HELLFEST 2017, report de la 3ème journée - Partie 2
United Rock Nations

«Une seconde moitié du J3 du Hellfest très nuancé et de belles promesses assumées. Vivement l'année prochaine !»

Créé 18/06/2017
7229 vues

A DAY TO REMEMBER


Main Stage 1 - 16h40

Le public est venu nombreux pour voir A Day To Remember. Cest la fête générale dans la fosse. Tout y passe : circle pits, pogos, slams....

Le son est, comme d'habitude.... parfait !

Le backscène est vraiment magnifique et très classe. Les Américains en mettent plein la vue dès le début. Un gros lâché de papiers noirs et blancs accompagne les premiers accords.

Le groupe, habitué du Hellfest, livre une prestation sans faille et survole sa discographie, avec évidemment des morceaux de ''Bad vibrations'', sorti en 2016. ADTR est un groupe vraiment solide en live.

A Day To Remember termine sur un final dantesque avec un grand laché de confettis après avoir déchaîné une fosse qui ne semble décidément pas fatiguée des 3 jours qu'elle vient de subir.
A DAY TO REMEMBER

ARKHON INFAUSTUS


Temple - 16h45

Temple reprend ses droits et nous assène d'un bon black death bien malsain. Le public répond présent pour assister à cette tuerie. Oui car les français déversent une musique puissante et malsaine.

Quand en plus le son est bon, c'est un plaisir d'assister à ce set dévastateur. Ça nous change (et c'est tant mieux) de la flopée de pagan et de folk de la J2.

Habillé black old school, le quintet français ne fait pas dans la demi-mesure. Un plus notable à la tenue du frontman qui arbore le col du prêtre sur sa chemise débardeur surplombée d'un pendentif satanique.

Posé devant les backdrops à leur effigie Arkhon Infaustus déverse sa haine à coup de riffs ravageurs et sur 3 guitares. Beaucoup de volume dans les compositions des français dont le chant apporte clairement un instrument supplémentaire.

Totalement convaincu par le set du combo, une incursion en salle avec la déco prédisposée s'impose.
ARKHON INFAUSTUS

CANDIRIA


Warzone - 16h45

Une fois n'est pas coutume, le public a sûrement trop chaud pour se masser devant la scène. Seuls quelques rangs sont bien compacts. On ne retrouve pas un enthousiasme exacerbé même devant.

Un sacré son nous parvient aux oreilles, assez fort mais raisonnable.

Nous découvrons un Carley sautillant,.bougeant dans tous les sens, peut être pour nous dire : ''hey ! moi aussi j'ai chaud et je bouge quand même !! ''
Les tee-shirts et jeans sont de mise. .simplicité totale !

Candiria s'est défoncé sur scène. Malheureusement une grande majorité du public ne l'a pas suivi. On voyait bien au visage de Carley une sorte de déception.

Pas facile de motiver les troupes en pleine fournaise !
CANDIRIA

DEVILDRIVER


Main Stage 2 - 17h35

On attendait DevilDriver de pied ferme au Hellfest, depuis la sortie de ''Trust no one'' l'année dernière. Visiblement, nous ne sommes pas les seuls et l'ambiance qui règne dans la fosse en dit long.
C'est un grand n'importe quoi. Le grand DevilDriver sait mettre l'ambiance.

Au niveau du son, on en prend plein la tronche. La batterie de Neal nous secoue le ventre comme jamais.

Les légendes de DevilDriver n'ont pas besoin de grand chose pour casser le Hellfest en 2. Dez soulève le festival avec une grande facilité, il connait son job par coeur.

Le groupe envoie la sauce sans arrêter pendant toute la durée du set, qui ne laissera de répit à personne.

Un grand set de DevilDriver, habitué des prestations parfaites.
DEVILDRIVER

SANCTUARY


Altar - 17h40

Le chanteur lunettes de soleil en place a une voix typiquement d'époque et fait revivre cette vague si chère à tous les Metalleux.

Jouant leurs titres parfaitement, avec un son toujours nickel, c'est naturellement que le public sera comblé, entonnant quelques titres au fur et à mesure de la setlist.

Sanctuary en a encore sous le pied et le Hellfest en profite !
SANCTUARY

PENTAGRAM


Valley - 17h40

PENTAGRAM

ALTER BRIDGE


Main Stage 1 - 18h25

C'est un raz de marée qui commence à arriver aussitôt Alter Bridge en place. Le public est conquis par la bande à Myles Kennedy, habitué du Hellfest. Alter Bridge fait un carton !

Le son est parfait et contribue grandement à la puissance des morceaux d'Alter Bridge.

Sur scène, c'est la certitude d'assister à un show de qualité. Dommage que le jour soit encore trop présent pour apprécier les jeux de lumières qui sont superbes. Myles et Mark se donnent, comme à leur habitude, toujours à 100%, ainsi que la section rythmique composée de Scott et Brian.

Si Mark est quand même un sacré guitariste, Myles est un chanteur hors pair et un showman du tonnerre. Entendre débouler les morceaux d'Alter Bridge est un vrai plaisir, d'autant que le show est impeccablement maîtrisé.

Alter Bridge a livré un concert en grande forme ! Un sacré groupe mené par un frontman, Myles Kennedy, énorme !
ALTER BRIDGE

EQUILIBRIUM


Temple - 18h35

Quel succès et quel monde sous temple. Il est impossible de circuler, c'est gavé jusqu'à la cathédrale !
Les Allemands remportent systématiquement un franc succès lors de leur représentation. ''Sold out'' est coutume.
Le public est en transe et va donner du fil à retordre aux agents de sécurité. Ça slam à tout va sans discontinuer. On trouve même des bouées géantes en forme de licorne. Le délire est total !

Le son particulièrement soigné de cette J3 ne fait que confirmer la qualité de la prestation du combo de death melo.

Vêtus à l accoutumée, la musique d'Equilibrium est énergique et festive. Impossible de rester sans bouger même pour moi pas trop adepte de leur univers. Ça jump, ça chante, ça s'amuse... C est la fête sur temple

Tous les titres sont connus à l'unanimité, les refrains scandés à l'unisson. Le jeu des allemands à dominante mélodique sait intercaler quelques plans plus rapides et brutaux avec un Growl plus prononcé à ce moment là. Les artistes s'en donnent à coeur joie pour le plus grand plaisir du public. On sent la cohésion et c'est clairement communicatif.

Magnifique concert du combo allemand qui aura une nouvelle fois fasciné le public.
EQUILIBRIUM

TRAPPED UNDER ICE


Warzone - 18h35

Le combo punk metalcore de Baltimore monte sur la Warzone devant un public parsemé.

Sur le plan musical on se rapproche d'Hatebreed sans en atteindre le niveau.

Guitariste torse nu, chanteur qui se démène dans tous les sens. Scéniquement ça le fait !

Musicalement rien de nouveau. Un bon groupe de Hardcore.
TRAPPED UNDER ICE


OF MICE & MEN


Main Stage 2 - 19h30

Of Mice & Men déboule sur la Main Stage 2 et le public répond nombreux et en grande forme encore !

Le combo américain se donne à fond. Ca joue fort et terriblement bien. Aaron, autant à l'aise sur du chant clair que guttural, déchaîne les foules, pendant que les autres envoient la sauce.

Petite surprise, nous aurons droit à deux nouveaux morceaux, ''Unbreakable'' et ''Back to me''.
Le groupe ne se repose pas sur ses lauriers, puisque ''Cold world'' remonte à l'année dernière seulement. Les titres sont bons et particulièrement appréciés par le public.

Un set impeccable. Le metalcore des Américains fair toujours son effet au Hellfest, et c'est tant mieux !
OF MICE & MEN

NOSTROMO


Altar - 19h40

Voilà un groupe que j'aime beaucoup et dont on n'a pas entendu parler depuis plus de 10 ans. Les suisses, amis des frères Duplantier de Gojira se sont vu offrir la possibilité de faire la 1ère partie du groupe français en ce début d année.
Bien remis en selle, c'est une belle année pour Nostromo qui se voit programmé au Hellfest et pour qui le public est venu en masse.

Le niveau de violence du combo est impressionnant. Influencé par les groupes de grindcore des années 80/90, le Quartet a su s'imposer avec un style propre qui marie avec brio grind et metalcore pour un rendu assez typique et très efficace.

Ça bouge beaucoup sur scène, surtout le chanteur survolté qui déverse sa rage avec violence. Les riffs sont sévères et la basse puissante. C'est la claque assurée

Pas d'album actuellement, le dernier remonte à 2004, c'est donc des ''vieux'' titres qui sont interprétés avec une redoutable efficacité. Le public est pris à partie et renvoie la pareille.

Excellente prestation pour un show redoutable !
NOSTROMO

BLUE OYSTER CULT


Valley - 19h40

On ne présente plus les papys du hard-rock US. Les New-Yorkais ne sont pas venus chez nous depuis des lustres.

Coté look on repassera : pantalon noir, chemise noire rentrée à l'intérieur. On est loin de la folie des années 70.
Il faut attendre le 3ème titre pour entendre un ''Burnin' For You'' dédié au Hellfest.
Buck Dharma et Eric Bloom prennent la pause devant les photographes et honnêtement ça le fait.

Ca joue bien, c'est carré. Alors certes les morceaux ont un peu vieilli mais ça reste du très bon hard-rock.
Les solos de guitares pleuvent à flot. Et oui c'est ça les années 80. Surtout quand Richie Castellano balance un solo de folie jusqu'à l'explosion finale.
Même le bassiste y va de sa petite ronde. Du très très grand Blue Oyster Cult ce soir. Et grosse ovation du public !
Seul regret, le clavier est très fort et couvre l'ensemble des instruments.

Alors bien sur on a droit aux traditionnels ''Godzilla'', ''Don't Fear The Ripper'' et ''Cities On Flames''.

Magnifique prestation des BOC. Revenez quand vous voulez !
BLUE OYSTER CULT

PROPHETS OF RAGE


Main Stage 1 - 20h20

C'est naturellement devant un raz de marée que les Prophets Of Rage entrent en scène. La foule est en délire en seulement 5 secondes.

Le son est parfait, comme il l'a été tout le weekend.
On peut dire que le groupe met une sacrée ambiance. Ca bouge de tous les côtés, et le duo Chuck / B-Real est impressionnant, surtout quand les deux descendent dans le pit ! sacré moment ! Tom Morello à son habitude est irréprochable.

C'est simple, tous les titres font un tabac, autant ceux de Public Enemy ou ceux de Rage Against The Machine. Les circle pits et slams sont IMPRESSIONNANTS. C'est un joyeux bordel dans la fosse. ''Killing in the name'' a tout achevé !

Le Hellfest est plein de surprises. Prophets Of Rage porte bien son nom de supergroupe. Ils étaient attendus au tournant et ils ont retourné le festival !

On a eu, le temps du set, l'impression d'être dans une autre dimension, ce qui a contribué à faire de ce concert un des moments phares de ce Hellfest 2017.
PROPHETS OF RAGE

SCOUR


Temple - 20h45

Set très attendu par le public et pour cause, Phil Anselmo (ex Pantera, ex Down), est à l'initiative de ce projet avec des membres de Cattle Decapitation, Pig Destroyer, et Decrepit Birth. L'idée étant de faire une sorte de black death assez brutal. Le public est donc venu voir le charismatique chanteur avant tout mais que penser de la prestation ?

Délivrant une musique brutale, il est clair que l'univers de Scour nest pas très heureux. C'est puissant, les riffs sont épais mais l'accompagnement de samples épiques apporte cette touche malsaine que l'on peut trouver dans le black.
Le chant d'Anselmo est soigné oscillant entre le Growl death ou le nasillard black. Seul bémol, Phil lit les paroles.... Il ne s'en cache pas et l'a même vendu comme un jeu en jetant dans le public chaque page de chaque titre chanté.

Scéniquement, le quintet fait face au pit, bien en ligne, bien devant telle une armée destructrice. Les riffs sont rapides tout comme le tempo des blast beats.
Le rendu sonore est remarquable et l'on comprend ce qu'il se passe même si rapidement l'univers de Scour est très répétitif et donc un peu ennuyeux.

Peu de titres officiels connus puisque le groupe n'a à son actif qu'un EP de 6 titres paru en début d année. Cependant, le combo américain nous fait un set d'une heure avec des morceaux très courts loin donc de l'univers black et plus proche de celui du grindcore.

Découverte intéressante et très attendue. Pas plus convaincu que ça pour ma part. A voir sur une prochaine date.
SCOUR

INTEGRITY


Warzone - 20h45

Bon.alors là, je ne sais comment exprimer le sentiment de malaise qu'à dû ressentir le groupe en voyant une dizaine de personnes à la barrière. Un oubli éclaté sur toute la war. Je n'avais pas vu cela même à un concert du matin !!

L'intensité du son est loin d'être mauvais. Un bon dosage grâce à de bonnes balances.

Pas facile de chanter devant si peu de monde, mais le chanteur Dwid ne s'est pas laissé abattre !!! il a donné ce qu'il avait !
Pas facile de décrire un concert vide de monde, mais respect à ce groupe qui ne s'est pas laissé démoraliser et qui a donné de sa personne ! !

Pour les fans de hardcore uniquement.... Ils valent le coup !
INTEGRITY

METAL CHURCH


Altar - 21h50

Avec seulement deux représentations en France depuis la création du groupe, c'est en force que Metal Church revient sur le sol français. Compte tenu de la programmation sur Main Stage, l'affluence du public n'est pas au rendez-vous. C'est donc devant un parterre à 3/4 rempli que les américains vont nous jouer leur heavy metal.

Acclamé à l'unisson par le public, c'est avec force que le groupe entre sur scène avec la musique de Terminator 2. Rapidement, la scène est occupée efficacement par le frontman d'origine Mike Howe ayant repris les rennes du combo.
Tenue old school en cuir de rigueur, la setlist défile avec énergie dont les fans connaissent par coeur les refrains

Ça bouge bien, particulièrement le chanteur qui occupe le devant de scène tout le set pour être plus proche du public. Une prestation d'une heure pour retracer la carrière du groupe riche de onze albums dont le dernier en date est paru en 2016.
METAL CHURCH

CLUTCH


Valley - 21h50

La foule est dense pour accueillir Clutch sous la Valley qui n'est pas de taille suffisante pour faire rentrer tout le monde.

Clutch en quasi tête d'affiche c'est top !
Dés le 2ème titre ''Firebirds'' le public est au taquet suivi par un magnifique ''Decapitation Blues''.

Neil Fallon, le chanteur, est en pleine forme. Il parcourt la scène d'un point à l'autre.
Le stoner rock heavy de Clutch fonctionne à merveille en live.

Alors on a aussi droit aux classiques ''Spacegrass'' et ''The Regulator''.

Une énorme prestation de Clutch ce soir.
CLUTCH

FIVE FINGER DEATH PUNCH


Main Stage 2 - 21h55

Après le dénouement de la semaine passée, Ivan Moody ayant quitté le groupe, provisoirement selon leur déclaration, on retrouve Tommy Vext au chant.

Parmi les groupes qui rameutent les foules, c'est aussi le cas ici. Même si Five Finger Death Punch etait déjà présent sur l'édition 2015 et n'ayant pas sorti d'album entre temps, le groupe rameute une foule aux anges qui n'hésite pas à donner tout ce quelle a !
Courage Hellfest, c'est bientôt fini !

Fidèle à lui même, Five Finger Death Punch sort les tenues habituelles. Ca bouge bien, habitué des grandes scènes, le groupe se donnera tout le long de l'heure qui lui sera accordée. Un hommage à Chris Cornell sera même de la partie. Emouvant !

Ca joue bien, le show est rodé, peut-être un peu trop. Le show manque d'âme. Les titres choisis envoient bien, la fosse étant dechaînée elle aussi. Tommy assure le show en compagnie de ses nouveaux camarades de jeux. Mention aux briquets/smartphones allumés sur le dernier titre, ''The bleeding''.

Five Finger Death Punch livre un set propre, carré et puissant, comme à son habitude.
FIVE FINGER DEATH PUNCH

EMPEROR


Temple - 22h55

Lorsque Emperor s'adonne en show, ça ne passe pas inaperçu. Ce soir Temple est comble pour assister au concert du groupe culte de black metal norvégien.

Le public attend de pied ferme la prestation de ce soir et c'est un enthousiasme général qui s'extériorise du pit lorsque Ihsahn débarque sur scène, guitare bien en place, pour nous délivrer un concert d'anthologie.

Accompagné d'une texture sonore absolument parfaite, les premiers riffs tombent suivis de jets de flamme et de fumée.

Habillé comme à la ville, lunettes sur le nez, cheveux attachés, le leader du groupe donne le ton pour un enchaînement parfait de la setlist. Tantôt sur fonds de couleur verte, jaune ou rouge au gré du rythme des compositions, le guitariste frontman réalise une prouesse technique et artistique de haute volée.

Le public est complètement dedans, perché si l'on peut dire (tout comme moi) au son des titres les plus remarquables de la formation norvégienne, reconstituée pour l'occasion.
Le spectacle est ahurissant de beauté et de musicalité avec quelques passages initiateurs du pagan d'aujourd'hui.

Remerciant ses musiciens, Ihsahn aura donné le meilleur concert de ce Hellfest avec son groupe Emperor.
EMPEROR

EVERY TIME I DIE


Warzone - 22h55

Peu nombreux au départ, les premières notes ont rameuté les troupes !! la Warzone se remplit au fur et à mesure. Piétinant le reste de pelouse par des circles pit..finissant d'achever celle ci !

Le son est vraiment très très fort, même si il est de qualité !!

Niveau prestation scénique, le guitariste fait ses petits circles tout seul comme un grand sans déranger Keith qui manque d'avaler son micro à chaque parole ! ! les musiciens s'éclatent, sautent et se font plaisir !

Enorme fut leur prestation !
Il est rare de voir un guitariste descendre dans la foule slamer avec sa guitare ! !
Ces gars ont mis le feu !! ''Under Water Bimbos From Outer Space'' a été un succès énorme... La poussière a volé encore !

Du metalcore pur et dur ! ! ! Une tuerie !
EVERY TIME I DIE

LINKIN PARK


Main Stage 1 - 23h00

C'est désormais un Hellfest plein à raz bord qui attend la venue des légendaires Linkin Park, en tournée pour ''One More Light'', sorti cette année.
La foule restera plutôt calme, la musique de Linkin Park ne se prêtant pas aux jeux des slams et autres circle pits, mais plutôt à de timides jumps... jusqu'à ce que quelques slammeurs courageux montrent le bout de leur nez.

Le son est parfait, la scène est très belle, les jeux de lumière sont superbes.
Chester court, saute... le reste du groupe se donne également et assurent le spectacle. C'est d'ailleurs ce à quoi nous sommes en train d'assister : un spectacle.

Alors oui ça joue bien... mais on a du mal, aussi bon que le groupe puisse être, à imaginer Linkin Park au Hellfest.
C'est pourtant chose faite ce soir. Même Chester se prête au jeu du ''HELLFEST'', en plaisantant sur le fait qu'il attendait toute la journée pour sortir ce mot ! Plutôt marrant.

Heureusement que le groupe joue encore ses anciens morceaux, bien plus adaptés que la direction musicale qu'a pris le groupe ces dernières années. C'est un réel plaisir d'entendre des morceaux comme ''One Step Closer'', ''Breaking the Habit'', ''From the Inside'', ''In the End'', ''Faint'', ''Numb'' ou encore ''Papercut''...
Ce sera le cas également de la fosse, qui se lâchera sur ces titres, mais sera plutôt sur la réserve la plupart du temps. Le groupe n'hésitera pas à faire participer le public sur ces titres, qui répondra volontiers.
Chester descendra dans le pit pour venir au contact de la foule. Chose étrange que de voir Chester Bennington serrer les mains du Hellfest, avant de retirer son tee-shirt et d'entendre la foule féminine crier.
Nous aurons quand même droit à un gentil circle pit sur le final ''Bleed It Out'' !

Avis mitigé en sortant du concert de Linkin Park. La nostalgie de notre adolescence nous aura fait passer vraiment un agréable moment, mais venons nous vraiment d'assister un concert de metal ?
Nous sommes au Hellfest... qui attend maintenant la venue des maîtres -Slayer- pour terminer ces 3 jours de folie !
LINKIN PARK

CORONER


Altar - 00h00

Pas mal de monde en cette fin de soirée devant le groupe suisse malgré le mastodonte Slayer en face.

Le tech thrash des suisses fait toujours son effet.
De nature très sobre le trio distille son univers..... Sans fioritures. Juste de la bonne musique retraçant leur carrière entamée il y a 30 ans.

Ça joue grave, c'est impressionnant ce que ces musiciens sont capables de faire alliant technicité redoutable et agression musicale.

Un beau retour sur le devant de la scène thrash et on espère un album très vite !
CORONER

HAWKWIND


Valley - 00h00

Le public est arrivé par vague pour venir voir les papys du rock. Retrouvailles avec le genre pour certains.. Découverte pour les plus jeunes. Ce soir à la Valley, nombreux sont venus voir le 1er groupe du regretté Lemmy!!

Le son est délicieusement ''seventies''. Un pur bonheur pour les oreilles...avec ses sons complètement psychés., venus de l'intersidéral.

Evidemment on va pas leur demander de pogoter, ce n'est plus de leur âge, ma pauvre dame ! mais le plus jeune guitariste se permet quelques petits écarts !!
On adore leur tenue d'un autre temps que les moins de 20 ans... chapeau.. tenue flashy.

Hawkwind ou comment revenir 40 ans en arriére. C'est trop bon, on ressent la patte de Lemmy, sa présence est bien là avec nous.... .On en choppe des frissons !
L'émotion nous atteint de plein fouet et sur les innombrables concerts vus durant ces 3 jours c'est le seul à m'avoir fait monter les larmes ! !
Et je ne vous parle pas de l'écran qui nous diffuse un petit film bien psychédélique.

Une pure bouffée d'oxygène... Un retour aux sources qui fait un bien fou !
HAWKWIND

SLAYER


Main Stage 2 - 00h50

Concert de clôture de la session 2017 du Hellfest et pas des moindres. Slayer qui a pour habitude de venir souvent en France ces dernières années et ce n'est pas un mal.
Quel bonheur de voir jouer ces mastodontes du thrash.
Malgré l'heure tardive et les nuits courtes, le monde est en place pour prendre la branlée du Fest juste après celle d'Emperor.

Une note particulièrement encourageante pour la qualité sonore sur toutes les scènes cette année et donc le rendu de Slayer est de cet acabit.
Étant en haut de la butte, je profite du spectacle sur l'écran géant mais pour le son c'est comme si j'étais sur la barrière, mieux peut être !

Point de nouveauté sur le jeu de scène de Slayer. C'est une machine bien rodée qui joue toujours la même setlist et c'est ça qu'on veut. ''War Ensemble'', ''Mandatory Suicide'', ''Raining Blood'', ''Angel of Death'', ''Repentless''...

Les riffs enchaînent, les blast assomment, la basse claque , le chant tue. Slayer est au top ce soir. Juste un p.... de plaisir de les voir.

Un set un peu court mais le job est fait !
SLAYER

THE DILLINGER ESCAPE PLAN


Warzone - 01h05

THE DILLINGER ESCAPE PLAN