer toujours seule.
C'est donc un sacré avantage à la fois pour les artistes et le public car le groupe jouant sur Dave est sûr de s'attirer l'ensemble des festivaliers souhaitant voir des groupes même si ces derniers ne l'intéressent pas.
C'est sur ce postulat que nous avons pu assister à une grosse part des affiches principales exceptées Ultra Vomit et Alestorm parce qu'à un moment donné, même mon professionnalisme a ses limites !

Il est clair que notre petite équipe de United Rock Nations a clairement trouvé chaussure à son pied sur Supositor tant par la qualité de la programmation, la simplicité de l'organisation du pit photo, la qualité sonore et l'ambiance de fou sur l'ensemble des trois jours grâce à une équipe de bénévoles dévoués et pro, des agents de sécurité au top et globalement un cadre sympa et festif.



Une journée plutôt dense en ce vendredi ensoleillé où nous avons assisté aux concerts de Ende, Svart Crown, Sticky Boys, Audn, Devildriver, Pillorian, Myrkur, Minsitry et Belphegor.



Aucune déception dans ce choix hormis Sticky Boys qui, pour nous ne savons pour quelle raison a joué dans la fumée tout le set. C'était bien dommage car la prestation semblait énergique et dynamique mais la mise en scène du show a quelque peu gâché la fête.
Pour le reste, Supositor est une scèbe magique pour le black metal permettant même en plein jour d'apprécier les groupes en toute intimité et d'arriver à être capté par l'univers (Ende, Audn, Pillorian et Belphegor).

Petite déception pour Svart Crown, la Dave Mustane est clairement pas adaptée même si le rendu sonore était bon sans être excellent (privilège de Supositor). Il est vrai que le groupe a gagné en notoriété et que cette scène reste la plus fréquentée mais les festivaliers se souviendront davantage d'Audn ou Pillorian qui ont respectivement délivré des prestations de haut niveau devant un public tout aussi massif.







Notre travail est heureusement ponctué de quelques pause salutaires que nous avons la chance de faire à l'espace VIP qui se tient sous deux grandes tentes derrière la scène principale.
L'espace est convivial, pas très grand et offre tout le confort nécessaire avec notamment, pour se restaurer un food truck dément proposant une restauration rapide de qualité quelque peu assaisonnée pour les courageux en mal de sensations fortes. Patron et employés sont très sympa et avenants et tout aussi passionné par leur métier que par l'environnement dans lequel ils évoluent ce week-end. De plus, nous avons la chance d'avoir un bar un peu plus fourni en bières que ceux des festivaliers permettant de s'abreuver de bonnes créations pour un prix raisonnable.



La soirée se profile avec les prestations de Myrkur et Ministry. Malgré quelques soucis techniques Amalie Bruun la frontwoman et unique compositrice de son groupe éponyme (Myrkur étant aussi son nom d'artiste), la musique de l'anglaise prend tout son sens en live. Le show, bien que relativement simple, est époustouflant et hypnotique. L'aura de la chanteuse est captivante et sa beauté fascinante. Evoluant dans une univers vert intense, nous sommes vite embarqués dans ce black metal ambiant et doux à la voix claire même si quelques passages screamés intensifient les compositions. Beaucoup de relief et d'élégance au cours de ce set de 3/4 d'heure se terminant sous un bleu glacial, Myrkur donnant le change avec sa guitare et accompagnant ainsi ses trois musiciens discrets et efficaces.



De ce fait, la transition avec le déjanté et indétrônable Al Jourgensen et son groupe Ministry est quelque peu brutale. C'est avec toujours autant de provocation que le créateur du Metal Indus va dénoncer la décadence de son pays en défendant son dernier album "AmeriKKKant" paru en mars dernier. Se cachant derrière un micro-skull, le leader sait se montrer communicatif en s'approchant du bord de la scène ou en laissant de côté son chant au profit de son jeu d'harmonica. La scène est bien remplie par un line-up impressionnant assurant un show en perpétuel mouvement dans une ambiance froide et sombre, ponctuée de light incisives et de musique électro.



Cette première journée touche à sa fin avec une excellente prestation des black/deatheux autrichiens Belphegor dont le son était aux petis oignons et le jeu d'Helmut toujours aussi théâtral et caricatural !



Comme indiqué plus haut, notre professionnalisme et notre passion pour le Metal nous INTERDIRA d'assister à la prestation d'Alestorm et ainsi nous permettre de rentrer relativement tôt pour attaquer la seconde journée qui s'annonce bien plus intense avec notamment le show dantesque de Behemoth !

Les concerts débutant à 12h45 pour cette seconde journée, ça laisse un peu de répit malgré une courte nuit et le temps de profiter de la matinée avant de rattaquer le marathon autour des trois scènes. Marathon qui se fera pour Heart Attack, Ingested, Monolithe, Ereb Altor, Necrowretch, Nostromo, Cannibal Corpse, Shining, Behemoth et Abbath. Oui, la journée s'annonce dense et encore nous passons, hélas, à côté de Mörrkvlth, Suicidal Angels, Tagada Jones, The Black Dahlia Murder, Celeste, Punish Yourself et Turisas, groupes que nous avons eu la chance de voir dans l'année au cours d'autres événements.

La grosse surprise et découverte de la journée est incontestablement le groupe de thrash très pêchu cannois Heart Attack ! Ouvrant la journée sur la scène principale, leur musique associant riffs incisifs et groove convainc rapidement les festivaliers déjà sur le site, venant instantanément se masser sous le grand chapiteau de la Dave Mustage ! Le charismatique frontman, Kevin, et ses acolytes occupent parfaitement la scène et entrent rapidement dans leur rôle malgré le stress que peut procurer leur positionnement dans le running order. Rametant la foule avec une setlist énergique, les 40 minutes qui leur sont allouées sont dantesques et réveillent les lève-tard !



Une excellente entrée en matière ayant bien affûté nos oreilles qui vont être quelque peu brutalisées par le slamming brutal death aux relents deathcore des anglais Ingested sur Supositor que nous partagerons avec les français de Monolithe sur Massey à l'univers musical et artistique résolument différent et envoûtant.



La journée se partage entre Supositor pour les excellents show des français de Necrowretch dont le show est clairement au-dessus des prestations passées avec surtout beaucoup moins de réverb' dans le micro et donc plus d'authenticité et d'agressivité dans le chant. Malgré une heure peu adéquate, le quartet assure une setlist efficace en délivrant un black metal radical et agressif donnant envie de se procurer leur live "Welcome to Your Funeral" fraichement sorti (6 septembre) et enregistré durant leur tournée Satanic Crusade 2018.



Nostromo prend la suite alors que The Black Dahlia Murder occupe la Massey, cependant, malgré une féroce concurrence, le combo suisse attire du monde et régalera son public slamant tout le set durant. La musique et l'énergie du groupe s'y prêtent, la taille de la scène aussi, le set de 50 minutes est efficace et bien occupé avec très peu de pause !



Shining enchaine avec toujours les mêmes consignes de ne pas trop s'approcher de la scène compte tenu de l'humeur perfectible de son leader Niklas Kvarforth. Ses musiciens semblent bien plus équilibrés et assurent un beau jeu de guitare/basse. La musique est violente, torturée et les light accroîent cette ambiance. Avec Celeste en face, nombre de festivaliers sont venus manifester leur intérêt pour les suédois dont le show est captivant et dont la prestation décalée et inquiétante du leader est envoûtante !



Ayant assisté à l'intégralité du concert de Shining, je me retrouve assez mal positionné sur Behemoth pour lequel les 10000 personnes se sont précipitées sous le chapiteau Dave Mustage ! Pas un espace de libre pour assister à la prestation des polonais et découvrir leur nouvelle setlist que des chanceux ont déjà pu entendre au cours des festivals précédents (Metaldays et Brutal Assault).
Occupant l'integralité de la scène avec un decorum toujours aussi époustouflant, c'est sous une masse de fumée sur fond de light rouge sang et de gerbes de feu que le quartet débute sa setlist avec "Ov Fire and the Void". Les premières secondes sont décisives et donnent le ton pour un show grandiose car oui, nous allons assister à l'une des meilleures prestations, si ce n'est la meilleure prestation du groupe de blackened death metal jamais vu jusque là tous groupes confondus !
Pas de temps mort, la setlist défile avec puissance, puissance que le show impose par sa pyrotechnie et par le charisme de son leader Nergal suivi de près par celui de son imposant bassiste Orion.
Ne manquent pas les passages très cérémoniaux aux light de circonstance mettant en avant le nouveau titre du combo "God=Dog" issu du prochain album des maîtres du genre "I Loved You at Your Darkest" dans les bacs le 5 octobre prochain.
Comme à chaque prestation au cours de l'été, Niklas Kvarforth, leader emblématique de Shining est venu en guest sur la reprise des Cure "A Forest" pour laisser repartir le show de plus belle jusqu'au dernier et incontournable titre "O Father, O Satan, O Sun !"
Behemoth a retourné, que dis-je a dévasté le Motocultor 2018, que ce dernier aurait largement pu être la tête d'affiche de cette édition même si Sepultura a largement couvert ce rôle avec brio.



Autant dire qu'avec la claque qu'on vient de prendre, la soirée est terminée et pourtant il reste encore 3 groupes avant de quitter les lieux.
Naturellement, nous allons nous intéresser à celle d'Abbath, qui, bien qu'incontournable, va manquer de saveur, même si Olve Eikemo (Abbath) joue au cracheur de feu !
Rien de bien innovant, c'est du Abbath et c'est très bien comme ça et c'est pour ça que nous l'aimons. Un prestation plus longue que prévue avec des titres essentiellement empruntés à son ancienne formation Immortal parce qu Abbath est Immortal !



Alors que le samedi était clairement sous les hospices du black metal, le dimanche met à l'honneur le death metal et le thrash avec pour cette journée, la compagnie de : Implore, Dehuman, Origin, Misery Index, Dying Fetus, Sepultura et aussi des groupes plus accessibles tels que Jinjer, Warbringer, Comeback Kid, Toxic Holocaust, Nashville Pussy et Municipal Waste.

Rapidement, trois belles claques avec Implore, Dehuman et Misery Index. Grosse énergie et un public bien chaud ! Ca fait du bien et pour ma part des découvertes live que je ne voulais pas manquer avec plus précisément Misery Index qui ne s'était pas rendu sur le territoire européen depuis 2 ans pour cause d'obligations professionnelles et de composition du nouvel album à paraître début 2019. A ce sujet, le groupe nous a fait la faveur d'interpréter un des nouveaux titres "I Disavow".







Contre toute attente, Jinjer assure un super show sur la scène principale avec bien sûr la sculpturale Tatiana Shmaylyuk qui a su capter toute l'attention de la gente masculine et pas par son organe vocal même si ce dernier était à la hauteur de la version studio !



Warbringer réussit tout autant son show comme Comeback Kid même si pour ce dernier, ce n'était pas l'énergie de l'Xtreme Fest, 2 semaines plus tôt, où ils étaient tête d'affiche.





Origin comme d'habitude m'aura laissé de marbre même si le public a semblé avoir apprécié le show des américains sur Supositor. Un trait d'humour, cependant, à faire remarquer, le quartet n'ayant pas de bassiste pour cette représentation, le frontman, Jason Keyser, fait monter une quinzaine de spectateurs pour faire de la Air Basse le temps de deux titres ! Juste génial et plein d'humour, dommage que leur musique soit si répétitive et pour le coup trop technique !



Toxic Holocaust et Municipal Waste défendent également bien leur bifteck, cependant, le plus intéressant à regarder reste le public, totalement déjanté et survolté, à pogoter et slamer sans discontinuer pour atteindre son apogée au cours de la prestation de la grosse branlée du jour Dying Fetus !





Une pure boucherie, tant sur la scène que dans le public ! Slams sur slams, circle pit, pogos, de la folie, un public in-é-pui-sa-ble !!! Les agents de sécurité l'ont senti passer ! Le trio a tout défoncé, à coups de riffs tronçonnés et acérés comme des scalpels et des blasts dévastateurs inépuisables ! Rarement vu le trio américain avec une telle pêche et une telle envie de partager !
Toujours sur la tournée du dernier album "Wrong One to Fuck With", le groupe enchaîne ses meilleurs titres avec brutalité et mélodie, un temps plus rapide que la version studio ! Ma-gis-tral !!!



Seul Sepultura arrivera à élever le niveau sur la scène principale en tant que tête d'affiche de cette onzième édition. Proposant une setlist très éclectique avec des titres récents, les brésiliens n'en n'oublient pas l'âge d'or du groupe avec des titres tout droit venus de la période thrash/death du combo alors sous le leadership des frère Cavalera ("Desperate Cry", "Arise", "Refuse/Resist", "Territory", "Roots Bloody Roots").
Andreas Kisser et au top, tout comme le reste de la bande avec un Derrick Green, massif, plus en forme que jamais, et impressionnant par sa carrure imposante, et sympathique en arborant un sourire sincère durant tout le set !
Bel hommage au groupe français "Les Tambours du Bronx" mené de main de maître par Franky Costanza en guise d'outro sur "Roots Bloody Roots"en les faisant venir sur scène pour les accompagner !



Magnifique clôture de ce festival pour un 3 jours sold out sans fausses notes. Ravi d'avoir pu en être et de constater que les "on dit" ont ou être balayé en quelques heures seulement grâce à une organisation au top même sur le camping où toutes les soirées se terminaient au Macumba jusqu'au petit jour pour les plus vaillants et ce depuis le jeudi....chapeau bas, Mac et Umba pour avoir su animer avec joie et bonne humeur les courtes nuits des festivaliers !

Voilà un festival qui clôture avec brio un été de festivals pour United Rock Nations puisque ce sera, hélas, sans compter sur le Fall Of Summer; une affiche exceptionnelle dans un cadre rural et humain où la bonne humeur prime permettant ainsi de passer un agréable séjour en Britany.
Merci vivement à l'organisation et à tous les bénévoles, aux festivaliers pour leur présence massive et leur bonne humeur, aux artistes et aux animateurs du camping ! Vivement l'édition 2019 !


Live Report@Motocultor Festival - 17, 18 & 19 août 2018