Live report WINTER'S GATE EUROPEAN TOUR Part 2 2018@Toulouse // Insomnium Tribulation Inlandsys
Anibal BERITH
Journaliste

«Quand ce sont les guests qui assurent le spectacle!»

Créé 05/04/2018
1893 vues

Le printemps s'installe tranquillement sur la France et plus particulièrement en région toulousaine et c'est en ce 5 avril 2018 que vient se poser le WINTER'S GATE EUROPEAN TOUR Part 2.
Organisé par l'association très dynamique SPM Prod à la salle dénommée le Metronum à Toulouse, ce sera le groupe de death mélo local Inlandsys qui a la lourde tâche d'ouvrir les hostilités, suivi des suédois Tribvlation qui avaient déjà fait un passage par la ville rose en janvier dernier en ouvrant pour Arch Enemy. La tête d'affiche étant occupée par les finlandais Insomnium.

Malgré un parterre de monde assez dense avant l'ouverture des portes, je suis assez surpris par la jauge de la soirée qui, à vu d'oeil, a tourné autour de 350 personnes; prise de possession de la salle que nous connaissons plus que bien, et découverte de la scène sur laquelle trône la batterie des toulousains à leur effigie.
C'est non sans émotion que le quintet s'apprête à fouler la scène du Metronum pour ouvrir pour l'un des groupes préférés d'une partie du line-up!
De plus le groupe toulousain, au line-up inchangé depuis sa formation en 2011 excepté pour le bassiste/chanteur Yann Gilly ayant remplacé Shavo Satyr en 2016, est venu défendre son tout premier album "Carthago" fraichement débarqué, autant dire que l'excitation est à son paroxysme et que tous les copains sont là!

Délivrant un death mélo dynamique avec deux guitares et clavier entre autres, les toulousains ouvrent la soirée et leur set avec "Burn for Baal" que l'on retrouve sur l'album et que nous avions découvert quatre ans plus tôt sur l'ep éponyme du groupe. Bassiste, guitaristes et claviériste occupent le devant de la scène à l'unisson et c'est Een Sayn qui assure les parties principales du chant accompagné par El Ash et Yann, dont ce dernier distille un timbre plus growlé assombrissant l'univers du quintet. Tonin (Antonin Calvet ) offre les parties aériennes avec ses deux claviers, torse nu, headbangant sans cesse et Chris impose le rythme alternant mid tempo et plans plus rapides.
Inlandsys déroule une setlist de cinq titres pour une demi-heure de prestation fort bien menée malgré une corde cassée et rapidement réparée pour le frontman qui s'en amusera quelques minutes plus tard en invitant le public à se rendre au Merch pour en payer le remplacement.
Tout au long du set, on sent un réel enthousiasme des musiciens qui prennent plaisir à jouer ensemble et qui le montrent! El Ash adoptant la "rock attitude", Yann headbangant et totalement perché à chaque coup de doigts sur ses cordes!
L'ambiance dans le pit est énergique et la joie se voit sur les visages des spectateurs! Un agréable set qui met le pied à l'étrier pour la suite !

Setlist:
Burn for Baal/ Sacrificed Generation / The Emperor and the Children / Anthems / Siege for Souls




En attendant la tête d'affiche, place au second groupe de la soirée, Tribvlation, venu (re)défendre leur quatrième excellent album "Down Below" paru en début d'année, dont les suédois interprèteront trois titres ("Lady Death", "Nightbound" et "The Lament"). Je ne vous cache pas mon impatience de découvrir ce groupe dont leur dernier méfait m' a totalement conquis!

Déboulant sur la scène au décorum très vampirique et inquiétant, le quartet suédois s'installe sur le devant de la scène, tout juste éclairés par quelques lights vertes accentuant l'effet ténébreux de la mise en scène. Dès les premiers riffs de "Lady Death", seul le frontman/bassiste est mis en valeur par cette lumière verte ne laissant apparaître qu'une partie de son visage et son instrument. Les autres membres restent plongés dans le noir mais ne se cachent pas pour autant!
Au fur et à mesure de la progression de la chanson et du set, les effets de lumières vont évoluer laissant apparaître du bleu, du blanc, le côté sombre toujours dominant. Les deux guitaristes, adoptant une physionomie très fine et élancée, semblent presque être des femmes tant la féminité de leur personnalité est mise en valeur. L'un des deux en joue par sa tenue vestimentaire et par sa façon de se mouvoir et de jouer de son instrument. Il est dans au rythme de la musique, en tournoyant comme on le fait pour un valse mais de façon plus aérienne, moins stricte. Il donne l'impression de voler avec grâce et légèreté en totale opposition avec le frontman au physique plus massif délivrant un chant screamé proche de celui du black metal. Le second guitariste offre quelque chose de plus rock'n'roll tout en restant globalement dans l'élégance de la chorégraphie et joue un peu plus avec le public en s'approchant au maximum du pit.
La setlist est soignée et l'ensemble des titres retrace parfaitement l'univers des suédois tout en survolant une carrière assez dense depuis 2004 ponctuée de nombreux ep, démos et splits en plus des quatre albums que nous connaissons.
Une prestation à la hauteur de leur univers artistique; que l'on aime ou pas leur musique, Tribvlation reste cohérent avec ce qu'il souhaite délivrer à son public. Bravo!

Setlist:
Lady Death / Melancholia / In the Dreams of the Dead / Rånda / Ultra Silvam / Nightbound / The Lament / Strange Gateways Beckon



Il est l'heure d'accueillir la tête d'affiche Insomnium, le groupe pour lequel la plupart des gens du public s'est déplacée au regard des T-Shirt arborés! Rapidement le décorum change pour se mettre à la couleur du dernier album "Winter's Gate" paru en septembre 2016 et dont c'est la seconde tournée promotionnelle.
Une setlist particulière puisque ce dernier album offre sept pistes indissociables ne formant qu'une seule chanson, la chanson éponyme.
C'est donc en jouant l'intégralité de cet album sur une quarantaine de minutes que les finlandais ouvrent le set dans le noir total. Une faible lueur bleue venant les éclairer avec parcimonie. Pas enthousiasmé par l'univers du groupe à la base, je ne vous cache pas que cette première partie ne m'a pas convaincu bien que cela ait visiblement plu aux fans et c'est le plus important! Une chose est sûre, la froideur des hivers finlandais est parfaitement retranscrite tout comme son hostilité car ce choix de prestation glace un peu pour la suite.
La seconde partie du set sauve la prestation à mon sens, car le groupe va survoler sa carrière de plus de 20 ans et 7 albums avec 8 titres pris sur 5 albums différents dont 3 de l'avant-dernier "Shadows of the Dying Sun". Heureusement, les lights retrouvent un rendu normal et on peut enfin voir le groupe jouer. C'est assez statique hormis pour le jeu de Markus Vanhala qui arbore un sourire indécrochable et ne cesse de déambuler sur la scène auprès de ses acolytes. Ville Friman lui rend la pareille et les deux musiciens distillent leur plaisir de jouer.
Les titres sont plus énergiques et le public danse et chante à tue-tête totalement transporté par l'univers des finlandais.
Un bel accueil des toulousains leur a été réservé et la prestation semble avoir plu et c'est là l'essentiel car personnellement, je suis totalement passé à côté.

Setlist:
Winter's Gate (full album) / The Primeval Dark / While We Sleep / Mortal Share / Down With the Sun / Weather the Storm / Ephemeral / The Promethean Song